© Commons.wikimedia.org
Confidences
Michel Sardou arrête de chanter
Publié le 26 mai 2017
À 70 ans, il veut se consacrer au théâtre.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À 70 ans, il veut se consacrer au théâtre.

"J'arrête de chanter. Définitivement", annonce Michel Sardou dans les colonnes du Parisien, ce vendredi 26 mai.  À 70 ans, le chanteur sortira en octobre un 26ème et dernier album. De juillet à mars, il se lancera dans sa dernière tournée, "la Dernière Danse" et donnera en janvier prochain les derniers concerts parisiens de sa carrière. Il promet "de grands écrans assez dingues à travers lesquels on passe, avec pleins d'effets visuels...". "Ce sera un remerciement au public, qui me suit depuis cinquante ans", indique-t-il.

"Après j'irai au théâtre, je me ferai plaisir"

"Ma voix, avec l'âge, a descendu. Ce que j'ai gagné en grave, je l'ai perdu en aigu. Je veux me protéger et ne surtout pas faire l'album et la tournée de trop... Il arrive un moment où on a tout dit". "Je n'ai jamais considéré faire carrière, car je n'ai jamais eu de vision à long terme. Je pensais faire un disque et arrêter. Quand j'ai débuté, ça ne marchait pas du tout. Heureusement, on m'a laissé le temps, ma voix s'est améliorée. Aujourd'hui, dans la musique, on ne pense qu'à faire du chiffre et cette génération du rendement m'emmerde un peu", confie Michel Sardou.

Il n’abandonne pas pour autant la scène. "Après j'irai au théâtre, je me ferai plaisir", annonce-t-il. "J'adore le populaire, le théâtre de boulevard, n'en déplaise aux intellos. J'entends rire les spectateurs. Ça me change. Car on ne se marre pas franchement dans mes chansons", raconte-t-il. "Au théâtre, je jouerai jusqu'au bout", prévient Michel Sardou.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
07.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mangliawas
- 26/05/2017 - 20:02
La honte....
Ah Sardou !
Lorsque j’avais 16 ou 17 ans en 72/73 pour nous c’était le plouc, le ringard intégral ! C’était le pauv mec…
Il essayait de défendre la France et nous de le ridiculiser…. On était des hippies gauchistes persuadés d’appartenir à une élite, on était déjà bien formatés et persuadés du bien fondé qui nous animais. Nous étions sincères, il était sincère. Maintenant on voit les dégâts. On a BHL et on a finalement toujours honte.

Aghir
- 26/05/2017 - 13:16
Si il fait
ce qu'il dit, au moins il évitera le ridicule d'Aznavour qui, envers et contre tout, s'accroche aux branches de son ancienne gloire.