Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Louis CK, Kevin Spacey : mon moment Edwy Plenel

Le problème avec le grand nettoyage des porcheries, c’est lorsqu’on tombe sur un verrat qu’on prenait pour un aigle.

Chacun cherche son porc

Publié le
Louis CK, Kevin Spacey : mon moment Edwy Plenel

Contre toute attente, je terminerais presque cette semaine avec un chouïa d’empathie pour les Pascal Boniface et autres Edwy Plenel, dont l’idole a été déboulonnée les précédentes avec le fracas que l’on sait. Car moi aussi, je dois faire face à un sacré dilemme : me faut-il mettre à la poubelle Kevin Spacey, que j’aimais bien, et Louis CK, que j’admirais carrément ?

 

Les deux histrions, dont nous apprenons avec stupéfaction qu’ils étaient eux aussi de fameux cochons obsessionnels, tripotant des jeunes garçons dans un cas, se tripotant lui-même devant des jeunes femmes dans l’autre, peuvent-ils encore être appréciés pour leur seul talent ?

 

C’est un vieux débat bien sûr. Et je l’avais déjà plus ou moins tranché comme tant d’autres amateurs de révolution littéraire en conservant le Voyage au bout de la nuit dans ma bibliothèque tout en méprisant le voyage à Sigmaringen. Mais voilà : lorsque j’ai découvert Céline, il avait déjà été boulotté par les vers depuis un bail et tenait plus du personnage historique que du militant contemporain du califat. On pouvait prendre de la distance.

 

Notez que j’avais déjà eu un moment du même genre avec l’affaire DSK, mais ça avait été plus facile à gérer. J’avais du respect pour la vision politique du bonhomme, je l’aurais bien vu emménager à l’Élysée, mais je n’ai pas eu trop de mal à me trouver des sociaux-libéraux de rechange en apprenant qu’il prenait ses aises avec des nanas non consentantes dans des hôtels de luxe. C’était juste un bon manager potentiel, pas un type dont on se serait bien vu être le pote.

 

Bon, Spacey, c’est aussi juste un acteur après tout, et un acteur peut être un fieffé connard tout en jouant dans de bons films. Je peux bien le glisser dans le conteneur non-recyclable comme le premier client du Carlton de Lille venu. Mais Louis CK, c’est différent. C’est un type qui fait du stand-up à portée philosophique, un gars auquel on peut s’identifier quand on est chauve, père, divorcé, quinqua, et, censément doté d’un sens de l’humour dont on se sert professionnellement. Ça touche davantage.

 

D’ailleurs, si vous ne le connaissez pas ou pas bien, je ne peux même plus vous recommander d’aller jeter un œil sur ses séries semi-autobiographiques Louie ou Horace and Pete pour vous rendre compte par vous même de la qualité et de la finesse du boulot parce que, précisément, c’est là qu’est le fond du problème. Est-ce que tout ça n’était pas un peu bidon finalement ?

 

Je vais y réfléchir encore un peu je pense. C’est plus compliqué pour moi que pour Plenel et que Boniface, parce que Louis CK ironisait plus volontiers sur la masturbation et le sens de la vie qu’il ne faisait l’éloge de l’excision et des piliers surnuméraires de l’islam, mais je trouverais bien une solution. Je regarderai Tig Notaro, par exemple.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 12/11/2017 - 11:39 - Signaler un abus Je ne vois pas ce que fait

    un aigle dans une porcherie, ni ce que fait une verrat dans un nid d'aigle.

  • Par vangog - 12/11/2017 - 14:14 - Signaler un abus J’ai la solution pour vous, Serraf...

    Séparez l’oeuvre de l’artiste de sa vie privée, ou même de sa vie tout court, et vous comprendrez que l’œuvre d’art, en tant que témoignage de son époque, n’appartient plus vraiment à l’artiste à partir du moment où elle est bonne. En quelque sorte, les œuvres de Céline, de Picasso, de Salvador Dali, d’humoristes ou acteurs de talent tombent dans le domaine public, et peuvent être decorrélées de leur vie, lorsqu’elles apparaissent uniques, novatrices, esthétiques...

  • Par kelenborn - 12/11/2017 - 16:26 - Signaler un abus Marrant

    Oh c'est pas que Serrafin me soit vraiment antipathique! Je vais pas me mettre à dos tout Atlantico mais...ce crane rasé, le style et le contenu de l'écriture, c'est marrant, j'ai l'impression de l'entendre parler, quelque part, du côté de France Cu ou d'Arte ou plutôt de Libé interviewé sur Bouffemerde TV et expliquant comment être du bon côté de la branchitude! En fait, un certain Taddei expliquait l'autre jours que la mère Ernotte pensait que les gens intelligents ne regardaient pas la télé! Ben moi c'est pareil pour le cinoche! Si y avait que moi, y a longtemps que les fameux porcs en seraient réduits à draguer la ribaude à Nuit Debout! Bon je déconne, ok, mais, la "branchitude" me fait autant chier que la bravitude !

  • Par kelenborn - 12/11/2017 - 16:27 - Signaler un abus Bon et puis...

    Serraf, il pourrait pas nous retrouver l'amère Michel!! Mon Bruno commence à craquer!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€