Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Plantes « intelligentes » et végétarisme  : mourir de faim est-il la dernière frontière éthique ?

La vanne du cri de la carotte qu’on épluche agace beaucoup les végétariens militants. Mais est-ce vraiment une vanne ?

Régime sec

Publié le
Plantes « intelligentes » et végétarisme  : mourir de faim est-il la dernière frontière éthique ?

 Crédit Oli SCARFF / AFP

Les jardiniers du dimanche qui font la conversation à leurs géraniums sous le regard narquois du voisin s’en trouveront confortés : « l’intelligence végétale » est désormais largement confirmée.

Les plantes seraient même, d’après les neurobiologistes, plus malines encore que la plupart des animaux, s’échangeraient des informations complexes en « dialecte chimique », développeraient des stratégies sophistiquées contre les prédateurs, éprouveraient une forme de souffrance face aux agressions, et contrôleraient carrément leur processus évolutionnaire en fonction de leur environnement…

 

Mais les végétariens, qui lèvent facilement les yeux au ciel lorsqu’un petit comique les enjoints à la compassion pour les carottes qu'on épluche à vif, en réviseront-ils pour autant leur position sur la légitimité morale de leurs habitudes alimentaires ?

 

Il n’y a rien de ridicule, a priori, dans la décision de ne plus se nourrir de viande pour des raisons éthiques. L’homme est un mammifère omnivore dont les besoins en protéines animales doivent davantage à son métabolisme qu’à sa cruauté, certes, mais la manière dont il a progressivement industrialisé élevage et abattage pose problème à bien des amateurs de côte de bœuf (moi le premier).

 

Le ridicule serait plutôt à aller chercher du côté des végans radicaux, pour lesquels la violence est devenue un outil légitime de conversion à leur cause, mais ceux-là restent heureusement minoritaires.

 

La « sentience » végétale introduit toutefois une nouvelle variable : si les plantes souffrent, une salade mixte au déjeuner devient à peu près aussi indéfendable qu’une tranche de gigot sauf à tomber dans le « spécisme » à la Aymeric Caron — soit l’idée que hiérarchiser le vivant est l’équivalent du racisme entre humains.

 

Mais parce qu’un mouvement —le « respirianisme » — professe justement que la vraie sagesse, c’est de ne plus s’alimenter du tout, une solution existe qui pourrait satisfaire tout le monde, bouffeurs de gigot et croqueurs de tomates : en manger les adeptes. L’accusation de s’en prendre à des êtres doués de raison n’aurait plus beaucoup de sens (et ils ne vivent pas bien longtemps de toute manière).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 29/04/2018 - 10:18 - Signaler un abus ????

    Presque rien à dire sur Serrafin sauf: "mais la manière dont il a progressivement industrialisé élevage et abattage pose problème à bien des amateurs de côte de bœuf (moi le premier)." Voila: quand on a des gènes bobos, on fait toujours une rechute. On aura bien compris que Serrafin mange de la côte de boeuf ( et même de paisibles brocolis( en plus des fractales) qui ne lui ont rien fait)! Bon mais voila qu'il veut que son boeuf ait été élevé avec amour au milieu des pâquerettes ( qui ne lui ont rien fait non plus et qu'il va bouffer toutes crues alors que s'il avait de l'ensilage il mangerait des conserves!)! Serrafin est un sadique: tel le pervers consommé, il ne peut manger ses victimes que si elles ont été heureuses, Somme toute, Serrafin est à l'image de notre société: les gens meurent,mais, il ne faut pas qu'ils meurent sur la route, du tabac, de l'alcool, du sucre.... En revanche on veut leur bien avant qu'ils meurent et c'est pour cela qu'on a inventé Plenel, Merdiafart, Bouffermerde TV, France Télévision Djamel Debouze et Guillon! Il y a des jours où on aimerait être une carotte : qu'on nous foute la paix !!!! et....à condition de ne pas tomber dans les mains de C Angot

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€