Samedi 19 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après sa cure, Jean-Luc Delarue va s'investir dans la lutte contre la drogue auprès des moins de 18 ans

L'animateur de télévision revient sur sa dépendance à la cocaïne et annonce vouloir aider les jeunes

Désintox

Publié le 10 novembre 2010 - Mis à jour le 2 février 2011
 

Une tournée en camping-car pour informer les jeunes des dangers de l'addiction.
C'est l'une des bonnes résolutions prises par Jean-Luc Delarue, qui termine une cure de désintoxication en Suisse. L'animateur de télévision revient sur son arrestation, sur sa dépendance à la cocaïne et sur ses problèmes existentiels dans un entretien donné au magazine Tv Mag. Il se livre aussi à quelques règlements de compte...
Jean-Luc Delarue s'avoue d'abord "soulagé, comme libéré d'un poids", et se promet de tout faire pour ne pas retoucher aux drogues, pas même à l'alcool.

"J'ai découvert avec surprise que la dépendance est une maladie primaire.
Elle fait partie de l'inné, non de l'acquis. Les dépendants naissent même avec une
sensibilité cinq à sept fois supérieure à la moyenne ! On apprend aussi que le produit
est plus fort que nous. (...) Je ne suis pas responsable de ma maladie, mais je suis
responsable de mon rétablissement. J'ai tous les outils aujourd'hui pour pouvoir
m'en sortir, mais pour ça il faut que je m'écoute..."

Puis, plus poétique:

"La drogue servait à combler mes vides et à me protéger des émotions
trop fortes que je ressentais. Aujourd'hui, j'écoute mes émotions.
Ça donne un peu le vertige... Ça fait pleurer, même... Mais ces larmes
sont comme des points de suture sur mes souffrances."

Jean-Luc Delarue évoque sa famille, son fils et la nouvelle femme de sa vie. Il dit se soumettre à des dépistages hebdomadaires pour ne plus laisser se répandre des rumeurs à son égard. Il en profite pour égratiner quelques-uns de ses confrères.

"Les policiers ont été corrects avec moi. Ils ne m'ont traité ni mieux
ni moins bien que les autres. Et c'est ce que je souhaite.
J'ai lu cette phrase délicate et pleine d'humanité de Patrick Sébastien,
qui déclarait que je devais être sanctionné comme les autres.
Eh bien, je ne demande que cela: "comme les autres", mon cher Patrick !
Je l'aime beaucoup et je suis même prêt à l'accompagner dans un
groupe de parole anonyme."

L'animateur parle enfin de "tournant dans sa vie" et de "renaissance".

"La deuxième étape de la méthode Minnesota consiste à rendre
ce que l'on vous a donné et à transmettre ce que l'on a appris.
C'est pourquoi j'ai décidé de créer une fondation qui aura
pour mission d'informer les collégiens et les lycéens sur les dangers
de l'addiction aux drogues, dont fait partie l'alcool. Je vais donc
prendre la route avec un camping-car et partir dans une cinquantaine
de villes en France, en Suisse et en Belgique pendant trois mois à raison
de quatre à cinq jours par semaine ! Je pense commencer en février ou
en mars et je dormirai dans mon camping-car, voire parfois dans un
hôtel s'il fait trop froid..."

Lu sur TV Mag

 


Fermer