Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Les Français préféreront toujours l’original à la copie"... Sauf que ce cliché signé Jean-Marie Le Pen est complètement faux et voilà pourquoi

Difficile de passer une journée sans entendre dans les commentaires politiques la fameuse expression : "les Français préféreront toujours l’original à la copie". Qu’en est-il vraiment ?

Rhétorico-laser

Publié le - Mis à jour le 27 Septembre 2016
"Les Français préféreront toujours l’original à la copie"... Sauf que ce cliché signé Jean-Marie Le Pen est complètement faux et voilà pourquoi

On oublie un fait capital : l’opposition absolue des programmes du FN et de la droite sur l’économie et l’Europe. La "ressemblance" est ici entre Front national et Front de gauche, sans que cela ne suscite de questions gênantes, ni à l’un, ni à l’autre.

Cette prétendue "loi" politique est invoquée de toutes parts, notamment par les sondeurs et les commentateurs, de gauche bien sûr, mais pas seulement. Et toujours pour dénoncer la "dérive" de la droite, supposée, selon les métaphores, "attirée par les sirènes du Front national" ou "braconnant sur ses terres". Le procès s’étend peu à peu à toute la droite républicaine à chacune de ses propositions pour renforcer l’arsenal pénal, restreindre l’immigration ou évoquer l’identité française.

Il est d’abord utile de rappeler que la formule a un auteur précis et pas n’importe lequel : Jean Marie Le Pen soi-même en 1991 après la déclaration de Jacques Chirac sur "les bruits et les odeurs" dans les "quartiers populaires".

Cette origine devrait faire un peu réfléchir avant de prendre pour une vérité générale un propos polémique de l’ancien leader du Front national.

D’abord, ceux-là mêmes qui poussent des cris d’orfraie à chaque fois qu’un leader de droite reprend une expression du FN, tombent dans le panneau qu’ils dénoncent : contradiction flagrante qui semble ne gêner personne. Ensuite l’intérêt électoral évident qui sous-tend cette expression devrait la rendre un peu suspecte. Et un raisonnement par l’absurde élémentaire venir à l’esprit : si la "droitisation de la droite" (expression dont on mesure la pertinence) était responsable de la montée du FN, pourquoi donc Marine Le Pen concentre-elle à ce point ses attaques sur ceux qui sont les plus accusés de "copier l’original », à commencer par Nicolas Sarkozy ?

Enfin et surtout, le propos mériterait un minimum de vérification factuelle avant de devenir parole d’évangile de la science politique. Or que constate-t-on ? Dans une tendance de long terme à la hausse (surtout sous la gauche), les résultats électoraux du FN ont stagné ou baissé lorsque la droite républicaine a assumé un discours…de droite : en 1986, en 1993 et bien sûr en 2007. En 2012 même, Marine Le Pen a été très largement distancée par Nicolas Sarkozy au premier tour. Fait largement passé sous silence, son pourcentage est d’ailleurs resté inférieur à ceux cumulés de son père et de Bruno Mégret en 2002. Pourtant, n’avait-on pas entendu auparavant sur tous les tons l’annonce d’un "21 avril à l’envers" ? Et depuis 2012, le FN n’a pas emporté la moindre élection partielle, la moindre ville (sauf Fréjus), ni la moindre région contre la droite, y compris en triangulaire. Les Français préféreraient-ils donc la copie à l’original ?

Il faudrait en fait abandonner cette prétendue "loi" destinée à enfermer la droite dans un étau : soit démobiliser ses électeurs, soit être accusée de "s’aligner sur le FN". Piège tendu par ce dernier et repris par la gauche, dont on connaît l’instrumentalisation électorale du Front national depuis François Mitterrand.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 26/09/2016 - 15:26 - Signaler un abus oui mais

    il est oublié dans l'article de signaler la différence essentielle avec des partis tels front de gauche qui est pour l'immigration, le sans frontière , l'accueil du clandestin , le droit du sol pour son enfant ainsi que toutes les aides sociales , notamment de logement au détriment des autochtones , cette politique immigrationniste qui favorise d'ailleurs les grands groupes !

  • Par vangog - 26/09/2016 - 16:20 - Signaler un abus Ce n'est plus seulement la droite qui dérive...

    c'est aussi la gauche: le parti communiste n'est plus qu'une épave à la dérive, dont les naufragés sautent pour rejoindre l'île Front National, les ecolo-trotskystes qui sont partis du PC dans le sous-marin vert caca-d'oie de l'ecolo-marxisme n'ont plus aucune munition et manquent d'oxygène, et les socialistes comptent déjà leurs morts, après que le hollandais voleur se fut lancé dans une nouvelle errance vers le pouvoir...résistant à la dérive de tous ces continents, le Front national est une île prospère qui sait assimiler les réfugiés politiques de droite comme de gauche...on n'est pas sectaires, nous!

  • Par vangog - 26/09/2016 - 16:20 - Signaler un abus Ce n'est plus seulement la droite qui dérive...

    c'est aussi la gauche: le parti communiste n'est plus qu'une épave à la dérive, dont les naufragés sautent pour rejoindre l'île Front National, les ecolo-trotskystes qui sont partis du PC dans le sous-marin vert caca-d'oie de l'ecolo-marxisme n'ont plus aucune munition et manquent d'oxygène, et les socialistes comptent déjà leurs morts, après que le hollandais voleur se fut lancé dans une nouvelle errance vers le pouvoir...résistant à la dérive de tous ces continents, le Front national est une île prospère qui sait assimiler les réfugiés politiques de droite comme de gauche...on n'est pas sectaires, nous!

  • Par zouk - 26/09/2016 - 17:59 - Signaler un abus Clichés

    La caractéristique du cliché est d'avoir perdu quelque sens que ce soit dès sa 2° répétition.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 
Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€