Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Scandales d'Etat en cascade… ou scandales de l'Etat?"

Le "scandale" ne suffit pas, il faut lui rajouter "Etat" pour lui conférer toute sa gravité, même lorsque cela n'est pas nécessaire. Un abus de langage qui nous fait oublier les vraies sources d’indignation qui, elles, viennent précisément de l'Etat.

Cris d'orfraie

Publié le
"Scandales d'Etat en cascade… ou scandales de l'Etat?"

Le Palais de l'Elysée. Crédit Reuters

Voilà bien une expression que l’on affectionne en France : le « scandale d’Etat ». Il est à notre culture politique ce que les « X-gates » (Watergate, Irangate, Monicagate…) sont à l’américaine. Et comme la période actuelle est faste en invocations du grand mot ! Scandale d’Etat, l’affaire Fillon/Jouyet ; scandale d’Etat, les écoutes de Nicolas Sarkozy ; scandales d’Etat, les affaires Cahuzac et Thevenoud (bientôt Kader Arif ?). Scandale d’Etat, bien sûr, la mort de Rémi Fraisse. Et même scandale d’Etat, selon Christian Estrosi, l’absence d’information du Maire de Nice sur une possibilité d’attentat terroriste dans sa ville...

Mais, au fait, qu’est-ce que cela veut bien dire « scandale d’Etat » ?

Surtout quand chaque camp accuse l’autre du crime en question, non seulement à tour de rôle, mais dans la même affaire ? Quand par exemple dans le cas des écoutes de Nicolas Sarkozy, on s’accuse mutuellement d’être le « scandaleux »: Sarkozy lui-même ou le Pouvoir (et/ou la Justice ?) ? L’affaire Fillon/Jouyet est exemplaire à cet égard : pour les uns, c’est l’« affaire Fillon », pour les autres, l’« affaire Jouyet » ; pour d’autres encore l’« affaire Fillon/Jouyet » et, pour les derniers, l’« affaire Jouyet/Fillon ». Tout est dans l’ordre des noms !

L’idée centrale derrière cette expression si prospère semble être la suivante : l’appareil d’Etat est indûment instrumentalisé à des fins politiques, voire politiciennes. Mais les affaires Cahuzac ou Thévenoud semblent relever d’autre chose : un manquement personnel à une certaine éthique attendue des responsables publics. Et dans la mort de Rémi Fraisse, c’est encore autre chose : un grave dysfonctionnement de l’Etat dans l’exercice même de sa mission, voire un funeste excès de pouvoir venu du haut de la hiérarchie.

L’impression prévaut ainsi que le scandale d’Etat est mis à toutes les sauces et qu’il a fondamentalement une valeur polémique, destiné à surenchérir dans la dénonciation. Rajouter le mot « Etat » à celui de « scandale », c’est donner à ce denier une gravité particulière. Rien à voir avec le tout venant des scandales ordinaires ! Mais c’est du même coup signifier à quel point l’Etat est chez nous chose sacrée, référence absolue, mesure suprême du Bien et du Mal. Et défile alors la grande galerie des clichés, ancrés dans l’imaginaire collectif, au seul appel magique du « scandale d’Etat » : Masque de fer, collier de la Reine, Canal de Panama et autres Stavisky…

Bref, avis aux grands défenseurs de la morale publique : si vous voulez avoir quelque écho, n’omettez jamais le mot « Etat » au scandale que vous dénoncez !

Or, curieusement, l’expression se fait beaucoup plus rare lorsqu’il faut qualifier les manquements de l’Etat lui-même aux fondements sur lesquels il repose, aux lois qu’il a promulguées et aux engagements qu’il a lui-même contractés. Quand une ministre de l’écologie annule des permis d’exploitation d’hydrocarbures donnés par son prédécesseur ; quand une autre dénonce un contrat, que l’on croyait en béton, liant l’Etat à une société pour le prélèvement de l’écotaxe ; quand cette même ministre souhaite l’annulation d’un projet de barrage dont l’utilité publique n’a pas, que l’on sache, été décrétée par le Saint Esprit, quelle est alors la réaction dominante ? On salue son « sens politique », sa « préoccupation écologique » et/ou son « souci des deniers publics » !

Curieux pays où l’on applaudit donc à la rupture de la parole de l’Etat par l’Etat lui-même et qui rappelle les grandes heures de la monarchie où l’on faisait « rendre gorge », dans l’allégresse du peuple, aux financiers que l’on avait soi-même chargé de pressurer ledit peuple…Curieux pays où « l’égalité » est, dans tous les domaines, revendiquée, réclamée, exigée, et où cette même égalité est régulièrement « mise de côté » par ceux-là mêmes qui l’invoquent le plus. Principe bafoué notamment (et très logiquement pour qui a lu dix lignes de sociologie élémentaire) au profit des serviteurs dudit Etat : pourquoi la suppression du seul jour de carence dans la fonction publique quand les salariés du privé sont soumis à trois ? Pourquoi, entre les uns et les autres, la persistance de régimes de retraite si inégalitaires ? Pourquoi donc ce brouhaha autour des « retraites-chapeau » et autres dividendes, (argent privé), et cette discrétion sur les primes (argent public) des hauts fonctionnaires ? Et pourquoi donc cette volonté soudaine de libéralisation des « professions règlementées » par un Etat qui refuse la moindre retouche au statut (en marbre) de ses propres agents ?

Curieux pays, en vérité, où des inspecteurs des finances s’émeuvent des privilèges des notaires !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 23/11/2014 - 10:56 - Signaler un abus J'ajoute que la France est le seul pays qui a créé une inégalité

    de fait en faisant élire les Fonctionnaires. Ce qui est totalement interdit dans les vraies démocratie (USA, UK, Allemagne, Pologne, Autriche etc...) C'est interdit et même ils n'ont pas droit d'y revenir après avoir démissionné pour être élu mais n'étant plus élu après leur mandat. Ce qui donne en France depuis 1981 ( 55 à 60% des élus Fonctionnaires députés, sénateurs, régions etc... plus le contrôle de l'Etat, le contrôle des Syndicats. ) Ce qui fait que l’État Français est en situation de conflits d'intérêts permanent. L'avantage c'est que le conflit d'intérêt pour des Fonctionnaires et bien n'est pas visible par le simple quidam du Privé puisqu'ils ont les fonctionnaires tous les pouvoirs.

  • Par le Gône - 23/11/2014 - 11:59 - Signaler un abus le scandale ....

    c'est que cette équipe de bras cassés et de gens foutre puissent gouverner notre pays, et que cette grosse gonfle minable et incapable en soit le président..la est le seul scandale..les autres sont a l'évidence.

  • Par Vincennes - 23/11/2014 - 12:12 - Signaler un abus PETIT ou GROS un scandale est un scandale!!

    comme cette presse "aux ordres" à laquelle Hollande a octroyé une "niche fiscale" de 7.650€ X par 40.000 journalistes (à vos calculettes), alors que nos impôts ne cessent d'augmenter et que nous sommes loin d'avoir leurs salaires et leurs avantages !!! Avantage que leur avait refusé Sarko, devenant la "bête à abattre" d'où cette cabale pour l'empêcher de revenir......"niche fiscale" qui n'avait pas fait la UNE des journaux ni des chaines dites "en continue" et on comprend pourquoi !!!

  • Par vangog - 23/11/2014 - 14:16 - Signaler un abus Les scandales ont toujours existé et existeront toujours...

    ...car les Politiciens ne sont que le reflet de la société qui les a élus et qu'ils ont aidé à construire: une "société système D", où le mensonge et la triche sont devenus les règles prioritaires pour contourner la gueule avide du Baal étatique...ceux qui contournent, délocalisent et optimisent fiscalement, s'en sortent...ceux qui sont hyper-réglementés, chômeurs-à-vie et incapables de délocaliser paient pour les tricheurs et les menteurs...voilà le vrai scandale de cette "société système D", construite par les socio-démagogues des trente dernières années et qui est en pleine "crise de social-démagogie". Le reste, les autres scandales, Cahuzac, Dallongeville, Kusheida, Médias-aux-ordres, mafias syndicales, associations communautaristes et immigrationnistes, clientélisme des collectivités, Présidents pantins manipulés par des minorités...ne sont que des dégâts collatéraux de la vraie crise qu'il faudra bien résoudre, sous peine de périr, la "crise de la social-demagogie"!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 
Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€