Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vers un plus grand essor des technologies sécuritaires

Le sentiment d’insécurité alimente aux États-Unis une prolifération de petites entreprises à fort potentiel de croissance qui se sont spécialisées dans la mise au point d’outils de protection des citoyens.

La minute "Tech"

Publié le
Vers un plus grand essor des technologies sécuritaires

La vidéo surveillance telle qu’elle se déploie dans nos villes acquiert une nouvelle dimension avec des drones aux allures d’insectes. Crédit Reuters

Le recours méthodique à l’informatique pour lutter contre la délinquance a été inauguré par le maire de New York, Rudolf Giuliani, dans les années quatre-vingt-dix. L’inventeur de la « tolérance zéro » a doublé le nombre de policiers en six ans en y intégrant des membres des minorités ethniques; il a également équipé certaines patrouilles d’assistants numériques personnels ou PDA (les ancêtres des tablettes actuelles) qui étaient connectés à une base de données sur la délinquance.

Les utilisateurs devaient y signaler, à l’échelle des blocs d’immeubles dans chaque quartier, les menus incidents et les dégradations ainsi que la présence de mendiants. A un certain niveau de fréquence et de gravité, ces menus évènements désignaient un endroit précis comme « zone potentiellement criminogène ».

Ce qui plaçait la police en alerte ciblée et, au premier petit délit, les interventions rapides et massives se succédaient jusqu’au retour à une situation normale. Le nombre de vols et d’agressions a été divisé par trois en quelques années.

La méthode a été reprise par de nombreuses grandes villes américaines. A la Nouvelle Orléans, une carte de la criminalité est actualisée en permanence par les policiers mais aussi par les habitants de certains quartiers. Ce sont eux qui signalent l’apparition de nouvelles bandes. La police vérifie, surveille et lance une opération de commando dès que le gang entreprend de s’affirmer sur ce territoire. Depuis ces débuts de l’informatique, la panoplie sécuritaire s’est déployée et diversifiée.

 

Les battements de cœur des clandestins

Les notions d’immigration et d’insécurité étant quasiment un truisme pour une partie de la population américaine, il n’y a rien d’étonnant à ce que le premier ustensile préventif proposé par l’industrie sécuritaire soit un détecteur de battements de cœur. Avec des capteurs géophoniques très sensibles - ils servent à enregistrer les activités telluriques les plus infimes – capteurs  reliés à un logiciel dédié, la police ainsi que les milices affectées à la surveillance des états du Sud Ouest sont en mesure de vérifier si un camion transporte, ou non, des clandestins.

 

Les fréquences anti-jeunes

Jeunesse et nuisances constituent un autre truisme dans certains quartiers résidentiels des vastes banlieues. Au lieu de sortir d’emblée son Browning GP-MK III chargé au 9 mm  Parabellum ou, s’il  est vraiment excédé, sa Winchester Ram-Line .30-M1 avec un chargeur de 30 cartouches, le retraité de Floride peut se contenter de brancher un Mosquito MK4. L’émetteur diffuse à 108 décibels une fréquence sonore de 17KHz que seuls les moins de 25 ans peuvent entendre. La fréquence devient vite insupportable. C’est, dit le mode d’emploi, « l'outil le plus efficace pour disperser sans confrontation des groupes d'adolescents qui déambulent et se comportent d'une manière antisociale ». En France, le Mosquito s’appelle Beethoven.

 

Insultes et empreintes vocales

Et si, avant de devenir sourd pour un bon moment, un adolescent mal élevé profère des insultes, voire des menaces de mort, en s’enfuyant au sein d’une meute en quête de boules Quiès, pas de problème, le système Authentify de biométrie vocale saura identifier l’auteur des gros mots. Le logiciel enregistre et analyse les fréquences émises par les brailleurs pour en établir une identité irrécusable. Laquelle sera transmise pour confrontation vers une base de données policière. Ce qui évite la gifle et ses conséquences.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deckard - 27/02/2012 - 17:08 - Signaler un abus Article sans intérêt. Tant

    Article sans intérêt. Tant qu'on ne mettra pas les délinquants hors d'était de nuire, ils iront prosperer ailleurs. Le problème n'est pas matériel, mais juridique. Fini les 10 rappels à la loi, les 15 admonestations, les stages de citoyenneté. Place aux peines dissuasives : 1 ere condamnation : sursis 2 eme condamnation : minimum de la peine de prison prévu pour l'infraction considérée 3 eme condamnation : maximum de la peine de prison prévu pour l'infraction considérée Tout le reste c'est du flanc de bisounours gauchiste.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Joannes

Nathalie Joannès, 45 ans, formatrice en Informatique Pédagogique à l’Education Nationale : création de sites et blogs sous différentes plates formes ;  recherche de ressources libres autour de l’éducation ;  formation auprès de public d’adultes sur des logiciels, sites ;  élaboration de projets pédagogiques. Passionnée par la veille, les réseaux sociaux, les usages du web.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€