Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Commémorite" aiguë ! Comment commémoration et communication sont devenues les deux mamelles de la Hollandie

Depuis 18 mois, François Hollande multiplie pour chaque événement l’hommage au passé.

Rhétorico-Laser

Publié le - Mis à jour le 15 Janvier 2016
"Commémorite" aiguë ! Comment commémoration et communication sont devenues les deux mamelles de la Hollandie

François Hollande lors des commémorations du débarquement  Crédit Reuters

Le constat s’impose : depuis 18 mois notre Président se recueille. Exactement depuis l’anniversaire du Débarquement, le 6 juin 2014, début d’une série infinie de célébrations de la mémoire nationale : celle(s) de 1944, celle(s) de 1914, et bien sûr, celle(s) des attentats de 2015.

Le pluriel s’impose, car François Hollande multiplie pour chaque événement l’hommage au passé : juin 1944 (Normandie) certes, mais aussi août (Provence) ; juillet 14 (assassinat de Jaurès), août 14 (entrée en guerre) mais aussi novembre 18 ( armistice célébré en novembre 2014)…

Et ce n’est pas fini : François HoIlande a devant lui un calendrier exceptionnel (consultable dans le très utile « Recueil des commémorations nationales » du Ministère de la Culture) : avec, en 2016, le grand phare de Verdun qui permettra à coup sûr un beau geste franco-allemand, à défaut d’une initiative politique commune. A moins que François Mitterrand, dont on sait l’emprise mémorielle sur l’actuel chef de l’Etat, ne l’emporte avec le double anniversaire de son décès (célébré aussi par le Président cette semaine) et de sa naissance (octobre prochain). Quant aux attentats de l’an dernier, avec leur égrènement macabre du 7 au 9 janvier, décuplés par les atrocités du13 novembre, ils ont « naturellement » conduit, dès le 5 janvier, à une semaine de rituels à répétition, de plaques en discours, de chants martiaux en arbre de la liberté, de serrements de mains en visages solennels.  Sans compter émissions spéciales et autres documentaires, prenant sur le vif le « cœur du pouvoir » aux plus grandes heures du drame.

Mais n’est-ce-pas, dira-t-on la mission même du chef de l’Etat, garant du sacré national, surtout quand nos compatriotes tombent et quand la patrie est en danger ? Qui peut le lui disputer ? Qui, de fait, aurait le droit de disputer cette fonction commémorative, à celui qui est par la grâce démocratique de l’élection le seul porte-parole légitime de la nation ? De Gaulle n’a-t-il pas panthéonisé Jean Moulin et ritualisé le 18 juin au Mont-Valérien ? Sarkozy, lui-même, n’a-t-il pas été un fidèle du Vercors ? Quant à Mitterrand…

Eh bien, justement, c’est là que la question commence : puisque la contestation est impossible en matière de sacré, qui est le sacré même de la mort, la tentation peut être grande de s’en servir et la commémoration devenir dès lors aussi un outil politique. Ce qui ne retire évidemment rien à la sincérité de l’émotion du Président, ni à la force de sa résolution anti-terroriste. Mais, portée à cette intensité sans précédent, la commémoration sature l’espace médiatique, interdit la contradiction et impose « l’unité nationale ». D’une pierre, trois coups !

Et face à une droite inapte à contrer la rhétorique présidentielle, la partie est un jeu d’enfant. Elle permet au passage à F. Hollande (discours du 7 janvier) de brocarder en toute « dignité républicaine » son prédécesseur pour avoir supprimé 12000 postes dans les forces de sécurité… Il n’y a pas de petits profits. A quand « le drame de Charlie hebdo, c’est la faute à Sarko » ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/01/2016 - 12:46 - Signaler un abus Flamby-le-menteur prosterné contre son mur des lamentations...

    le seul qui ne lui fait pas d'ombre! Les Français zappent ce pleurnicheur...

  • Par Lafayette 68 - 11/01/2016 - 12:54 - Signaler un abus 4ème république

    avec le tripartisme et le président "chrysanthème" , il nous reste plus qu' à souhaiter l'arrivée d'un De Gaulle restaurateur de l'Etat et de la nation.

  • Par Mike Desmots - 11/01/2016 - 14:06 - Signaler un abus C'est un moment historique ...! avant le collapse final...

    Le chrysanthème remplace la rose fanée.....

  • Par Jean-Benoist - 11/01/2016 - 14:10 - Signaler un abus Ras le bol

    de ce président qui monte dans les sondages lorsqu'il y a des attentats et...des morts Il est des "victoires" qui font honte (cf discours Marion Maréchal) et pourtant ce n'est pas ma tasse de thé mais elle a raison

  • Par gerint - 11/01/2016 - 16:06 - Signaler un abus Des émotions Hollande?

    Des calculs oui et c'est tout, et un enfumage permanent pour faire oublier son bilan désastreux et ses responsabilités afin d'être ré-élu en 2017.

  • Par Borgowrio - 11/01/2016 - 16:36 - Signaler un abus Foules sentimentales

    Ceux qui le connaissent savent bien qu'il s'en fout . Mais il a compris que toute une frange de la population française , à l'abri du besoin , était touchée par ce gentil président qui tombe dans les bras de Patrick Pelloux et qui prend un air grave en tête des nombreuses cérémonies . Ces représentations, où ses services de communications mettent le paquet pour tenter de faire oublier le naufrage de l'économie

  • Par Ganesha - 11/01/2016 - 16:53 - Signaler un abus Dirigeants français

    Parmi les dirigeants français les plus détestés, méprisés, dans notre histoire : Louis XVI, Louis-Philippe, Guy Mollet. Malgré tout, je ne crois pas que notre haine de François Hollande atteigne déjà ce que nous éprouvions pour Nicolas Sarkozy en 2011 ! Mais, il y en a ici certains qui ne s'en souviennent même plus !

  • Par Marco137 - 11/01/2016 - 17:33 - Signaler un abus Petite flamme, grand brasier

    Enchaîner les commémorations afin de faire oublier ses échecs cuisants en matière de sécurité et d'économie et son déni permanent à l'égard des problèmes des français, le tout agrémenté de pseudo réformes toutes aussi grandiloquentes qu'inefficaces (loi sur le renseignement, déchéance de la nationalité) afin de donner un semblant de cap dans l'espoir d'être réélu par défaut en 2017, telle est la stratégie de Hollande (alias Louis XVI 2.0) et de la gauche bobo caviar totalement déconnectée des réalités. Mais la colère monte, et la bougie commémorative finira tôt ou tard par faire exploser cette grande poudrière qu'est la France lors de la présidentielle de 2017.

  • Par langue de pivert - 11/01/2016 - 18:17 - Signaler un abus STOP OU ENCORE ? Cest vous qui voyez !

    Toutes ces commémorations y'en a marre ! Et l'année prochaine ça recommence ? Jusque quand ? Ceux qui veulent mettre des bougies et des fleurs pas de problème, mais tout ce tralalala ? C'est quand même cet exécutif de merde qui les a provoqués ces attentats ! En "allégeant" la protection des Charlies à son strict minimum, en allant provoquer les mahométans chez eux, en étant de janvier à novembre inactif ! A part quelques rares médias (dont Atlantico) personne pour le rappeler ? Dans les "micros-trottoirs" de la télé d'état "on" interroge des niais dont je me demande bien d'où ils sortent ? Pas un proche de victime ? (à part l'épouse du policier tué à Charlie-hebdo) ? C'est leur choix, , leur droit, ça les regarde...sauf que cette passivité prépare les prochains attentats et là ça regarde tout les Français ! Les Français payent des impôts pour séparer les musulmans qui se "bouffent" entre eux en terre d'islam ou pour être protégé en France ? Si le peuple ne fait pas pression pour faire 1) stopper les OPEX 2) rentrer nos garçons 3) sécuriser le pays par des actions offensives et non passives comme en ce moment, faudra pas qu'ils pleurnichent au prochain massacre !

  • Par jmpbea - 11/01/2016 - 18:32 - Signaler un abus Ça ne trompe personne...

    c'est naïvement téléphoné comme les socialistes savent le faire avec leur mélange de candeur enfantine et de rouerie matoise... Pour réunir les francais, il faut autre chose...que le bouffon de service n'a pas su développer...au contraire, il s'évertue à diviser pour protéger sa petite couronne et son sceptre minuscule...

  • Par langue de pivert - 11/01/2016 - 18:36 - Signaler un abus Vous les avez voulus ? Vous les avez ! ☺

    Le plouc et sa clique de nazes disent "qu'ils doivent affronter des évènements jamais vu en temps de paix !" On leur fait pas dire ! ☺ Il aura fallu que des Français élisent ce gouvernent de merde pour que ça arrive ! Combien de victime d'attentat sous le mandat de son prédécesseur ? Ces attentats c'est leurs fautes aux socialos ou celle du "Sarko" ? Il faut vraiment être con pour penser que ça va mieux maintenant qu'entre 2007 et 2012 :-) Si les Français aiment ça se faire déquiller qu'ils en bouffent jusqu'en 2022 du socialisme, mais qu'ils chouinent en silence ! Marre des pleurnicheries matin, midi et soir ! Comme si ils n'avaient pas leur part de responsabilité !

  • Par zouk - 12/01/2016 - 08:51 - Signaler un abus Mémorialisme

    Une bien pauvre façon d'avoir l'air d'exister

  • Par Camtom - 12/01/2016 - 09:31 - Signaler un abus Langue de pivert

    D'accord avec votre colère!!

  • Par mymi - 12/01/2016 - 11:31 - Signaler un abus eh langue de pivert

    moi aussi tout en fait en accord avec votre colère ; j'ai de plus en plus peur pour l'avenir : trop de français se laissent emberlificoter... seraient-ils vraiment des veaux ???

  • Par pasdesp - 12/01/2016 - 11:57 - Signaler un abus Ces commémorations simples

    Ces commémorations simples instruments de sa politique. Hollande se met en scene, il ne fonctionne qu'au regard des prochaines élections. Pensez donc à "Quand on a que l'amour" entonnée lors d'une cérémonie tout simplement consternant et si on a que ça à opposer à l'islamisme on est tres mal barré.

  • Par Septentrionale - 12/01/2016 - 13:29 - Signaler un abus Exploitation obscène

    Petit personnage vide en théâtre. Une mine chiffonnée de circonstance.Un timbre de curé pleurnichard. L'Imposteur en recherche sordide d'une légitimité.

  • Par Orchidee31 - 13/01/2016 - 13:04 - Signaler un abus "J'ai le sang froid"

    C'est lui-même qui le dit - rien à voir avec l'expression "avoir du sang-froid" - lui c'est un serpent qui ne ressent rien et n'a aucune empathie à part pour lui-même - tout est calcul - il me dégoûte -

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est historien spécialiste des Pays-Bas (Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours chez Fayard). Il enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences-Po. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€