Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Décapitations ? Non, égorgements : ce qui se joue vraiment dans l'emploi des mots relatifs au Califat islamique

Le choix des mots utilisés pour décrire les actions de Daesh, ou de tout groupe similaire, commence à évoluer, pour mieux retranscrire l'horreur de tels actes. Une partie du chemin est faite, une autre – et pas des moindres – reste encore à parcourir.

Evolution sémantique

Publié le
Décapitations ? Non, égorgements : ce qui se joue vraiment dans l'emploi des mots relatifs au Califat islamique

Le choix des mots utilisés pour décrire les actions de Daesh, ou de tout groupe similaire, commence à évoluer Crédit REUTERS/Patrice Masante

"Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté" (Confucius)

Les choses, ou plutôt les mots, progressent, hélas en proportion du progrès de l’horreur subie par les otages de Daesh : "Assassinés" remplace ainsi de plus en plus "exécuté" qui renvoie à l’idée d’une sentence judiciaire ; et "enlevés" prend enfin la place consacrée de "retenus" : nos otages successifs, que l’on sache, n’ont pas été "retenus" par les grèves à répétition d’Air France ! L’effet de ce choix de vocabulaire était clair et bien connu en rhétorique : soit par l’euphémisme, procédé désigné du "politiquement correct", soit par la connotation légale –fût-ce le droit de la guerre- l’on aboutit à la minimisation des atrocités perpétrées contre les otages.

Mais il reste bien du chemin à parcourir avant que le choix des mots soit juste et précis. L’on pourrait commencer par mettre fin à l’hésitation qui persiste encore et souvent au sein d’un même commentaire, où l’on passe d’un mot à l’autre sans crier gare. Or le laxisme sémantique est toujours le signe d’un relâchement éthique et/ou politique.

Par ailleurs d’autres mots persistent, comme "combattants" pour désigner les membres de Daesh, ce qui est leur faire trop d’honneur, alors même qu’ils délèguent à d’autres la rude tâche de la guerre et se spécialisent dans le meurtre lâche de victimes sans défense. Et surtout le mot de "décapitation" pour désigner le supplice de ces victimes est doublement mal venu : d’abord parce qu’il fait l’impasse sur la réalité première de la mise à mort : un égorgement au couteau, qui signifie souffrance atroce et ravalement de la victime au rang d’animal. Ensuite parce que, du moins dans l’inconscient français, "décapité" renvoie trop à la guillotine, châtiment qui en son temps (révolutionnaire) fut choisi pour sa double vertu d’humanisation et d’égalisation de la peine de mort (eh oui !). On a décapité Louis XVI ; mais on a égorgé Hervé Gourdel.

Il est donc temps pour les médias d’adopter pour de bon (ne serait-ce pas une mission enfin utile pour le CSA ?) des mots alternatifs, clairs et simples. Certes, il est sans doute difficile d’abandonner le mot même d’ "otage", qui eut jadis sa noblesse en tant que gage de la parole donnée (les princes s’assuraient ainsi de leurs engagements respectifs en s’échangeant des proches) ; mais il nous reste  "enlèvement" au lieu de "capture", "chantage" au lieu de conditions », "assassinat" au lieu "d’exécution", "égorgement" au lieu de (ou avant) "décapitation". Aurait-on idée de parler, dans un cas de kidnapping tragique, de "capture et d’exécution" ? C’est bien connu, les enfants sont innocents. Pas les otages ?

S’il est un mot qui, en tout cas, s’impose désormais pour désigner les membres de Daesh, c’est bien celui d’assassins. D’une part pour souligner la dimension purement criminelle – avec préméditation - de leurs actes. D’autre part, en raison d’un précédent intéressant : notre mot « assassins » vient en effet de la secte des hashishiyyin, qui sévit du Nord-Ouest de l’Iran à la Syrie, de la fin du XIème au milieu du XIIIème siècle : cadre géographique qui n’est pas si différent de celui de « l’Etat islamique » actuel. L’étymologie du mot est contestée et en tout cas embrouillée : il signifie en arabe « fumeurs de Haschisch », mais une telle pratique est aussi peu attestée par les textes que déconseillée pour des tueurs « efficaces ». L’hypothèse d’Amin Maalouf, qui y voit la transposition du mot persan "Asâsiân" ("Asâsioun" en persan parlé), paraît bien plus conforme à l’origine iranienne du mouvement et à sa radicalité religieuse, cherchant à revenir (déjà !) au vrai "fondement" (asâs) de l’Islam. « Fondement » ou « base » disent les dictionnaires, c’est-à-dire l’exact sens de l’arabe…(Al) Qâ`ida !

A cette étymologie si productive, correspond des pratiques étrangement similaires : fanatisation des esprits, culte du chef, infiltration de l’ennemi, dissimulation érigée en art, et meurtres politiques mis en scène pour frapper l’opinion : de préférence contre le calife lui-même ou son vizir, un vendredi en pleine mosquée, quitte à se faire massacrer par les gardes du corps. Le précurseur, en somme, de l’attentat suicide… Que les « mauvais » musulmans aient été les premières victimes de ces « assassins » historiques, aux côtés d’illustres victimes chrétiennes, comme le roi de Jérusalem Conrad de Montferrat, prolonge le parallèle, décidément troublant.

Comme l’est la description suivante de la secte, due à Guillaume de Tyr, l’un des principaux chroniqueurs du temps des croisades et parfait connaisseur de la région, où il naquit et mourut.

"Le lien de soumission et d'obéissance qui unit ces gens à leur chef est si fort qu'il n'y a pas de tâche si ardue, difficile ou dangereuse que l'un d'entre eux n'accepte d'entreprendre avec le plus grand zèle à peine leur chef l'a-t-il ordonné. S'il existe, par exemple, un prince que ce peuple hait ou dont il se défie, le chef donne un poignard à un ou plusieurs de ses affidés. Et quiconque a reçu l'ordre d'une mission l'exécute sur-le-champ, sans considérer les conséquences de son acte ou la possibilité d'y échapper. Empressé d'accomplir sa tâche, il peine et s'acharne aussi longtemps qu'il faut jusqu'à ce que la chance lui donne l'occasion d'exécuter les ordres de son chef." 

Toute ressemblance avec les événements actuels…

Mais il y aurait aussi un autre avantage à renvoyer les tueurs d’aujourd’hui aux tueurs d’autrefois : mettre sur le même plan les « ultras-sunnites » (ou qui se prétendent tels) de Daesh que les chiites ismaéliens (dont les hashishiyyin furent une excroissance délirante), lorsque l’on sait que les premiers honnissent les seconds par-dessus tout…. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 28/09/2014 - 13:56 - Signaler un abus Vocabulaire

    Confucius proposait de rétablir une gouvernement juste et efficace en deux ans en rétablissant la justesse du langage. Autre confusion fréquente: décimer ne signifie pas exterminer ou éradiquer mais tuer une victimeSUR DIX

  • Par Marie-E - 28/09/2014 - 16:00 - Signaler un abus D'accord avec vous sur l'importance des mots

    Mais pourquoi laisse t on dire quand il s'agit d'Israël de : colonies, apartheid, génocide (envers les Palestiniens), territoires occupés (au lieu de disputés) crime de guerre, crime contre l'humanité, bébé colon (le petit Fogel) retrait de territoires (et non des territoires)... j'en passe et des meilleures, je n'arrête pas d'intervenir. Alors oui les mots ont de l'importance pour tous les sujets quels qu'ils soient car ils influencent les lecteurs qui ne connaissent pas le sujet ou qui le connaissent superficiellement. Je me souviens d'un documentaire sur Arte sur le pouvoir du langage (à l'époque nazie) excellent.

  • Par phillis - 28/09/2014 - 20:28 - Signaler un abus Bi-centenaire de la Révolution française

    En 1989 dans ma commune on a fait défiler les écoliers sur un char avec une guillotine sanguinolente! Quel différence entre ceux dont vous parlez et nos ancêtres de la Révolution Française! Mitterand n'avait pas voulu de repentance et avait assumé toutes les exactions,meurtres, viols , assassinats,décapitations! Les mêmes qui vantent notre République gagné au prix de milliers de morts s'indignent toujours de la révolution dans les autres pays!

  • Par Anguerrand - 28/09/2014 - 21:22 - Signaler un abus Ne pas dire daesh

    Mot arabe qui veut dire état islamique, islamique disparaît donc dans le mot daesh afin de ne pas heurter nos amis musulmans. C'est donc étonnant que l'auteur l'utilise et nous expliquer que le vocabulaire est dévié pour des raisons pas toujours avouables.

  • Par ELLENEUQ - 28/09/2014 - 22:44 - Signaler un abus Quel califat ?

    Vous parlez sans doute du califat musulman baptisé Daesh ? L'islam a tout à voir dans cette affaire et les musulmans aussi ! Leur nombre à la soit-disant manifestation contre l'Isil ou EIL était impressionnant par sa retenue. D'ailleurs les médias n'ont donné aucune image permettant de mesurer ce néant !

  • Par Milsen - 29/09/2014 - 09:56 - Signaler un abus Le poids des mots

    Il faut insister sur le caractère rituel de l'égorgement rabaissant la victime au rang d'animal, de bête, comme le "sourire kabyle" pendant la guerre d'Algérie. Par ailleurs, si l'euphémisme du "politiquement correct" provoque l'appauvrissement de la langue, il est bien aidé par les superlatifs journalistiques et les dérives sémantiques de la publicité.

  • Par Leucate - 29/09/2014 - 17:25 - Signaler un abus savoir qui est l'ennemi

    J'ai regardé la vidéo de l'égorgement de notre concitoyen qui est resté très digne jusqu'à la fin. Quand ce fut fini, un des salopards a exhibé la tête devant les caméras. Même si cela peut choquer les âmes sensibles, il est toujours bon de savoir qui est l'ennemi et ce dont il est capable de faire. Maintenant, seront nous capables d'aller le chercher "jusque dans les chiottes" ?

  • Par berdepas - 09/10/2014 - 13:18 - Signaler un abus Excellent article.

    Il est temps en effet, d'en finir avec les petites pudeurs verbales, destinées à éviter de blesser les Musulmans. Décapité, ça fait plus "propre" qu'égorgé. D'ailleurs, n'avons-nous même pas décapités nos Rois et de centaines de suspects de "royalisme" sous Robespierre et sa clique ??? Hélas, dans le cas de ce pauvre Hervé Gourdel, il s'agit bien d'un égorgement, quasi rituel. http://berdepas.wordpress.com/2014/09/24/decapites/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 
Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€