Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Egalité" : LE totem français fait son grand retour escorté de tentations dangereuses

L'égalité se trouvait au cœur du discours tenu par Manuel Valls devant la Fondation Jean Jaurès mercredi 10 octobre, ce qui n'a rien de très surprenant. Ce qui est plus inquiétant en revanche, ce sont toutes les dérives que le culte voué à ce principe peut entraîner.

Le poids des mots

Publié le
"Egalité" : LE totem français fait son grand retour escorté de tentations dangereuses

L'égalité, contre-productive ? Crédit Reuters

A une gauche en perte accélérée de repères, d’identité, et d’adhésion(s), la semaine passée semble avoir offert un répit, voire un ballon d’oxygène. Avec le discours de Manuel Valls à la fondation Jean Jaurès, voici qu’elle se ressource auprès de son totem tutélaire : l’Egalité. Discours conforté par l’étude de l’OCDE, peu suspecte de marxisme militant, sur les effets négatifs des inégalités sur la croissance, qui a été habilement sollicitée dans ce retour aux fondamentaux.

A première vue comment ne pas donner raison au Premier ministre sur la différence fondamentale entre la droite et la gauche sur le rapport à l’égalité ? La première ne privilégie-t-elle pas l’ordre comme valeur cardinale ?

Et comment ne pas lui donner raison lorsqu’il constate les limites de la redistribution et prône une politique de « pré-distribution », c’est-à-dire de prévention et non de correction des inégalités ?

Sauf que c’est aller un peu vite en besogne : d’une part le saint graal de l’égalité pourrait bien être très difficile à conquérir pour le preux chevalier Manuel : peu de chances que la suppression des notes à l’école y contribue. Cette autre actualité de la semaine, dont Pierre Duriot, dans les colonnes d’Atlantico, vient de démontrer le caractère aussi hypocrite que contreproductif… D’autre part la politique du Premier ministre reste massivement une politique de redistribution, qu’il vient lui-même de renforcer en supprimant la première tranche de l’impôt sur le revenu !

Sauf encore que cette notion d’égalité est fondamentalement ambigüe, voire contradictoire : égalité des droits ? Mais celle-ci est un héritage du libéralisme (classique) de Locke à Hayek et non du socialisme. Egalité des opportunités ? C’est ce que semble recouvrir l’appel à la « pré-distribution » de Manuel Valls. Mais là encore un petit hic : cette « égalité des chances » est elle aussi un héritage du libéralisme (progressiste), de John Stuart Mill à John Rawls…Le « cas Valls » décidément s’aggrave et son libéralisme pourrait bien être une maladie (honteuse) encore plus grave que ne la diagnostiquent ses pires ennemis à gauche! Reste « l’égalité des conditions » : c’est-à-dire l’égalité des revenus, rêve bel et bien socialiste celui-là, marxiste même, et dont on connaît le résultat historique : la pauvreté pour tous, nomenklaturas exceptées !

Sauf, de plus, que la lecture dominante de l’étude de l’OCDE, sur fond de « Pikettisme » triomphant, traduit une inquiétante dérive de l’esprit critique, où les règles élémentaires de la logique et de l’analyse statistique sont bafouées : corrélation entre inégalités et croissance qui n’a rien de linéaire ; exceptions gênantes comme… la France précisément, aussi peu inégalitaire (eh oui !) qu’en panne de croissance ; rôle finalement modeste des inégalités sur le niveau effectif des taux de croissance (la Nouvelle-Zélande, le pire élève en matière de croissance des inégalités dans l’OCDE, est l’un des pays les plus dynamiques du monde !). Eh bien, tout cela n’empêche pas le chœur des commentateurs (sauf des Echos à Atlantico !) de décréter une causalité directe et unilatérale : les inégalités tuent la croissance ! Sans se demander si la causalité dominante ne jouerait pas exactement en sens inverse : le manque de croissance renforce les inégalités, par un mécanisme aussi simple que redoutable, le chômage de masse et de longue durée. Et c’est au passage ce que démontre le même rapport de l’OCDE : l’inégalité nocive est celle des plus pauvres, non par rapport aux plus riches, mais rapport aux classes moyennes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 14/12/2014 - 10:22 - Signaler un abus Tocqueville et notre présente dictature douce

    Tocqueville avait raison de craindre le primat de l'EGALITE prétexte à toutes les entraves. En 150 ans, personne, je répète personne de nos multiples générations de dirigeants ne semble l'avoir lu, médité afin d'en tirer les conséquences. Ajoutez y notre totale ignorance de Frédéric Bastiat, tous deux hommes de gauche en leur temps, et vous aurez compris pourquoi nos dirigeants s'obstinent dans le totem trop facile de l'égalité: il justifie la lâcheté de tous les renoncements devant de véritables réformes.

  • Par vangog - 14/12/2014 - 12:28 - Signaler un abus Le paternalisme d'état...voila ce que les gauchistes ont inventé

    pour maintenir un peuple dans l'enfance et la soumission! Il est vrai que la droite archaïque ne fait pas mieux, suivant la voie tracée par la gauche, sans avoir aucun courage pour s'en écarter, ni revenir en arrière. Après avoir été trop loin dans ce parcours extrême, qui a écarté toute Liberté et créativité, les gauchistes et la droite archaïque n'ont plus le courage d'avouer leur erreur, et préfèrent continuer, coûte que coûte... Le plus terrible dans cette impuissance conjointe de la droite et de la gauche archaïques, c'est que d'autres pays ont traversé les mêmes errements spirituels, et ont trouvé la solution, eux! Les pays nordiques, qui avaient fait du paternalisme d'état la constante de leur politique, dans les années 80, ont su prendre le virage qui les a mené à l'équilibre. La France et les pays sudistes (à l'exception de l'Espagne qui semble vaincre le Zapaterisme) ne savent pas analyser le parcours des autres pays et donc, n'appliqueront jamais les solutions trouvées: des réformes à la Nordistes, conjuguées avec une relance monétaire à l'anglo-saxonne. La solution est délicate à trouver et elle sera le fruit d'un équilibre des valeurs et du temps.

  • Par 2bout - 14/12/2014 - 16:03 - Signaler un abus Totalitarisme et égalitarisme

    Pendant des siècles, les religions monothéistes se sont appuyées sur le mythe de l'égalité (accessible dans l'au-delà) pour nous imposer une morale régentant nos sociétés. Puis d'autres hommes ont détourné cette idée à des fins toutes aussi idéologiques, nous faisant croire que cette égalité pourrait devenir le dessein d'un système social abouti. Mais cela reste une illusion, malgré le nivellement organisé par les commissions ministérielles de l'EN, la captation par l'Etat des richesses pour la redistribution et malgré l'uniformisation d'une citoyenneté relayée par les médias subventionnés et donc systématiquement "bien-pensants" : une messe médiatique dont Polony est devenue agent (comme tous ceux de la Fonction Publique de manière générale), niant par exemple la réalité des chiffres, improvisant à l'occasion le rôle de Nabila chez Ruquier ... Pour assurer la cohésion d'un groupe d'individus, il faut établir un cadre et des règles. L'adhésion à un ensemble ordré correspond implicitement à une perte de liberté. Pour imposer l'utopie de l'égalité, on réduira l'individu au modèle adapté, jusqu'à rendre si nécessaire plus liberticide ce système.

  • Par 2bout - 16/12/2014 - 09:43 - Signaler un abus Pour conclure brièvement,

    c'est tellement plus facile de gérer l'égalitude.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017).

Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€