Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vive le French Bashing : le monde entier se paie notre tête mais c’est pour notre bien

Le French Bashing n'est pas un exercice que seule la presse anglo-saxone affectionne. Celle d'Outre-Rhin s'y est mise, et l'autoflagellation est également parfois de rigueur chez nous.

Totem et tabou

Publié le
Vive le French Bashing : le monde entier se paie notre tête mais c’est pour notre bien

Le French bashing fait les choux gras de la presse étrangère.

Evidemment, ce n’est pas très agréable : passe encore l’exercice coutumier de "French bashing" des médias "anglo-saxons", comme on dit chez nous, qui, à dates régulières, nous mettent à l’affiche, comme nos propres médias le font avec les francs-maçons ou l’immobilier parisien… "Marronniers" que tout cela !

Mais voilà que les Allemands – que  nous avons tout de même vaincus, et tous seuls, en 1945 !  –  s’y mettent aussi. Pour ne rien dire de ces pays lilliputiens qui, de la Hollande à l’Irlande, se permettent de donner des leçons de vertu et de gestion à la "Grande Nation". Et le plus grave, c’est que nos élites "déclinistes" en rajoutent et se font un malin plaisir à passer le scalpel au plus vif de nos plaies. Vive donc celles et ceux (ils se reconnaîtront !) qui, contre les délices de l’autoflagellation, nous rappellent les vertus insignes et la gloire sans égale de la France éternelle et, décidément, incomprise !

A ceci près que toute protestation de fierté nationale, parfaitement légitime en soi, doit, pour être crédible, respecter les conditions suivantes :

1/ La connaissance de notre propre histoire, ce qui est la moindre des choses quand on prétend la réhabiliter : par exemple ne pas se contenter du "Petit Lavisse" de nos chères vielles écoles, fleurant bon la plume et l’encrier, mais connaitre aussi quelques études ultérieures sur nos héros supposés, genre Colbert, Napoléon ou Clémenceau – et même Jaurès !  –  si revendiqués aujourd’hui, mais qui eurent leurs grosses faiblesses…

2/ La connaissance des autres, sans laquelle il n’est guère de comparatisme possible. Mais voilà – enfer et damnation ! Il faut pour cela maîtriser la langue de l’ennemi, cette "pauvre" langue anglaise, incapable de traduire les mille et une nuances du sentiment et (surtout) du raisonnement humains… Seul petit problème : tout dictionnaire digne de ce nom montre que nos misérables voisins d’Outre Manche disposent d’un vocabulaire deux à trois fois plus vaste que le nôtre. Ce qui n’a rien à voir avec "le génie" mais tout avec l’histoire des langues. Et les mêmes qui hurlent contre l’invasion de l’anglais à l’université et défendent les humanités classiques, auraient donc interdit le latin à nos théologiens du Moyen Âge et à nos humanistes de la Renaissance, au nom du respect sacré de la langue d’oïl ?

3/ La connaissance de ce qui est en débat et qui bute notamment sur l’ignorance crasse des faits économiques élémentaires dans une culture exclusivement politique : laquelle, à droite comme à gauche, aboutit à des inepties atterrantes du genre : "l’Etat crée des emplois", "l’Etat garant de l’intérêt général" ;  et plus encore ces attaques convergentes contre ce libéralisme honni, qui défend à la fois "les monopoles" et "la concurrence sauvage" (comprenne qui pourra !). Peut-être serait-il envisageable, avant de les condamner, de lire, ne serait-ce que quelques lignes, d’auteurs mineurs puisque non français, comme Adam Smith, John Stuart Mill ou Hayek, qui ont très exactement écrit le contraire de ce que nos "intellectuels" (encore une fois de droite et de gauche) leur attribuent. Mais il est vrai qu’ils ne sont pas au programme de nos classes préparatoires. Comme ne le sont pas les grands libéraux français (eh oui, il y en a !) : ni Guizot, réduit au favoris de Louis-Philippe et à "l’enrichissez-vous !", ni Bastiat (inconnu au bataillon), ni Jean-François Revel (anticommuniste primaire, bah !). Certes un peu de Tocqueville et d’Aron, mais seulement à travers des "capita selecta", qui ne rendent pas la puissance dérangeante de leur pensée…

Et alors miracle… Il se pourrait bien que, ces trois conditions enfin respectées, le "cas français" reprenne quelques couleurs : que, par exemple, au lieu de pousser des cocoricos cocardiers, nous comprenions le vrai sens des hommages répétés du monde extérieur à notre pays : non seulement les médailles Fields et les prix Nobel (qui, de Modiano à Tirole en passant par Villani, ne donnent guère, c’est le moins qu’on puisse dire, dans le chauvinisme béat) ; mais aussi les quelque 70 millions de touristes qui parcourent chaque année, envers et contre tout, notre bel hexagone ; les créatures créatives qui hantent nos "fashion weeks" (pardon pour l’anglais !) ; la renommée mondiale de nos cinéastes et de nos architectes ; et peut-être plus encore nos entrepreneurs et nos centaines de milliers de jeunes que nous chassons de chez nous ("priorité à la jeunesse" oblige !) et auxquels nos voisins pragmatiques et avisés, déroulent, comme le dit le maire de Londres en français dans le texte, le "tapis rouge" !

Alors nous pourrions être en état de comprendre le vrai message de ceux qui sont, après tout, (il est bon de le rappeler !) nos amis et nos alliés indéfectibles : un amour réel de la France que tous les sondages attestent, mais qui ne saurait être inconditionnel. Qui n’accepte plus une arrogance fondée sur l’ignorance ; une autosatisfaction basée sur le déni ; et un "modèle social" financé par les autres…

Non pas une jalousie mal placée ; encore moins une haine de la France ; mais l’exigence d’une profonde affection qui ne se satisfait pas de la médiocrité et du renoncement dans lesquels nous nous complaisons nous mêmes.

Et alors pourra renaître une fierté française authentique qui nous propulsera parmi les grands gagnants de la mondialisation : combat décisif pour lequel, quoiqu’en pensent les hommes et les femmes du ressentiment et du "penser-petit", nous détenons tant d’atouts.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mado83@free.fr - 19/10/2014 - 12:58 - Signaler un abus C de Voogd

    tout à f

  • Par mado83@free.fr - 19/10/2014 - 13:17 - Signaler un abus C de Voogd

    tout à fait d'accord avec lui.Nos politiques, la plupart, sont des prétentieux qui ne connaissent en rien la réalité, si les Anglais nous envoient des "banderilles", c'est pour nous faire réagir. Nos "représentants" ne représentent en rien la France, puisque, au départ, ils se choissisent eux mêmes, ce n'est pas nos petits bulletins de vote tous les cinq ans qui y change qq chose(d'ailleurs l'abstention le montre assez). nos politiques ne cherchent qu'une chose, c'est de DURER ds la vie politique.. Où est la prospective, nos plans de cinq ans montrant la direction, l'avenir ?NON, des petites mesurettes ridicules, et humiliantes.et notre Président, normal, se cachant sous un parapluie!!(pas tjrs)! Nous avons une bande de trouillards qui a peur de la réaction du Peuple et qui n'ose rien..pas finir d'avoir du bashing et ce ne sont pas les élections pré-définies qui y changeront qq chose. MAIS, il est vrai que le "chacun pour soi" français n'arrange pas les choses., ni les corporatismes, ni les syndicats, ni les lobbyes des entreprises. C de Voogd a résumé le "panorama" mieux que moi.

  • Par vangog - 19/10/2014 - 13:47 - Signaler un abus @mado83@free.fr vous oubliez d'écrire que les prétentieux

    et les incompétents au pouvoir, en France, depuis quarante ans, ont été choisis par les Français, et démocratiquement! Vous me direz: peut-on appeler "Démocratie" le gros enfumage électoralo-médiatique orchestré par les plus habiles manipulateurs, qui a consisté à "sélectionner en batterie idéologique" tous les candidats aux plus hautes fonctions de l'état, avant de les présenter aux Français qui, jusqu'à aujourd'hui, avaient rarement d'autre choix que celui d'un menteur patenté, ou d'un tricheur patenté... Dans ce cas, il faut moderniser le choix démocratique de nos dirigeants! Interdire aux médias, syndicats et associations d'œuvre rien sous-main pour sélectionner leurs candidats et inclure de la proportionnelle, afin d'éviter les magouilles et accords pré-électoraux invisibles et paralysants. Au moins, ces accords et magouilles se feront-ils devant le peuple et les chaînes de la propagande LCP et Public-sénat serviront-ils à autre chose qu'a nous présenter les débats soporifiques et lénifiants de formations politiques arc-boutés sur leurs archaïques privilèges! Voilà les solutions de bon-sens et indispensables pour réformer les blocages français!...

  • Par Haddock36 - 19/10/2014 - 13:54 - Signaler un abus Le syndrome D'Asterix

    Notre grand défaut c'est de nous être toujours cru beaucoup plus malins que les autres. Monsieur de Voogd néchappe pas à la règle en déclarant que nous nous sommes libérés tout seuls en 1945. Le monde nous remet enfin à notre place, celle de la lanterne rouge et non celle de lumière universelle, représentée par tous nos philosophes bidons depuis J.J. Rousseau en passant par Sartres et B.H.L.

  • Par vangog - 19/10/2014 - 15:25 - Signaler un abus @Haddock36 Mr De Voogdt a fait une boutade...

    en écrivant que "la France s'est libérée toute seule" en 1945! Car c'est, effectivement, ce qu'ont tenté de nous faire croire les gauchistes et autres anti-américanistes primaire, réécrivant l'Histoire pour la gloire de la résistance Gaulliste qui était, certes, d'autant plus courageuse qu'elle était seule et isolée, rejointe, vers la fin de la guerre, par quelques communistes de la SNCF, après la rupture du pacte socialo-communiste entre Allemands et Soviétiques et beaucoup de résistants-de-la -dernière-heure... Si les jeunes Néo-Zélandais. Australiens, Américains, Canadiens, Africains et Gaullistes n'étaient pas venus mourir sur nos côtes pour défendre notre Liberté (et la Liberté future de leurs pays respectifs), nous parlerions aujourd'hui Russe ou Allemand, sous régime communiste ou socialiste...

  • Par sandhom - 19/10/2014 - 17:19 - Signaler un abus Sérieusement

    "les Allemands – que nous avons tout de même vaincus, et tous seuls, en 1945 ! " Il faut oser l'écrire celle-ci !! Voilà typiquement ce qui nous nuit : une arrogance démesurée.

  • Par Christophe de Voogd - 19/10/2014 - 17:28 - Signaler un abus ouf!

    @vangog merci d'avoir compris mon ironie et le discours que je visais sur la libération de la France en 45...Je crois qu'encore une peu de bashing est nécessaire!

  • Par Harrybos - 19/10/2014 - 17:33 - Signaler un abus sheldon

    Dans une sitcom américaine, THE BIG BANG THEORY, le personnage principal, Sheldon Cooper, ne comprenant rien à l'humour et au second degré, pose quasiment à chaque épisode la même question : "Sarcasm ?" En lisant ces commentaires, je crains que son cas n'est pas unique...

  • Par Enjoy - 19/10/2014 - 17:37 - Signaler un abus le second degrés a du mal à passer je vois ...

    comme le libéralisme en somme ... on es mal barrés

  • Par 2bout - 19/10/2014 - 20:04 - Signaler un abus Mr De Voogd,

    N'en faites pas de trop : vangog n'a que deux neurones. Mais je vous rejoins, la provocation est une façon efficace pour créer les conditions d'une introspection.

  • Par vangog - 19/10/2014 - 20:27 - Signaler un abus @2boutdeneurones Tentez déjà de comprendre le premier

    degré de ce texte! Ensuite (bien plus tard), vous passerez au deuxième degré...quand au troisième degré, inutile pour vous de risquer le court-circuit...

  • Par Texas - 19/10/2014 - 23:19 - Signaler un abus Excellent article

    Mais pour célebrer Halloween , nous effrayer , et montrer que l' on tient compte des critiques qui nous sont adressées , Arte TV diffuse cette semaine un reportage sur les racines pourries du méchant Kapitalism . Le pouvoir de nuisance des " progressistes " et collectivistes de toute nature est loin de s' amenuiser .

  • Par Anguerrand - 20/10/2014 - 06:48 - Signaler un abus La France aurait gagné la guerre seule?

    Ça c'est une nouveauté, SVP n'oubliez pas les américains, canadiens, anglais, australiens, polonais et j'en oublie et ceci durant les 2 guerres mondiales. N'oubliez pas que la France était vaincue et occupée et c'est grâce à ces peuples que nous jalousons maintenant qu'Hitler à été vaincu.

  • Par Eolian - 20/10/2014 - 11:43 - Signaler un abus Pauvres

    commentateurs qui ne comprennent pas le deuxième degré! Comment pourraient-ils donc saisir le reste de l'article qui est excellent. Merci M. De Voogd!

  • Par Outre-Vosges - 20/10/2014 - 14:37 - Signaler un abus Petite considération linguistique

    « Tout dictionnaire digne de ce nom montre que nos misérables voisins d'Outre Manche disposent d'un vocabulaire deux à trois fois plus vaste que le nôtre », c'est là une naïveté contre laquelle un professeur m'avait mis en garde dès ma lointaine jeunesse : la richesse d'une langue n'est pas constituée des mots qui existent en théorie, mais de ceux dont le locuteur moyen peut disposer. Un petit Allemand, par exemple, s'il sait que « Winter » signifie « hiver » comprendra d'emblée des mots comme « Winterschlaf » et « Überwinterung » alors qu'il faudra expliquer à un petit Français la signification d'« hibernation » et d'« hivernage » ; encore le petit Français admettra-t-il fort bien que, s'il a mal aux dents, il doit aller chez le « dentiste », mais le petit Anglais ira chez le « dentist » pour faire soigner ses « teeth ». Monsieur de Voogd le consolera peut-être en lui parlant de la richesse de son vocabulaire ; c'est après tout une consolation.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017).

Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€