Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Irma, José : bientôt un bon gros cyclone de niveau 5 près de chez vous ?

Pendant que les Parisiens s’indignent de la construction d’une piste cyclable, les Antillais sont sous les décombres. On a le droit d'y voir une corrélation.

Chronique d’une catastrophe annoncée

Publié le
Irma, José : bientôt un bon gros cyclone de niveau 5 près de chez vous ?

Les images de dévastation des Antilles, de Floride et du Texas rendent la polémique sur l’extension du réseau de pistes cyclables et les restrictions de circulation sur les quais de la Seine dérisoires, mais c’est pourtant bien la même pièce qui se joue là-bas comme ici.

 

A l’exception d’une poignée de complotistes et de pseudo-scientifiques stimulés par la facilité avec laquelle on peut désormais propager de la fake news électronique, il n’y a désormais plus grand monde pour nier qu’une transformation climatique majeure est en cours – avec son cortège de catastrophes de moins en moins gérables logistiquement, financièrement ou sanitairement.

 

Il n’y a plus non plus grand monde pour nier qu’en dépit de probables contributions « naturelles » à cette transformation (éruptions solaires, cycles historiques de variation des températures…), l’activité humaine est, au grand minimum, co-responsable de la situation.

 

Mais cette prise de conscience, curieusement, ne s’accompagne pas des modifications drastiques dans les comportements individuels auxquelles on pourrait s’attendre. A fortiori dans un pays comme le nôtre, où l’on bavarde plus volontiers du « principe de précaution » et de la « préservation des avantages acquis » que du temps qu’il fait à la pause de 11 heures.

 

Le principe de précaution, en l’espèce, passerait pourtant par une vraie remise en question de nos modes de déplacement et de consommation. Et nos fameux avantages acquis, de leur côté, semblent davantage menacés par les cyclones, pics de pollution et autres canicules que par l’harmonisation des régimes de retraite ou le droit d’aller acheter sa baguette en bagnole.

 

La France n’est évidemment pas la seule à jouer les autruches, et c’est plutôt le caractère universel de cet « après moi le déluge » (littéralement) qui surprend. Oh, il ne se passe pas exactement rien : on organise des sommets mondiaux, on se fixe des objectifs à vingt ans de réduction de ceci et de baisse de cela, mais le fossé est tellement large entre ce qui paraît nécessaire et ce qui est fait concrètement qu’on est fondé à parler d'un lent suicide de l'espèce humaine.

 

Un de ces quatre matins, nous n’aurons plus besoin de BFM TV pour savoir à quoi ressemble une ville qui vient d’être traversée par un ouragan de niveau 5 ou un sol craquelé et rendu stérile par le réchauffement : il suffira de regarder par la fenêtre. Il sera toujours possible d’en accuser des gouvernements trop démagogues ou pusillanimes pour avoir pris les mesures qui s’imposaient en leur temps, mais seulement après être descendu à la cave pendant le cataclysme en se frappant le front parce qu’on aura encore oublié son masque à gaz au bureau. Ça sera toujours possible, oui, mais il sera tout de même un peu tard.

 

-------------------------------

 

PS : De nombreux organismes collectent actuellement des dons pour les victimes antillaises d’Irma et, sans doute, de José. Par solidarité, mais aussi dans l’espoir que d’autres nous viennent en aide lorsque ce sera notre tour, pensez à leur faire parvenir l’équivalent de quelques litres de diesel...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 10/09/2017 - 10:30 - Signaler un abus Oui avec les énormes bateaux

    De croisière dont un seul pollue autant qu'un million de voitures + les bateau de croisière qui emmènent les gogos admirer le blanc du pôle nord on est en droit de se le demander

  • Par vangog - 10/09/2017 - 10:47 - Signaler un abus Manipulation médiatique majeure!

    Le 5 septembre 1960, l’ouragan Donna, de classe 5 dans l’échelle de Saffir-Simpson, fait des dégâts considérables sur les deux îles du Nord (de la Guadeloupe). Du 2 au 11 septembre, ses vents soutenus ont dépassé les 185 km/h. Avec 17 jours d’activité, Donna détient le record de longévité..."dépassé les 185 km/h"...cet ouragan Donna n'a pas bénéficié ni de la caisse de résonance de BFM-TV, ni d'instruments de mesure suffisamment puissants... Et avant la télévision de Léon Zitrone, survenaient aussi des ouragans majeurs, beaucoup moins médiatisés qu'aujourd'hui, car le monde des campagnes était habitué aux caprices du climat. Mais le monde des bobos, qui méprise le monde des bouseux, des sans-dents et des moins-que-rien, aimerait inciter tout le monde à "revoir ses modes de déplacement"...dans quel sens, Mr le bobo? Dans le sens du bétonnage massif de nos villes pour coller à la très bête loi SRU? Dans le sens d'une transformation de nos voies routières en voies cyclables pour bobos désœuvrés? Sachez que, comme toute mesure écolo-socialiste, ce bétonnage et ces voies cyclables aboutissent à l'inverse de ce qu'avaient prévu les idéologues: embouteillages, pollution et inondations...

  • Par cloette - 10/09/2017 - 11:59 - Signaler un abus en 1980

    le cyclone Anne était de force 5 en Nouvelle Calédonie , il y en eut de très forts bien avant , en 1894 ,je ne sais où ( cf internet ) , ce sont les mémoires des hommes qui s'en souviennent, il y eut aussi un réchauffement climatique au moyen âge, puis un refroidissement, il n'y avait pourtant pas de voitures . Il faut arrêter avec la propagande,

  • Par Super Bobo - 10/09/2017 - 14:07 - Signaler un abus Amusant

    Combien de temps devrons-nous supporter ceux qui ressassent le passé, qui nous disent qu'en 1960 et en 1980 tout c'est bien passé. On est en 2017. Réveil ! (comme on dit à l'armée).

  • Par cloette - 10/09/2017 - 14:21 - Signaler un abus oui Super Bobo

    j'y étais, ça c'est bien passé, normalement passé, moins mal qu'aujourd'hui , comme au Japon pour les tremblements de terre, dans les lieux de cyclone et de mousson, les gens du pays ont l'instinct et savent .....question d'habitude, en 2017, les gens connaissent moins la nature ,ils ne savent plus s'orienter par exemple , un smartphone déchargé, ils sont comme des nouveaux nés ....

  • Par Super Bobo - 10/09/2017 - 16:42 - Signaler un abus Oui Cloette, mais c'est la Calédonie

    J'ai vécu à Nouméa, je précise. Et une grande terre est plus à même de minimiser les dégâts que des îles petites et relativement basses. Après, que les gens ne sachent pas manipuler un canif, là je vous suis. En revanche ne pas voir que les phénomènes s'accentuent et deviennent de plus en plus dangereux, je ne peux pas laisser passer.

  • Par cloette - 10/09/2017 - 17:05 - Signaler un abus ce ne sont pas les phénomènes qui s'accentuent

    c'est leurs diffusions sur les écrans de télé , style BFMTV . les images en boucle font la force .

  • Par Super Bobo - 10/09/2017 - 21:31 - Signaler un abus Pas que BFMTV

    Je n'aime pas cette chaine. Le problème reste majeur, toutes les chaînes en parlent. Toutes. Est-ce un complot médiatique ? Vraiment ? Et, au pire, même si on prend trop de précautions vis à vis de ces phénomènes, est-ce si criminel, quoi ? Protéger les populations...ce n'est pas la base de tout gouvernement ?

  • Par vangog - 10/09/2017 - 21:47 - Signaler un abus @Superbobo est-ce parce que "tous les médias"

    parlent d'un phénomène qu'il est plus important que les années précédentes? Je me souviens d'une époque (Ouh le vieux schnock!) où les cyclones des Antilles (qui faisaient autant de morts qu'aujourd'hui) et de Calédonie méritaient à peine deux phrases au journal télévisé (et aucun envoyé spécial, car pas le temps...). Mais je parle d'un temps où la TV n'était pas TV de propagande pour le mondialisme écolo-béât...en tout cas, ça fonctionne sur les petites vieilles et les ménagères de cinquante ans qui viennent, apeurées, me dire "vous vous rendez compte dans quel monde on vit!" Et moi je réponds "ah oui, l'économie financiarisée, le capitalisme de connivence avec l'ultra-socialisme, les bulles de crédit qui menacent d'éclater..." et elles de me regarder interloquées: "non mais vous ne regardez pas la TV, les catastrophes climatiques à cause du réchauffement?..." et alors je réponds "ah non, mais ah oui!..."

  • Par 2bout - 10/09/2017 - 21:53 - Signaler un abus Pour affronter Super Bobo,

    Super Maman, un bisou, et du Mercurochrome.

  • Par moneo - 11/09/2017 - 17:26 - Signaler un abus HUM

    quand ça commence "A l’exception d’une poignée de complotantes et de pseudo-scientifiques stimulés par la facilité avec laquelle on peut désormais propager de la fake news électronique, il n’y a désormais plus grand monde pour nier qu’une transformation climatique majeure est en cours " je me dis ça y est un spécialiste non scientifique auto proclamé de la religion verte est monté sur son destrier afin de terrasser les non croyants Dire que nous devons payer très chers les livres en France pour cause de prix unique du livre....la culture c'est pas pour les pauvres.. remarquez c'est mieux ,on peut mieux les manipuler.. un écrivain non scientifique vient nous étaler son mépris pour ceux qui n'avalent pas la créations d'un nouveau monde religieux écolo. question ?manque de recherches? manque de culture? membre du nouveau clergé ? remarque .il vaut mieux braire dans le bon sens si l'on veut vendre ses bouquins...quand on voit la tronche de certains météorologues qui se taisent pour ne pas paumer leur boulot cathodique , on se dit que l'intolérance religieuse est partout.Y a des cinglés qui mettent des bombes ,il y 'a des museleurs écolo en mission

  • Par ocean5 - 12/09/2017 - 18:46 - Signaler un abus Cher

    Monsieur Serraf, traiter de pseudos scientifiques ceux qui ne pensent pas comme vous ne valorise pas votre propos, essayez de vous documenter, et vous saurez que le réchauffement climatique naturel a toujours existé tout comme les périodes froides dans la vie de la terre, et que les cyclones et ouragans ont toujours existé et même avec une plus grande force dans le passé, documentez vous cela vous évitera de passer pour un inculte.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€