Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 20 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

APL : quand l’État donne aux riches via les pauvres

Les APL finissent le plus souvent dans la poche des propriétaires, qui augmentent leurs loyers en fonction des aides auxquelles ont droit leurs locataires. C’est pas sympa mais c’est comme ça.

Give me five!

Publié le
APL : quand l’État donne aux riches via les pauvres

J’ai pu le constater tout au long de la semaine, ne pas s’indigner de la baisse de 5 euros des APL est pratiquement l’équivalent de se vanter d’agresser de frêles vieilles dames dans le métro pour leur piquer leur sac. On vous regarde avec des yeux ronds ; on vous demande si vous n’êtes pas tombé sur la tête ; on vous accuse (dans le meilleur des cas) d’être aussi éloigné des « réalités » qu’un émir koweïtien qui viendrait de faire poser des robinets en or dans ses dix-huit salles de bain, ou (au pire) d’être une crapule dont le kif dans la vie est de rendre les pauvres plus pauvres…

Et c’est efficace, parce qu’on en vient effectivement à s’interroger sur sa propre nature : est-ce que ne pas s’opposer à l’amputation de l’allocation logement de millions de personnes de la valeur de deux cafés en terrasse (trois en salle, quatre au comptoir mais, comme en matière de loyer, l’analogie dépend de l’endroit où vous habitez), est bel est bien la preuve de son manque d’humanité ?

Mais parce que deux minutes d’introspection et d’examen de vos relevés bancaires suffisent à vous rassurer, et sur vos capacités d’empathie, et sur votre appartenance à cette majorité de Français pour lesquels un sou reste un sou, vous persistez à trouver que les emportements outragés d’un Alexis Corbière, le député FI marié à une chroniqueuse de C8 qui habite dans un HLM, tiennent plus de la démagogie que de l’apport rationnel au débat.

D’abord, cinq euros, ça n’est objectivement pas grand-chose. Et ce n’est pas moi qui le dit mais Jean-Claude Mailly, qui ironisait, avec raison d’ailleurs, sur la dernière et dérisoire augmentation du SMIC en la convertissant en baguettes tradition (il ne doit pas aimer le café). Ou plutôt, ça n’est objectivement pas le même pas grand-chose pour tout le monde, tous les allocataires de la CAF n’étant pas interchangeables (cf. : la caissière de chez Franprix qui élève seule ses gosses et l’étudiant CSP+ qui a juste besoin d'un complément d’argent de poche).

Mais surtout, un débat parlementaire et médiatique moins centré sur la distribution de certificats de moralité se serait davantage intéressé à l’impact concret des APL sur la politique logement au sens large. Des myriades d’études démontrent en effet que ces allocations sont progressivement devenues l’un des principaux facteurs de hausse de loyers en France, les propriétaires adaptant leurs prix à la solvabilité de leurs locataires (« ils peuvent payer X, je demande X »), le dispositif prenant alors l’allure d’une subvention aux riches transitant par les pauvres.

Un moyen plus efficace de faire baisser les prix serait probablement de consacrer l’argent de la CAF à la construction de logements neufs, la fin de la pénurie étant le meilleur moyen de ramener les propriétaires à un peu plus de réalisme. Et l’effet secondaire de la construction de logements, pour le coup, c’est que ça crée des emplois...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par john mac lane - 30/07/2017 - 10:17 - Signaler un abus Quel mauvais titre

    Sous entendre que tous les riches serait des propriétaire et tous les pauvres des locataires.... Se mettre au niveau de la prose gauchiste revient a faire publicité de leur shéma de pensée....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 30/07/2017 - 12:17 - Signaler un abus Ah bon ?

    Juste un problème de bon sens..... Toutes les lois sociales se retournent contre ceux qu'elles sont sensées protéger. Empêchez les riches de gagner de l'argent et taxez les, et ils se tirent...Protégez les locataires pour qu'ils ne puissent pas être expulsés et les propriétaires demanderont tellement de garanties que seuls les fonctionnaires pourront se loger.... Compliquez la dépose d'amiante et vous en retrouvez partout dans les fossés.... Nos élus sont trop cons pour aller plus loin que l'effet d'annonce !!!!

  • Par toupoilu - 30/07/2017 - 12:27 - Signaler un abus Je ne trouve pas que les rendements locatifs

    Soient si élevés que ça, moi. les propriétaires bailleurs se tapent en fait beaucoup d'emmerdes pour pas grand chose tout déduit. Une preuve en est qu'ils ne se bousculent pas au portillon pour mettre des appartements en location. Avant, c’était aussi une des (seule ?) manières des pauvres de s'enrichir un peu, d'emprunter l’échelle d'élévation sociale comme on dit, en echange de beaucoup de travail. Il était absolument urgent de fermer cette porte afin que chacun reste à sa place, non mais.

  • Par Anouman - 30/07/2017 - 13:06 - Signaler un abus Loyer

    Le raisonnement n'est pas idiot. On peut ajouter que cela fait aussi augmenter le prix des logements à l'achat. Celui qui veut investir pour louer va accepter le prix en fonction du loyer qu'il pourra percevoir et les déductions fiscales auquel il aura droit. Donc si on supprime tout ça on reviendra à un marché plus en phase avec la réalité.

  • Par gerard JOURDAIN - 30/07/2017 - 15:50 - Signaler un abus encore un bien pensant....

    et oui..;la réalité rattrape les défendeurs de l'assistanat... laissez l'être humain se débrouiller seul... l'assister , c'est l'enfermer dans le bras tendu et bouche ouverte. comme disait Coluche: "la gauche aime tellement les pauvres, qu'elle en fabrique...."

  • Par cloette - 30/07/2017 - 16:28 - Signaler un abus Je suis pour le paternalisme

    comme jadis pour les mineurs dans le Nord, qui étaient logés par le patron, pourquoi ne pas demander aux grosses boites de loger les gens qu'ils emploient . De plus elles font venir des immigrés qui vont avoir de l'Etat ou aux collectivités des aides , c'est aux grosses boites à les aider à se loger pas à l'Etat...

  • Par thymthym711 - 31/07/2017 - 09:39 - Signaler un abus L'Etat (c à d les contibuables) distributeur d'argent.

    Effectivement l'argent distribué aux personnes "les moins aisées" finit presque toujours dans la poche des "plus aisées". Le raisonnement suivi dans l'article pour les loyers est parfaitement exact. C'est la même chose quand l'argent n'est pas cher et que les citoyens peuvent emprunter davantage : c'est le prix des biens qui augmente (ex : appartements, maisons...) et le riche devient encore plus riche. L'Etat impose fortement la classe moyenne, redistribue aux moins aisés et enrichit les plus riches. Il est grand temps que le nombre de milliards redistribués diminue pour permettre de diminuer les impôts et que cesse les effets pervers sur l'économie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€