Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vélos en libre service : en haut de cycle, le besoin d’un cadre se fait sentir

En se libérant des bornes, les vélos sans stations fixes franchiront bientôt les limites. A quand un réseau public de stations « interopérables » où la concurrence s’affronterait sans risquer la sortie de route ?

Social-libéralisme à roulettes

Publié le
Vélos en libre service : en haut de cycle, le besoin d’un cadre se fait sentir

Grand amateur de cyclisme urbain, j’avais vu s’échapper les premiers Vélib’ avec enthousiasme il y a dix ans. Et, grand fan de polémiques à la gomme, je m’étais même réjoui des duels suscités par ce nouvel acteur du pavé, réacs de gauche (« Un gadget pour bobos, les pauvres ne font pas de vélo ! ») et réacs de droite (« Touche pas au Lebensraum de ma bagnole ! ») circulant en formations serrées dans les pages « Débat » des quotidiens.

Je me disais alors que, toute publicité étant bonne à prendre, les bécanes Decaux s’en serviraient pour changer de braquet et qu’en fin de course, elles en profiteraient pour faire le trou. Je ne m’étais pas trompé : le concept s’est non seulement accroché à Paris, mais aussi largement développé ailleurs.

C’est sûr, je ne grimpe pas souvent moi-même (on a sa fierté) sur ces biclous lourdauds à peu près aussi pratiques qu’un spin-bike de salle de gym, mais ils nous ont collectivement permis de prendre le bon wagon.

 

Mais voici que des petits malins dopés au smartphone, convaincus que le vrai frein à l’usage d’un vélo en libre-service, c’est la chaîne qui l’ombilique à une station d’accueil, tentent de flinguer le leader en lui faisant un coup de chacal. Et, absence d’esprit sportif aidant, ce sont des milliers de bicyclettes disparates qui satureront bientôt nos trottoirs, les as du contre-la-montre en individuel économisant volontiers sur les dépenses de voitures-balais...

 

A Shanghai, où le principal opérateur de ce type vient tout juste de mettre la clé de son U sous la porte, on construit déjà des pyramides de cadavres rouillés et c’est vraisemblablement ce qui nous pend au guidon.

 

Le Vélib’, en républicanisant la petite reine, a indubitablement fait progresser tout le peloton. Las, les cow-boys qui prétendent emmener le sprint en bordurant les grands anciens poussent surtout à la sortie de route. Une solution existe pourtant, que des commissaires de course dépassés ne semblent curieusement pas envisager : l’ouverture totale de la compétition à toutes les équipes, la répression de l'accrochage sauvage et la multiplication de bornes d’accueil « interopérables » (système d’accrochage normalisé) gérées par la puissance publique et idéalement utilisable avec un abonnement mutualisé de type carte UGC.

 

Les modèles de vélos les moins performants seraient éliminés par sélection naturelle, la mairie financerait un réseau de stations toujours plus étendu par une redevance sur les locations et les piétons reprendraient le contrôle des trottoirs dans la paix et l’harmonie. S’il n’y a aucune raison d’abandonner le marché à un monopole forcément peu innovant, il n’y pas non plus de raison de transformer un progrès en nuisance. Entre pédaler dans la semoule et tirer sur la meule, le choix devrait être vite fait.

------------------

 

Note : Je ne suis pas certain que ça fonctionne, mais j'ai tenté de caser le maximum d'expressions directement puisée dans ce glossaire du cyclisme pour faire le malin. J'ai tout de même un peu calé dans les derniers cols (j'avais oublié de me mettre en danseuse).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 26/11/2017 - 15:48 - Signaler un abus Hidalgo aime les déficits

    Elle préfère subventionner un société que sa majesté a choisi que de laisser des entreprises privées qui ne demandent rien qu'un système plus intelligent ou l'on peut repérer sans stations fixes, un vélo à proximité. Une Andalouse à quand même sa fierté !...On ne discute pas une décision Royale .

  • Par kelenborn - 26/11/2017 - 17:04 - Signaler un abus ouais

    "Une solution existe pourtant, que des commissaires de course dépassés ne semblent curieusement pas envisager : l’ouverture totale de la compétition à toutes les équipes, la répression de l'accrochage sauvage et la multiplication de bornes d’accueil « interopérables » (système d’accrochage normalisé) gérées par la puissance publique et idéalement utilisable avec un abonnement mutualisé de type carte UGC.".............Ouais...notre Seraffin nous le confirme!!! il a un "petit velo"!!! Un de ces jours il va nous proposer un match en trois sets à Roland Garros entre Saussage Party et le Bondy blog!!! C'est ça la Distinction disait Bourdieu !

  • Par kelenborn - 26/11/2017 - 17:06 - Signaler un abus Ah

    Je vois cette pub de Fondation de France et me dis: voila une bonne raison de ne donner à aucune des trois!

  • Par assougoudrel - 27/11/2017 - 16:58 - Signaler un abus Hidalgo parle de mettre

    un distributeur de vélos dans chaque immeuble. Pour les garer, elle parle d'utiliser le réceptacle ceux qui prient dans la rue.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€