Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi François Bayrou n’est pas un concurrent politique dangereux pour François Fillon... mais peut se révéler un redoutable adversaire rhétorique ?

La perspective d'une candidature du maire de Pau est aujourd'hui à envisager. Une initiative qui pourrait présenter de réels inconvénients pour le vainqueur de la primaire de la droite et du centre.

Rhétorico-laser

Publié le - Mis à jour le 6 Décembre 2016
Pourquoi François Bayrou n’est pas un concurrent politique dangereux pour François Fillon... mais peut se révéler un redoutable adversaire rhétorique ?

L’on s’y attendait. Voilà trop longtemps que le maire de Pau se faisait discret dans l’ombre d’un Alain Juppé qu’il disait soutenir. La défaite de son favori et la victoire aussi large qu’inattendue de François Fillon lui a donné l’occasion de revenir dans l’arène, au cours d’une semaine où il a disputé la vedette médiatique à Manuel Valls et aux reliquats de la gauche.

La perspective d’une candidature Bayrou est aujourd’hui une possibilité qu’il faut envisager.

Une possibilité, disons-nous : en aucun cas une épée de Damoclès au-dessus de la candidature Fillon car le poids de François Bayrou n’est plus ce qu’il était. Le président du Modem manque de capital et surtout d’espace politiques. Il a de fait tiré bien des traites sur ledit capital avec ses trois candidatures à la présidentielle qui sont, malgré le beau résultat de 2007, autant d’échecs. Le désir évident des Français de ne pas rejouer éternellement la même partie risque de lui être fatal, comme il l’a été à Nicolas Sarkozy et F.

Hollande. Enfin et surtout, la candidature d’Emmanuel Macron le prive de l’oxygène nécessaire au centre. Il est très probable qu’entre la « répétition Bayrou » et la « nouveauté Macron », le match sera vite joué. On comprend l’ire de François Bayrou devant la concurrence inattendue de ce jeune impudent, traité avec une violence dont les « modérés » ont le secret : Macron? Un simple « hologramme », aux mains « des puissances d’argent »…

Quoi qu’il en soit de l’avenir de cette candidature, un ancrage, à un titre ou à un autre de François Bayrou dans le camp anti-Fillon présente de réels inconvénients pour ce dernier : l’audience du Maire de Pau dépasse largement ses troupes (de plus en plus maigres), car sa puissance de feu rhétorique est considérable. Bayrou pratique depuis longtemps l’interpellation ferme et/ou souriante des journalistes, attitude de plus en plus appréciée par l’électorat : ce dimanche encore sur Europe 1 en moquant J. P. Elkabach, « journaliste débutant ». Refusant les considérations personnelles - sauf quand il s’y livre lui-même - il se place au-dessus de la mêlée et du moment pour imposer les sujets de fond avec des propos clairs, servis par l’élégance d’un agrégé de lettres. Fillon justement vient de faire les frais de son sens de la formule et de l’image (il est vrai empruntée en partie à Alain Madelin) :  «C'est Robin des Bois à l'envers. Au lieu de prendre aux riches pour donner aux pauvres, il prend aux pauvres pour donner aux riches !   …Ceux qui ont moins auront moins, et ceux qui ont plus auront plus »,

Ce faisant, il accrédite la thèse d’un Fillon « candidats des riches » et conforte la campagne que la gauche et le FN ont lancé en fanfare contre « la destruction de notre modèle social ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vauban - 05/12/2016 - 12:57 - Signaler un abus Bayrou est trop attaché

    A son statut de maire de Pau Il sait que s'il va frontalement contre le candidat LR il redeviendra un simple conseiller municipal Il sait également qu'il n'a aucune chance d'être PR Donc il va rentrés dans le rang comme tout centriste étouffant ses pets

  • Par vauban - 05/12/2016 - 12:58 - Signaler un abus Rentrer

    Rentrer

  • Par Stargate53 - 05/12/2016 - 13:27 - Signaler un abus Vestige d'une certaine idée de la politique !

    Bien sur il a le sens de la formule mais il devrait se consacrer à ses mandats actuels plutôt que de vouloir incarner un centre dont il n'a jamais su porter le poids ! Il devrait faire sa révérence avec dignité et lucidité !

  • Par Jean Bart - 05/12/2016 - 15:40 - Signaler un abus Des belles paroles...

    Mais il faudrait aussi qu'elles soient justes ! En plus d'un (soi-disant) beau parleur, c'est un traître qui n'hésite pas à mordre la main qui le nourrit. Et pour moi un type qui passe d'un parti à l'autre, un coup à gauche, un coup au centre ou à droite, ça ne vaut rien du tout... Vivement qu'il retourne dans sa ferme, faire des photos sur son tracteur, pour montrer qu'il comprend le monde rural. En fait il n'en a rien à foutre.

  • Par Maxoplus - 05/12/2016 - 16:50 - Signaler un abus Fillon a intérêt à ménager Bayrou

    Il hésite à se présenter une 4è fois et on le comprend, mais si Macron y va et que Bayrou se range derrière Fillon, il ramènera de précieuses voix centristes qui risquent de faire la différence.

  • Par Orchidee31 - 05/12/2016 - 18:40 - Signaler un abus Jean Bart

    D'accord avec vous - pour moi, il restera à jamais Bayrou le traitre.....

  • Par jurgio - 05/12/2016 - 19:57 - Signaler un abus Il va y avoir une primaire à gauche

    Bayrou devrait tenter sa chance.

  • Par Yves3531 - 05/12/2016 - 21:25 - Signaler un abus Ce docteur en traîtrise peut il avoir la fourberie utile ...?!!!

    comme ce type va toujours là où la soupe risque d'être bonne, il va pouvoir terminer en beauté pour une fois en ramenant les mous du genou du centre du bon côté ... il n'a pas d'autre solution, sauf à sortir de scène la queue basse ...

  • Par Professore - 06/12/2016 - 10:56 - Signaler un abus Precisions

    Si on appelle traître celui qui peut changer d'alliance pour rester fidèle à ses idées, alors Bayrou est un traître. L'article ne me semble pas juste. Les fillonistes souhaitent que FB se présente car il fera un score qui peut être inférieur à 5% et, invoquant sa nouvelle défection, ils pourront tout lui refuser par la suite y compris son maintien à Pau. En plus il prendra quelques voix à la gauche mais surtout à Macron et très peu à Fillon (C'est peut-être le souhait de l'auteur de l'article). Le pire dommage que FB puisse faire à FF c'est de le soutenir dès le premier tour et formulant le voeu qu'il fasse quelques concessions en matière sociale et européenne. Ceux qui sont attachés aux valeurs défendues historiquement par les centristes se reporteront alors sur Macron. Dans le même temps, une partie de l'électorat FN trouvant son compte dans le programme de FF notamment en matière européenne on peut alors avoir un second tour FF-EM et là ce n'est pas gagné d'avance. Tout cela c'est compter sans les adhérents du Modem qui ne souhaitent pas voir FB se présenter un quatrième fois et qui vont le faire savoir.

  • Par john mac lane - 06/12/2016 - 12:28 - Signaler un abus Mieux vaut l'avoir comme ennemi, qu'ami doit penser Fillon

    En fait c'est un parasite. Il n'a aucun programme et a part des clichés et des zozoteris qui ne flatte qu'un égo démesuré. Il sent les 0.8% des votes et la déculottée de l'année 2017....Son choix Hollande de 2012, répété de 2016 Juppé l'on recalé dans les pitres. Il ne résiste qu'avec un carnet d'adresse de journalistes tenu depuis longue date. Hollande ou Juppé avaient aussi la même liste....Le monde a changé!

  • Par Septentrionale - 06/12/2016 - 12:45 - Signaler un abus Désolée pour lui

    Mais l'action de son discours est si hachée que sa capacité de persuasion politique se perd en route. Sa culture alliée à la lenteur de son éloquence sont plus une qualité pour enseigner. Il s'est fourvoyé. En voulant exister médiatiquement il s'est perdu en traître par une politique de circonstance.

  • Par Flamel - 06/12/2016 - 18:40 - Signaler un abus Les gesticulations de Bayrou

    Pour moi, il est clair que Bayrou ne sera pas candidat. Il ne prendra pas le risque de se faire laminer par Macron. Si Macron fait une bonne campagne et se retrouve à moins de 5 points de Marine Le Pen dans les sondages 3 semaines avant les présidentielles (ce qui est fort probable), il laminera l'essentiel de l'électorat de Valls et de l'éventuel Bayrou. Ces électeurs préféreront "voter utile" et assurer la présence de Macron au second tour, au détriment de Marine Le Pen. Bayrou risquerait alors bien de ne pas se voir même rembourser ses frais de campagne... et cela le fait sûrement réfléchir ! Fillon aura juste à satisfaire son ego démesuré en l'invitant pour un entretien et légèrement "socialiser" ensuite son programme à la marge, et il l'aura dans sa poche pour pas cher.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017).

Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€