Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Habile, trop habile ? Mais pourquoi la droite tombe-t-elle si facilement dans les pièges rhétoriques de François Hollande ?

L’habileté rhétorique de François Hollande ne suffit pas à expliquer les déconvenues de la droite qui se retrouve bien souvent en position de faiblesse, voire d’accusée.

Rhétorico-laser

Publié le
Habile, trop habile ? Mais pourquoi la droite tombe-t-elle si facilement dans les pièges rhétoriques de François Hollande ?

Certes, François Hollande est un homme habile et d’une habileté longtemps, et aujourd'hui encore, sous-estimée par ses adversaires comme par ses « amis ». Certes aussi, primaire oblige, la droite est plus divisée que jamais et jouer sur ses failles, chaque jour plus béantes, est de bonne guerre politique. S’en étonner ou s’en indigner relève de la naïveté ou… de la rage de l’impuissance.

La vraie surprise vient justement de cette impuissance de l’opposition face aux « ruses » présidentielles. Tout se passe comme si depuis la victoire de François Mitterrand en 1981, la droite française avait perdu la maîtrise du verbe, où excellèrent de Gaulle, Pompidou et le premier Giscard. A la seule exception de 2007, où Nicolas Sarkozy infligea à Ségolène Royal une véritable déroute argumentative, la gauche est clairement en état de supériorité rhétorique. On sait comment cette supériorité a abouti à la fameuse et victorieuse anaphore du « Moi président » en 2012. 

Triomphe de la gauche aidé certes par le règne du politiquement correct médiatique, mais l’excuse ne suffit pas : ce contexte ne fait que renforcer pour l’opposant l’exigence de l’excellence en la matière.

On juge un vrai capitaine, rappelait Platon, à sa maîtrise au cœur de la tempête et le grand politique, rappelait Machiavel, à sa résistance à la mauvaise fortune. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire : gagner la bataille rhétorique contre Lionel Jospin comme Jacques Chirac en 1995 était un succès trop facile ; et le refus du même Chirac d’un débat avec Jean-Marie Le Pen en 2002 s’expliquait aussi par la peur d’affronter un redoutable bretteur… 

Or, dans le cas de l’actuel Président et de l’actuelle opposition, la question prend une acuité toute particulière : comment se fait-il que le même scénario se reproduise sans cesse depuis 2012 ? Comment se fait-il que la stratégie rhétorique du Président semble n’être jamais percée à jour et que la même erreur se répète à droite, d’un débat à l’autre ? A savoir la réaction intempestive, pour ne pas dire irréfléchie, aux annonces de François Hollande, que ce soit la simplification administrative, le pacte de responsabilité, la loi Macron, la réforme territoriale ou la déchéance de nationalité. Et maintenant le référendum local sur Notre-Dame-des-Landes… 

Car le Président s’y prend, comme l’a montré cette chronique, toujours de la même façon : 1/slogan bien trouvé, contenu toujours ambigu ; 2/limites strictes fixées en sous-main à la « réforme » proposée ; 3/ changements incessants du projet initial ; et 4/ renvoi de la responsabilité finale aux autres. Autrement dit, autant de ballons d’essai et d’issues de secours, savamment ménagées tout au long d’un parcours lui-même labyrinthique. Non par « perfidie », comme le disent les indignés de circonstance, mais tout simplement en raison de ce qui apparaîtra comme la contrainte majeure de ce quinquennat : la division fondamentale de la gauche sur les enjeux politiques majeurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 15/02/2016 - 12:57 - Signaler un abus Vous n'êtes plus au pouvoir : fermez vos gueules...

    ...et mettez-vous au boulot !"Laisser les socialistes se vautrer dans leur bauge !" "Laisser faire la nature"... et préparer l'avenir : voilà ce que devait faire l'opposition ! Discuter avec cet exécutif de merde c'est lui donner trop d'importance ! Mais non, tous les prétendants de droite sautent sur toutes les occasions de lui dire comment faire ce qu'ils ont loupés !

  • Par flogo - 15/02/2016 - 14:25 - Signaler un abus L'HISTOIRE

    Retiendra de Hollande qu'il fut le plus grand des BARGUIGNEURS !

  • Par Jean-Benoist - 15/02/2016 - 15:10 - Signaler un abus Cessez d'être la droite la plus

    bête du monde et les français vous seront reconnaissants de vous unir sur des idées fortes, des valeurs républicaines et enfin vous pourrez battre la gauche. laissez commemorator à ses palabres et agissez ensemble

  • Par Vincennes - 15/02/2016 - 17:14 - Signaler un abus NON....C.VOOGD " Hollande n'est pas habile car s'il l'avait ét.

    il n'aurait pas détricoté tout ce qu'avait fait Sarko, avec les résultats dont, malheureusement, TOUS les Français subissent les conséquences. Il est, avant tout, MACHIAVELIQUE ne pensant qu'à sa réélection, SURNOIS, cynique, goujat quand on voit la façon dont il s'est débarrassé de sa maitresse et hier de F.Pellerin sans même un merci (alors qu'il pouvait quand même lui proposer un autre ministère puisque, selon le Figaro, il lui avait assuré être satisfait de son job)!! un gros menteur comme le disait Sarko qui "ment matin midi et soir"....il avait raison et on s'en rend compte matin, midi et soir !!

  • Par Vincennes - 15/02/2016 - 17:24 - Signaler un abus Ce mec manque totalement d'humanité se laissant mener par

    par le bout du nez ou autre chose par sa maitresse actuelle dite Ministre bis de la culture dont la copine A.Azoulay (fille d'un Conseiller du roi du Maroc) nommée Ministre en remplacement de F.Pellerin, débranchée par la clique à Hollande et jetée comme un kleenex. Fort heureusement personne n'est dupe à entendre la nouvelle se faire HUER/SIFFLER aux victoires de la musique....... et ce n'est que justice

  • Par perceval - 15/02/2016 - 19:13 - Signaler un abus Une réponse à la question posée

    Réponse simple, Ceux que vous appelez la droite n'ont souvent pas beaucoup de structure idéologique et sont de ce fait incapables d'argumenter. Vous y ajoutez une incompétence notoire, un intellect défaillant couplé à une suffisance démesurée et vous avez le résultat.

  • Par zouk - 15/02/2016 - 19:30 - Signaler un abus Fr. H; et la droite

    Insuffisance intellectuelle, économique et dialectique à droite, et probablement m^me culturelle, concentration sur le seul objectif de sa réelection de Fr;H. fort habile à entretenir l'équivoque en tout ce qu'il dit, la droite ferait mieux de se taire plutôt que d'étaler ses divisions et se borner à relever les contradictions/incohérences du Président.

  • Par vangog - 15/02/2016 - 23:10 - Signaler un abus "Que les cris des tyranneaux de la pensée...

    ...cessent de tétaniser nos esprits. Sinon, par omission, nous aurons laissé s'installer de nouvelles frustrations grosses d'exaltations macabres, nous aurons arrosé le terreau où poussent ces contentieux passionnels [...]"...voilà la prose gluante et un brin réac du "phare de la pensée gauchiste"! J'ai cité Taubira...quand à la droite archaïque, à force de s'être autant fourvoyé, elle n'ose plus rien dire, plus rien promettre et attend...pas de sagesse, mais de peur! Les nouveaux penseurs restent dans leur cocon...

  • Par C3H5.NO3.3 - 16/02/2016 - 11:20 - Signaler un abus le pb

    C'est peut-être qu'ils ne sont pas vraiment de droite, ou alors ne le sont que par opportunisme.

  • Par phegp - 17/02/2016 - 15:17 - Signaler un abus Facile de voir de l'habileté, comme le fait M. de Voogd...

    dans les cafouillages à répétition de Bouffon 1er ! Ne serait-ce que pour cet ubuesque projet de référendum Nd des Landes, je n'y vois pour ma part que de l'incompétence. En effet, comment un Président de la République Française a-t-il pu lancer un tel projet dont tout le monde sait maintenant l'impossibilité (juridique, entre autre, puisque cet aéroport est déjà reconnu comme étant d’utilité publique). Sauf si M. de Voogd anticipe une nouvelle manœuvre indigne qui conduirait à faire sauter les verrous et qu'il qualifierait bien évidemment de très habile ! M. de Voogd, on ne gouverne pas avec des "ballons d'essai" mais avec des décisions.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est historien spécialiste des Pays-Bas (Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours chez Fayard). Il enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences-Po. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€