Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Transparence et déclarations de patrimoine : comment tuer la démocratie en invoquant son nom

Récemment, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s'est saisie du cas de trois parlementaires, remettant en cause la "sincérité" et de l' "exactitude" de leur déclaration de patrimoine. Pourtant, si rien ne peut excuser une potentielle omission d'actifs, ce besoin de transparence pourrait s'avérer liberticide et déviant par rapport aux principes fondamentaux de notre démocratie.

Totem et tabou

Publié le
Transparence et déclarations de patrimoine : comment tuer la démocratie en invoquant son nom

Récemment, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s'est saisie du cas de trois parlementaires. Crédit Flickr / stefdem

C’est entendu : tout le monde, de l’extrême droite à l’extrême gauche, est POUR : il faut que les responsables publics soient "TRANSPARENTS". En matière financière au premier chef : n’est-on pas en droit d’attendre de nos représentants qu’ils soient "exemplaires" puisqu’ils nous… représentent ? De nos députés qu’ils soient en règle avec le fisc puisqu’ils votent nos impôts ? Et de nos ministres et de nos hauts fonctionnaires, puisqu’ils les dépensent ? La transparence, soyez-en sûrs, c’est le bon sens !

De quoi ériger un nouveau totem de notre République…

Et c’est bien pourquoi notre Président a eu le "bon sens" (un peu stimulé il est vrai par l’affaire Cahuzac) de créer une Haute Autorité de la transparence de la vie publique (HATVP). Et l’on en mesure déjà toute l’efficacité : 3 députés UMP viennent ainsi d’être mis en cause pour des déclarations incomplètes et /ou tardives. La justice est saisie dans les trois cas.

Un premier doute pourrait surgir : 3 UMP contre 0 socialiste ? Y aurait-il donc un usage partisan de la transparence ? Il semble que non car l’équilibre est respecté avec les cas "ministériels" : Benguigui, Le Guen et surtout Thévenoud, tous soulevés par la Haute Autorité et c’est à son honneur. Même si seul le premier a eu à ce jour une suite judiciaire ; même si le cas Le Guen a été réglé à l’amiable avant sa révélation et même si le départ du gouvernement de Thévenoud a d’abord été présenté (par l’Elysée !) comme une "démission pour raisons personnelles". On attend la suite des vérifications des situations des parlementaires, persuadé que la Haute Autorité aura à coeur de veiller à l’équilibre entre droite et gauche.

Mais la transparence appelant la transparence, d’autres questions surgissent : quand seront donc publiées les déclarations d’intérêts des membres du gouvernement, y compris des plus anciens, de Laurent Fabius à Christiane Taubira, alors qu’y figurent déjà celles des parlementaires (voir le site www.hatvp.fr) ? Et pourquoi la loi de 2013 n’a-t-elle pas prévu la publication des déclarations de la plupart des responsables publics concernés, à commencer par ceux des Autorités administratives indépendantes, dont fait partie… la HATVP elle-même ? La logique voudrait – et soyons-en sûr, la logique voudra ! - que l’exigence de transparence, une fois posée, ne connaisse aucune limite et que les citoyens l’exigent pour tous, y compris pour leurs propres voisins. Orwell n’est pas loin…

Car c’est la notion même de « transparence » qu’il faut mettre en cause. D’abord parce qu’elle est de nature à exciter puissamment l’envie de nos concitoyens, invités à se délecter des patrimoines, parfois copieux, et les activités, parfois juteuses, de leur responsables. De quoi, selon un processus magnifiquement décrit par Tocqueville, susciter un prurit égalitaire dévastateur :

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par socratus - 16/11/2014 - 17:43 - Signaler un abus Attendez...

    ...pour l'instant, on est très loin de votre description !! Je constate que sur 60 politicards accusés de fraude fiscale, la presse française ne nous parle, depuis deux semaines, que de trois personnes... toutes trois de l'UMP !! J'attends des nouvelles de Cahuzac et j'aimerai avoir également des infos sur les diplômes de M. Cambadelis et sur les soucis financiers du fils de M. Fabius qui, sans travail, a acheté un appartement de 7 millions d'Euros.. Aussi un peu plus de transparence serait la bien venue !!

  • Par Vincennes - 17/11/2014 - 00:19 - Signaler un abus M. NADAL choisi comme Président pour cette hte autorité de la

    "soit disante" transparence !!! j'en doute vraiment en considérant comment le "CAS" LE GUEN a été traité? sans pataquès et sans "tourner en boucle" sur les chaines en continue, comme c'est le cas avec les 3 députés/sénateurs UMP) alors que LE GUEN avait sous évalué ses biens de 40% + redressement fiscal de 50.000€ pas mal pour un Secrétaire d'état qui, pourtant, est resté en place !! elle est belle leur transparence dont ils nous SAOULENT

  • Par Vincennes - 17/11/2014 - 00:30 - Signaler un abus J'ajoute que LE GUEN est chaargé des relations avec le Parlement

    bel exemple en vérité idem pour BEN KACEM( (dont le mari devient, demain, secrétaire adjoint d'Hollande), qui continue de toucher 3000 € comme Royal (l'ex)..... toutes les deux en tant que Conseillères de leurs régions !! N'étaient t'elles pas contre le cumul des mandats? . Faites ce que je dis......pas ce que je fais !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 
Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€