Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réseaux sociaux : les utilisateurs de Google + et Twitter sont plus politisés que ceux de Facebook

La campagne présidentielle bat son plein sur Internet, les candidats s'affichent sur les réseaux sociaux pour gagner en visibilité. Mais pour qui vont voter les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google + ?

Présidentielle 2012

Publié le 21 mars 2012
 
Les utilisateurs de Twitter et Google+ apparaissent sensiblement plus politisés que la moyenne de l’ensemble des Français.

Les utilisateurs de Twitter et Google+ apparaissent sensiblement plus politisés que la moyenne de l’ensemble des Français. Crédit iStock Photo

Les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google + ont d’abord été interrogés sur la formation politique de laquelle ils se sentaient les plus proches ou les moins éloignés.

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

  • Des profils partisans inclinés à gauche : si les préférences politiques des utilisateurs de Facebook ne se distinguent pas particulièrement de celles des Français, les utilisateurs de Twitter (45%) et de Google+ (44%) s’illustrent comme étant davantage proches la gauche que la moyenne (37%). Cette surreprésentation s’affirme parmi les proches du Parti socialiste (25% sur Twitter et Google+ contre 22% pour l’ensemble des Français) et d’Europe Ecologie-Les Verts (9% dans les deux cas contre 6% au global).
  • Des internautes qui se positionnent plus facilement sur l’échiquier politique : si l’on excepte de nouveau Facebook, les utilisateurs de Google+ et Twitter se démarquent de l’ensemble des Français par leur propension à déclarer une proximité politique, seuls 21% des interviewés membres de Google+ ne s’estimant proche d’aucune formation ou courant (contre 25% en moyenne), à l’instar de 20% des membres de Twitter.
  • Pas d’effet « web » pour le centre et la droite : la proximité avec le MoDem, l’UMP ou le Front National sur chacun de ces trois réseaux sociaux ne se distingue pas de la proximité partisane de l’ensemble des Français interrogés, les trois courants apparaissant même plutôt sous représentés.

 

Le souhait de victoire

Le souhait de victoire, pour l’ensemble des Français interrogés, tourne pour l’heure à l’avantage de François Hollande (39%), le candidat socialiste devançant de 11 points Nicolas Sarkozy (28%). Il subsiste cependant, à 60 jours du scrutin, une troisième voie : 24% des Français ne souhaitent ni la victoire de l’un, ni la victoire de l’autre.

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

Bien qu’encore indécis, les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google+ expriment ces souhaits, dans le même ordre, en révélant toutefois un souhait de voir François Hollande l’emporter plus marqué :

  • Google+ : c’est sur ce réseau social, dernier né des trois sites étudiés, que l’écart entre François Hollande et Nicolas Sarkozy est le plus net : le Député corrézien y devançe le Président sortant de 15 points (42% contre 27%). Auprès de ce public, l’espoir de voir François Hollande l’emporter émarge ainsi 3 points au dessus de sa moyenne nationale (39%), quand le souhait de victoire en faveur de Nicolas Sarkozy s’y tasse sensiblement (27%).
  • Twitter : les utilisateurs du site de micro-blogging révèlent également leur préférence pour l’élection de François Hollande (bien implanté sur Twitter avec près de 170 000 followers), à 41%, soit deux points de plus qu’au niveau national. Le souhait de victoire en faveur de Nicolas Sarkozy est pour sa part identique à celui relevé au global (28%), 13 points en deçà de celui de François Hollande.
  • Facebook : le souhait de voir François Hollande l’emporter en mai prochain sur Nicolas Sarkozy est aussi net sur Facebook que sur Twitter (13 points, 40% contre 27%). Les utilisateurs de Facebook expriment un souhait de victoire proche de celui de l’ensemble des Français, les différentes variations n’excédant pas un point sur chacun des items. Sur chacun de ces trois sites subsiste en outre l’espace pour une troisième voie, le souhait que ni François Hollande ni Nicolas Sarkozy ne l’emporte en mai prochain s’établissant entre 24% (pour les utilisateurs de Google+ et Twitter) et 25% (pour ceux de Facebook), contre 24% au niveau national.

 


Frédéric Micheau

Frédéric Micheau est directeur adjoint du département Opinion et stratégies d'entreprise à l'IFOP.

Voir la bio en entier

Fermer