Etat islamique : François Fillon évoque "une forme de guerre mondiale" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Etat islamique : François Fillon évoque "une forme de guerre mondiale"
©Capture RTL

Conflit mondialisé

Etat islamique : François Fillon évoque "une forme de guerre mondiale"

L'ancien Premier ministre a affiché un discours très martial, dans un entretien au JDD.

Un peu plus d'une semaine après l'attentat de Nice, les candidats de droite musclent leur discours. A commencer par François Fillon, ce dimanche dans le JDD, comparant l'Etat islamique à l'Allemagne nazie. "Nous sommes entrés dans une forme de guerre mondiale qui s’étend de l’Asie du Sud-Est jusqu’à l’Afrique occidentale, en passant par tout le Proche-Orient" explique l'ancien Premier ministre. "L’Etat islamique – qui nous fait la guerre – ne connaît ni faiblesse ni trêve. [...] Il emploie les mêmes ressorts [que les nazis] : imposer par la force au reste du monde un mode de vie et de pensée."

Selon lui, la lutte se fera aussi en Syrie. "La seule solution, c’est d’aller combattre l’État islamique sur place au Moyen-Orient avec les alliés capables de gagner" avance François Fillon. "La France n’a pas les moyens de conduire une offensive au sol en Syrie. On doit appuyer toutes les forces qui sont en mesure de battre l’État islamique, c’est-à-dire le régime syrien, les Iraniens et les Russes, même si nous avons des raisons d’être en désaccord avec leur politique."

Mais il s'agit bien évidemment, aussi, de lutter contre le terrorisme en France, notamment en appliquant le "livre IV du Code pénal [qui] permet d’arrêter, de juger et de condamner jusqu’à trente ans de prison toute personne pour intelligence avec l’ennemi. [...] Enfermer tous les fichés 'S' n’aurait, en revanche, aucun sens, car c’est une catégorie tellement large qu’on ne saurait même pas comment les surveiller."

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !