Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

De l'origine de l’État islamique et du sexe des anges

Abou Bakr al-Baghdadi, big boss du califat, s'intéresse-t-il au débat occidental sur les origines de l’État islamique ?

Bis repetita placent

Publié le
De l'origine de l’État islamique et du sexe des anges

Un combattant de l'Etat islamique en Irak. Crédit Reuters

L'histoire, dit-on, ne repasse pas les plats. Et la grande faiblesse des analogies est qu'elles ne sont, évidemment, que des analogies, mais la progression apparemment inexorable d'une armée de fanatiques à travers un espace constellé de régimes instables sous le regard distrait de démocraties occupées à autre chose force aux comparaisons.

 

On nous dit aujourd'hui que l’État islamique, qui contrôle déjà de gros morceaux d'Irak et une bonne moitié de Syrie, pour ne rien dire de troupes disséminées en Égypte, en Algérie ou au Yémen, a également des vues sur le Liban.

Et que ce n'est encore qu'un début de toute manière, puisque le grand dessein du califat de Racca est, assez notoirement, d'étendre sa juridiction à l'ensemble du monde musulman avant de s'intéresser au monde tout court. Hum, ça ne vous rappelle rien ?

 

L'histoire ne repasse pas les plats c'est sûr, mais elle recycle pourtant des recettes assez similaires. Jusqu'à l'Iran, tiens, qui finit par prendre des allures d'URSS post-1941, les "grandes puissances" trouvant désormais suffisamment de charme à sa version du totalitarisme mystique pour envisager de s'y allier juste au cas où...

 

A Paris, à Londres ou à Washington, on peut bien se disputer interminablement sur les raisons pour lesquelles un barbu millénariste inspiré par le Coran reprend le rôle du moustachu biberonné à la mythologie aryenne ("C'est de notre faute, on l'a fabriqué de toutes pièces, ce type, avec notre cupidité capitalo-colonialiste", assurent les uns ; "Mais non, c'est une vieille lubie à eux, ils nous veulent du mal de toute façon", répondent les autres), mais il devient assez stérile, ce débat. Un peu comme se demander en 2015 si, sans les réparations exigées de l'Allemagne au traité de Versailles, d'ailleurs jamais soldées, voire sans embrouilles Bourbon-Habsbourg, il n'y aurait eu ni nazisme ni seconde guerre mondiale.

 

On imagine qu'Abou Bakr al-Baghdadi -calife du moment mais ça change tout le temps-, s'il lui arrive de lire les tribunes de nos journaux défendant l'un ou l'autre de ces points de vue entre deux rapports sur le bon déroulement du saccage de Palmyre et un mémo sur le ralliement à son panache vert de tel ou tel groupuscule d'Afrique subsaharienne, en rigole doucement dans les poils de son menton de hipster oriental.

 

Oh, on sait bien que si l'histoire tient tant que ça à bégayer, tout sera bien qui finira bien : on lui mettra la pâtée, il se suicidera dans un bunker et une date sera choisie par nos petits-enfants pour commémorer solennellement la fin de la troisième guerre mondiale, le triomphe de la démocratie et de la paix entre les hommes de bonne volonté. Mais c'est juste ce qui se passe dans l'intervalle, après la prévisible prise de Bagdad, de Damas et même de Beyrouth qui fiche les jetons. Alors le débat sur la genèse du truc, franchement... 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par borissm - 24/05/2015 - 19:37 - Signaler un abus Et qui dit

    qu'on lui mettra la pâtée ? Le Calife ne manque pas de troupes déjà sur place...

  • Par Vet of Psychic Wars - 27/05/2015 - 13:25 - Signaler un abus EI n'est que l'aboutissement de la dérive d'une religion.

    On a vu le terrorisme nationaliste arabe des années 60-70 qui le fait en grande partie de musulmans, mais pas seulement, marxistes. Puis en 1979, révolution iranienne et invasion soviétique en Afghanistan on donné un caractère essentiellement religieux aux mouvements terroristes (Le communisme n'était plus un allié mais un ennemi, d'autant plus qu'il se montrait inéfficace contre l'occident). Egalement, concours dans l'abject entre les chiites et les sunnites qui se sont parfois alliés (Talibans prenant le pouvoir grâce à l'alliance avec Hekmatyar, soutenu par l'Iran).Donc Jihad Islamique puis Hezbollah, Hamas ect... puis Al Qaida, Ansar Al Suna en Irak soutenu par Saddam qui rejoint par Al Zarquaoui créeront les fondations de l'Etat Islamique avant même l'arrivée des américains (Pogroms contre les Chrétiens à Mossoul en 2002, interdiction aux chrétiens d'Irak d'acheter des terres, de donner des noms chrétiens à leurs enfants).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€