Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Macron candidat : comment "trop de com'" pourrait compromettre une réelle opportunité politique

Malgré son très bon timing et l’espace ouvert au centre par la primaire de la droite, la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron a souffert de trop de (mauvaise) com' et de trop peu de (bonne) rhétorique.

Rhétorico-laser

Publié le - Mis à jour le 22 Novembre 2016
Macron candidat : comment "trop de com'" pourrait compromettre une réelle opportunité politique

Face à un François Fillon, clairement (et cette clarté aura été sa force dans la primaire) positionné à droite, tant sur le plan économique que sociétal, Emmanuel Macron pourrait rassembler une gauche modérée et un centre en déshérence.  Crédit Thomas SAMSON / AFP

Les atouts d’Emmanuel Macron ne sont pas minces : jeunesse, charme certain (plutôt que charisme) et surtout courage d’une démission et d’une candidature sans attendre la permission et encore moins la propre annonce du "Père". Et sans que cela ne lui nuise, car Emmanuel Macron, quoi qu’on en dise, n’est pas Brutus pour la bonne raison que César-Hollande est déjà mort (politiquement). Quant à son espace politique, il s’est largement ouvert avec la perspective d’une défaite probable d’Alain Juppé à la primaire de la droite.

Face à un François Fillon, clairement (et cette clarté aura été sa force dans la primaire) positionné à droite, tant sur le plan économique que sociétal, Emmanuel Macron pourrait rassembler une gauche modérée et un centre en déshérence.  

Son habileté n’est pas davantage en cause : le timing de son annonce est excellent, prenant de court Valls et Hollande et perturbant sans doute la primaire de la droite, en rendant moins pressant pour le centre gauche un vote pour Juppé.

Son discours de Bobigny, très proche de la longueur idéale des "TED talks" à l’américaine (18 minutes), ne manque pas non plus de qualités rhétoriques et la double patte d’une ancien khâgneux et d’une épouse professeur de lettres se voient à chaque ligne : structure claire, usage du rythme ternaire, vocabulaire relevé.

Peut-être un peu trop relevé d’ailleurs pour un homme "anti-système". Voire ambigu, comme ce choix d’un centre d’apprentissage pour faire son annonce, choix, qui, dit-il, "n’a rien d’innocent"

Rien d’innocent ?  Le mot confine au lapsus lorsque l’on sait que les apprentis en question ont été exclus de la cérémonie. Voilà une bien grosse "erreur de com'" quand on se présente comme le candidat de la jeunesse et de la société civile. Il est vrai que l’adresse à l’auditoire commençait par un passe-partout "Bonjour à toutes et tous, Mesdames et Messieurs". Pas de quoi susciter d’entrée l’enthousiasme.

Pour le reste, ce discours est rempli de généralités et de clichés que tout candidat pourrait reprendre à son compte : appel au "rassemblement", hommage à "l’histoire millénaire" à "la culture" et aux "paysages" français (emprunt à BLM) etc. L’héritage de F. Hollande (et/ou de l'ENA ) reste encore trop présent avec cet éternel balancement entre "liberté" et "protection", "passé" et "avenir" : jusqu'à cette manie du double sujet, typiquement hollandienne : "la solution, elle est en nous".

La thèse centrale est convenue : le divorce entre les Français et le système politique ? Certes, mais qui ne le dit pas ?

Tout comme le message : "rassembler les Français" dans une "révolution démocratique" qui reste bien obscure.

Il manque encore un diagnostic précis et illustré de ce qui "coince" en France. Et un projet clair, identifiant les grands axes de l'action et des soutiens possibles, allant bien au-delà du monde des start-ups et de BFM (la "Bande des Fans de Macron" ?)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 21/11/2016 - 18:09 - Signaler un abus Feu d'artifices

    On parle de Macron comme d'un météore : je le verrais plutôt météorite, qui va s'échauffer puis exploser en entrant dans l'atmosphère terrestre. Il est le prototype du système que les électeurs veulent rejeter : énarque, banquier, opportuniste cynique, méprisant le peuple, discours creux, chouchou des médias, programme évanescent. Certains s'extasient: qu'ils en profitent jusqu'à fin avril, date programmée de sa disparition totale et définitive dans une gerbe de feu.

  • Par essentimo - 21/11/2016 - 19:24 - Signaler un abus Je tiendrais voloniers le pari

    que l'on va regretter N. Sarkozy ! Eliminé par la gauche pour favoriser Juppé et Fillon qui ne ne tiendront pas la route. On va se retrouver avec Macron et Marine.

  • Par emem - 21/11/2016 - 21:34 - Signaler un abus Le charme ne suffit pas

    Au premier tour : Marine Le Pen 30% - Fillon 25% - Le candidat socialiste 15% Reste 30% pour les autres candidats. Je doute fort que Macron fasse plus de 25%. Les petites mémés retraitées, qui sont sous son charme, n'iront même pas voter.

  • Par cloette - 22/11/2016 - 08:34 - Signaler un abus Sa com

    Est preuve d'un manque total de psychologie !

  • Par zouk - 22/11/2016 - 11:20 - Signaler un abus Macron

    Aura-t-il le temps de devenir un orateur? Nous aurions bien besoin d'une tête nouvelle dans notre politique nationale, gauche surtout, mais aussi droite.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017).

Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€