Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

“Responsabilité” : comment on a transformé une qualité morale en piège politique

L'exécutif ne jure plus que par la "responsabilité", un totem plutôt inhabituel pour la gauche française, et surprenant pour ce gouvernement. En effet cette notion suppose d'agir et de rendre des comptes...

Méfiance

Publié le
“Responsabilité” : comment on a transformé une qualité morale en piège politique

La responsabilité n’est pas un totem habituel de la gauche française. Crédit Reuters

Un mot se fait de plus en plus fréquent dans le vocabulaire de l’Exécutif. RESPONSABILITE (S). Il sature le discours du premier ministre, véritable leitmotiv de ses interventions à l’Assemblée nationale, où "l’appel à la responsabilité" est distribué sans compter à la droite, au MEDEF… et aux frondeurs. Le Président lui-même y a recours et dans des contextes qui ne doivent rien au hasard : pacte du même nom bien sûr, promu au rang de totem économique du quinquennat ; mais cette semaine encore, à propos du vote des étrangers : François Hollande rappelle qu’il y est favorable mais qu’il n’a, hélas, pas la majorité requise ; et qu’il demande donc aux formations politiques de "prendre leurs responsabilités".

Le phénomène mérite d’être relevé pour au moins deux raisons :

La première est que la responsabilité n’est pas un totem habituel de la gauche française (à la différence de la gauche allemande et nordique) ; et pour cause : son saint des saints est l’EGALITE (voir ma chronique précédente dans Atlantico) et sa vision du monde est largement déterministe. Peut-on être vraiment individuellement responsable si l’on est socialement conditionné ? La responsabilité est, de fait, une valeur clef du libéralisme car elle constitue la contrepartie morale de son principe fondamental : la liberté. Liberté qui n’a donc rien à voir avec la loi de la jungle car être responsable, c’est à la fois agir et rendre compte : double sens très productif, où coexistent l’idée de pouvoir et celle de devoir, résumé dans l’expression "assumer ses responsabilités".

Lire également : "Egalité" : LE totem français fait son grand retour escorté de tentations dangereuses

On retrouve ces deux sens de pouvoir et de devoir dans l’usage que fait Manuel Valls du mot et qu’il utilise d’ailleurs indifféremment à propos de lui-même ("quand on est en responsabilités…") et de ses adversaires ("prenez vos responsabilités !"). Encore une preuve de l’horrible libéralisme inavoué du Premier ministre ?

Ce n’est en tout cas pas le cas du Président qui emploie le sens moral du mot à l’usage exclusif… des autres. Ainsi du "Pacte de responsabilité", où il faut comprendre que la responsabilité en question incombe aux entreprises. D’où l’idée d’un "Observatoire des contreparties" de ces dernières. Peu importe qu’en la matière l’Etat ne leur donne rien, mais consente seulement à un allègement de leurs lourdes charges. Peu importe que l’Etat décide d’accroître chaque jour davantage règlementation, pression fiscale et cotisations sociales (cf. le compte de pénibilité). Et peu importe que la logique du dispositif aurait voulu la création d’un observatoire des contreparties… de l’Etat ! Au demeurant et en dehors de la (très minoritaire) presse économique et libérale, personne ne semble s’étonner, encore moins s’indigner, de cette légèreté revendiquée des obligations contractuelles de l’Etat français. On le mesure aux épisodes "Ecomouv" et autres concessions autoroutières, où la seule question posée est celle de l’opportunité d’une rupture de contrat : le principe même de cette rupture semble naturel aux yeux de tous ! Bref dans notre mentalité collective, façonnée par des siècles d’arbitraire, l’engagement public échappe au principe fondamental du droit qui veut qu’un contrat soit d’abord fait pour être observé. Demandons-nous une seconde quelle serait la réaction des mêmes journalistes du service public, si le même Etat décidait de rompre à sa convenance le contrat qui le lie à eux…

Quant au vote des étrangers, la réaction dominante des médias a été sceptique mais modérée : au mieux un "coup de com" ; au pire un aveu d’impuissance. Rares sont ceux qui, tel Bruno Rayski dans ces mêmes colonnes, se sont avisés que le Président dispose bel et bien en la matière du pouvoir de consulter le peuple par referendum (article11 de la Constitution). Bref, que le sujet et sa solution entrent pleinement dans ses propres … responsabilités !

Et c’est ainsi qu’un noble mot moral devient un redoutable piège politique pour les partenaires/adversaires du gouvernement. On le sent bien à la petite musique entendue depuis quelques mois et reprochant aux patrons "de ne pas assumer leurs responsabilités" ; on voit bien, en cas d’échec, quelles seront les victimes désignées à la vindicte populaire… Mais voit-on assez que le piège pourrait se refermer, à l’intérieur de l’exécutif lui-même, sur ceux qui sont en charge du dossier, Manuel Valls et Emmanuel Macron ? Car les voici désormais seuls sur le front économique et social, tandis que le Président prend comme on dit "de la hauteur", d’escapades dans le pays profond en discours sur son passé. De son présent et de son avenir, n’est-il donc plus responsable?

Magnifique tour de passe-passe politique, dans la meilleure tradition machiavélienne, qui fait de "François II" (Hollande) le digne successeur de "François Ier" (Mitterrand) : responsable suprême qui sut si bien échapper, "les yeux dans les yeux" (déjà !), du Rainbow Warrior à l’affaire Gordji en passant par le chômage de masse, à sa responsabilité (sauf européenne !). Et qui, après une impopularité, alors sans précédent, sut se faire réélire triomphalement... Une leçon parfaitement retenue par le deuxième François, qui a vécu cette époque au plus près du premier, on l’oublie trop souvent. Comme on sous-estime toujours, dans son propre camp comme chez l’adversaire, son habileté tactique et rhétorique.

Sans doute les deux hommes diffèrent-ils sur bien des points. Sans doute l’histoire ne se répète-t-elle pas. Et sans doute le monde a-t-il bien changé : mais François Hollande ? Dans cette approche si  sélective de la responsabilité, est-il au demeurant le seul ? Depuis plus de 20 ans - les historiens dateront sans doute le phénomène de l’affaire du sang contaminé - les politiques de tout bord jouent de la responsabilité comme d’un mistigri, accusant les uns, se défaussant sur les autres, ou contournant leur "bilan"… Faut-il chercher ailleurs la raison profonde du divorce entre le peuple et les élites ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bjorn borg - 21/12/2014 - 15:30 - Signaler un abus Responsabilité

    quand tu nous tient. Si le président était un vrai responsable, il en tirerait toutes les conséquences de ses actes et devrait démissionner sur le champ. Hélas, n'est pas le Général de Gaulle qui veut. Il n'a jamais pu endosser les habits du président. Il devait être trop gros et ça ne s'est pas arrangé depuis. Déjà que la Corrèze était mal gérée, un pays c'est bien autre chose. C'est pour ça que la monstrueuse dette augmente sans cesse. Ils sont nuls au gouvernement, ils ne savent pas gérer. Mais qu'ont-ils donc appris à l'ENA?

  • Par jmpbea - 21/12/2014 - 16:43 - Signaler un abus Il a raison... Chacun ses responsabilités...

    lui doit dépenser l'argent pris aux francais et même celui qu'il leur prendra dans les mois à venir, et même celui de leurs enfants....les patrons doivent de leur baguette magique, installer la croissance....ah mais là attention! Pénibilité, taxes , tortures infligées par les contrôles de toute sorte....pas possible...pas responsables...les francais...plus boire, plus fumer, plus rouler, plus d'impôts a payer, plus de taxes sur tout ce qui bouge voire meme sur ce qui ne bouge pas ( résidences secondaires) n'en peuvent plus non plus.... Alors... Alors.... Eh ben le seul responsable qui fonctionne est celui qui dépense....NA!

  • Par john mac lane - 21/12/2014 - 17:20 - Signaler un abus Et la "retraite" responsable?

    La rente à vie sur le compte d'une mise en disponibilité pendant 30 années? C'est sur c'est "responsable"!

  • Par ELLENEUQ - 24/12/2014 - 09:58 - Signaler un abus Les François sont une vraie plaie !

    1er Mitr'and, 2ème Hollandouille, 3ème Vaticanaille. Un trio à fuir !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 
Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€