Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fusillade de Parkland : l’exception culturelle en version américaine ?

Si, d’un massacre scolaire à l’autre, les Américains ne modifient pas leur législation sur les armes, c’est manifestement qu’elle leur convient. « Progressistes » inclus.

Bang bang

Publié le
Fusillade de Parkland : l’exception culturelle en version américaine ?

La relation des Américains aux armes à feu, c’est un peu l’équivalent de celle des Français à la laïcité : une construction historique, philosophique et culturelle sans doute légitime dans son contexte mais supportant mal l’exportation. C’est sûr, la laïcité, elle, ne perce pas de gros trous dans l’abdomen des petits enfants, et c’est évidemment la limite de la comparaison, mais elle génère au moins autant d’incompréhension observée par un tiers.

 

Ainsi, je rentre tout juste de Floride, le dernier État en date à compter ses morts au lendemain d’un massacre scolaire en même temps que le plus gros arsenal privé du pays, et j’ai davantage été frappé par le profil des propriétaires de semi-automatiques que j’ai rencontré que par le nombre d’alligators qui prenaient le soleil dans les parcs publics.

 

Car à mille lieues du cliché du « redneck » qui vote Trump, circule en Hummer et passe ses week-ends en stage de survie post-cataclysme, les défenseurs les plus farouches du Deuxième amendement avec lesquels j’ai échangé ressemblaient plus à nos propres bobos qu’aux balourds à casquette de base-ball des reportages de la télé française sur « l’Amérique qu’on n’aime pas ».

 

C’est qu’on peut fort bien, du côté des Florida Keys, manger bio, fumer des pétards, se bagarrer pour les droits des minorités et des migrants, tweeter des #MeToo, mais planquer un flingue dans le coffre de sa Prius ou le tiroir de sa table de nuit issue du commerce équitable. Il n’y aurait pas de contradiction fondamentale :

 

—Mais tout de même, tous vos « mass shootings » dans les écoles et les concerts, ça n’a pas quelque chose à voir avec ces millions d’armes en circulation ?

—C’est affreux. Il faudrait être plus strict sur les achats d’armes par les mineurs et les gens avec des troubles mentaux ou un casier judiciaire comme a tenté de le faire Obama, mais c’est une autre question. Posséder une arme, c’est la prérogative d’un citoyen libre, que ce soit pour se défendre, pratiquer le tir sportif, chasser ou même se révolter contre une dictature comme l’ont prévu les rédacteurs de la constitution...

—Vous soutenez la NRA alors, puisqu’elle dit exactement pareil ?

—Ces fachos ? Certainement pas…

 

Intrigué, je me suis rapproché du Liberal Gun Club, le lobby démocrate pro-armes, histoire de ne pas mourir idiot à l’occasion d’une éventuelle fusillade pendant mon séjour, et j’ai découvert qu’il existait effectivement une perspective « progressiste » sur le sujet. Une perspective selon laquelle les Américains s’entretueraient « plus fréquemment pour des raisons économiques et sociales que par facilité à se procurer un revolver ».

 

« Nous militons pour la prévention de la violence ainsi que pour une gestion plus efficace des problèmes psychiatriques, de pauvreté, de chômage ou de logement plutôt que pour la prohibition ou la restriction de l’accès à un outil », indique d’ailleurs l’organisation dans ses statuts.

 

En d’autres termes, du point de vue du « gun enthusiast » américain, une arme est essentiellement un objet inerte « sans qualités morales intrinsèques », les meurtres n’étant plus commis que par des « bad guys » pour la faction droitière ou par des laissés-pour-compte de la société pour la faction progressiste. Davantage de policiers et de prisons dans un cas, davantage d’écoles, d’hôpitaux et de logements dans l’autre, et bing !, bye bye Columbine, si l’on peut dire…

 

Je n’ai pas été spécialement convaincu. Je me suis même félicité que nous n’en soyons pas, chez nous, à la 18e fusillade scolaire depuis le début de l’année. Mais ces conversations façon Lettres persanes ayant systématiquement dévié sur l’existence, en France, de fumeurs de pétards, mangeant bio, tweetant des #MeToo, se bagarrant pour les droits des minorités et des migrants, mais approuvant l’interdiction de la burqa et l’intransigeance républicaine à l’égard des religions a laissé la plupart de mes interlocuteurs ultra-tolérants sur le cul.

 

Mais bon, encore une fois, la loi de 1905 fait tout de même moins de trous dans l’abdomen des petits enfants que le Deuxième amendement...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 18/02/2018 - 09:56 - Signaler un abus Indéniablement

    Les massacres ont toujours fait partie de la vie américaine, du temps des pionniers comme de nos jours. C'est même par les massacres que l'Amérique s'est construite. L'importance du budget des armées et la volonté de toujours faire la guerre quelque part en font partie. Il s'agit donc bien d'une culture profondément enracinée. Les Spartiates et les Romains de l'Antiquité étaient un peu comme ça.

  • Par Alain Briens - 18/02/2018 - 10:36 - Signaler un abus Et Israël ?

    Je n'ai jamais entendu parler d'un "mass shooting" en Israël. Pourtant, s'il y a un pays où les hommes (et les femmes !) sont en armes, c'est bien celui-là. La circulation massive d'armes à feu facilite, mais n'est pas à l'origine, de ce type d'événement. Il faut chercher ailleurs, dans les entrailles de la société américaine pour tenter de comprendre.

  • Par Ganesha - 18/02/2018 - 12:23 - Signaler un abus Contrôle social

    Pas tellement d'accord avec les commentaires ci-dessus. L'extermination progressive des indiens d'Amérique a été effectué par les soldats de l'armée officielle, en uniforme. C'est le modèle que le gouvernement israélien met en œuvre actuellement, malheureusement, 150 ans plus tard, alors que la conception des ''droits de l'homme'' a profondément changé. La meilleure prévention contre les ''massacreurs'', c'est probablement le ''contrôle social'' : les individus déviants sont identifiés par leur famille, amis et voisins. Il faut alors avoir le ''courage civique'' de les dénoncer, afin qu'ils soient enfermés dans des hôpitaux psychiatriques. C'est, apparemment, ce qui manque aux USA. Et en France, aussi bien avec les ''fichés S'' qu'avec Nordhal Lelandais.

  • Par Deudeuche - 18/02/2018 - 17:32 - Signaler un abus @Ganesha

    Amateurs de Western années 70? A l’epoque Ou Vietnam et Indiens c’etait la même chose façon Godwin américain. Vive John Wayne et l’armée des USA et d’Israel aussi. Les politiciens qui les dirigent c’est autre chose! Ceci dit Wachita, Yellow River et Wounded knee ne sont pas Yorktown Gettysburg ou Omaha beach, c’est sûr!

  • Par adroitetoutemaintenant - 18/02/2018 - 20:09 - Signaler un abus Fake News !!!

    Serraf répète comme un perroquet un mensonge qui a été totalement démontré par le Washington Post. Il n’y a pas eu 18 fusillades scolaires depuis le début de l’année aux Etats Unis. Car le groupe gauchiste qui a compté fait rentrer par exemple une arme qui a été déchargée accidentellement la nuit dans un parking près d’une école ! Tout le reste de votre article est daubé par cette Fake News. Sur le site suivant vous trouverez cette fausse carte de fusillades scolaires https://www.youtube.com/watch?v=URsbnCZqfAk

  • Par jurgio - 18/02/2018 - 21:24 - Signaler un abus On voudrait bien désarmer tous les particuliers

    mais personne ne sait si on résoudrait le problème. On a même peur de la situation bizarre que l'on pourrait créer.

  • Par adroitetoutemaintenant - 18/02/2018 - 23:21 - Signaler un abus @jurgio

    Non mon cher, on voudrait désarmer tpus les criminels !

  • Par vangog - 19/02/2018 - 00:57 - Signaler un abus Très compliqué!

    Il y a ceux qui croient naïvement qu’en interdisant les armes, on stoppera la violence gratuite. Et il y a ceux qui croient que les armes sont un mal nécessaire afin de se protéger contre toute violence, gratuite ou non...la vérité est sans doute au milieu. Mais il faut s'interroger sur la génération de cette violence aveugle et gratuite et les moyens de l’enrayer. A Parkland, si le FBI avait fait son travail, les morts auraient pu être évités. Le laxisme est une arme par imprudence...mais la violence gratuite existera toujours, malgré toutes les réglementations, malgré toutes les améliorations de la prévention, et c’est probablement le prix à payer pour la Liberté...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€