Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Valls se lâche sur Macron ; Martinez-Mailly les poignards sont sortis, ; Jean-Michel Blanquer face à l'islamisme à l'école ; questions sur les bavures policières ; Garrido-Corbière le couple chéri de Mélenchon

Et aussi : le juppéisme n'existe pas selon Juppé ; la diffusion pirate d'événements sportifs sur le web fleurit.

Revue de presse des hebdos

Publié le

Valls "soutient" Macron ?

"Sa maquilleuse, l'interview de son épouse à ELLE, son chien : les gens vont se demander s'il pense vraiment à eux. Ca me rapelle Nicolas Sarkozy lorsqu'il disait "avec Carla, c'est du sérieux" délicate remarque prêtée à Manuel Valls par Le Point.

Le juppéisme existe-t-il ?

"L'un de ses protégés brigue la tête de LR. Mais le maire de Bordeaux souhaite-t-il vraiment la survie du juppéisme ?" demande le Point. L'intéressé s'agacerait en privé et répondrait : "Le juppéisme n'existe pas". Benoit Appru dit avoir "le sentiment que le juppéisme s'éteint avec Juppé.... Il ne veut pas être le bras armé qui fera exploser le parti qu'il a créé en 2002 sous le nom d'UMP. Pour Le Point, Alain Juppé est indécis et désorienté. Il aurait fait "le demi-choix de rester chez les Républicains mais de ne soutenir personne."

Pro-Wauquiez anti-Pécresse

Le camp Pécresse dénonce "le repli identitaire" de Laurent Wauquiez qui semble bien parti pour prendre la tête des Républicains rappelle L'Obs.

En face chez Wauquiez, on répond "C'est quoi son offre politique à elle ? Elle ne se définit qu'en négatif, dans le ni-ni. Le mouvement qu'elle crée, c'est une voie sans issue. Les élus ne sont pas idiots, ils savent qui file les investitures." Ambiance....

Martinez/CGT un "stalinien" ?

Jean-Claude Mailly/FO n'est pas plus tendre avec Philippe Martinez/CGT. Selon Le Point le leader de FO n'admet pas que "la CGT se plaigne des ordonnances sans travailler sérieusement le sujet" et il n'aurait pas apprécié que "Martinez ne l'ait appellé que trois jours après avoir annoncé la manifestation du 12 septembre". Mailly aurait donc jugé impossible de défiler aux côtés de Martinez : " Manifester avec les staliniens de Paris, non merci !". Un vocabulaire de Guerre Froide ?

Offensive anti-Hidalgo

Après un livre polémique, la couverture du Figaro Magazine, l'offensive contre Anne Hidalgo continue : "L'aventure olympique a grisé la maire de Paris" estime Valeurs Actuelles qu'i l'accuse d'avoir fait exploser la dette de la ville "5,16 milliards aujourd'hui, contre 1,1 milliard il y a quinze ans". Dommage de ne pas donner le chiffre à son arrivée à l'Hotel de Ville, la comparaison serait plus parlante.

Même remarque sur le montant des subventions allouées aux associations par la Ville en 2015. Pourquoi nous dire que c'est deux fois et demie celui de 2001. Hidalgo est en fonction depuis ... avril 2014. Ayant gagné les Jeux Olympiques, elle va devoir, entre autres, rendre la ville plus propre, malgré des Parisiens qui, eux, ne le sont  pas, si l'on en juge les objets déposés surle trottoir, abandonnés chaque matin, même dans certains beaux quartiers.

Garrido & Corbière chantent Sardou

Dès qu'ils trouvent le temps, Raquel Garrido et Alexis Corbière, mariès depuis 17 ans, fidèles de Mélenchon oganiseraient des "Michelades" selon Le Point "des soirées dans leur appartement où Raquel prend la guitare et tous chantent le répertoire des Michel de la variété française. Fugain, Polnareff et Sardou. Même Sardou" pourtant vu comme réac, comme chacun sait !

Islamisme à l'école

Les fans de la presse people retrouvent Jenifer, presque chaque semaine à la Une ces derniers temps. Dans les hebdos sérieux le rôle de la chanteuse Jenifer semble attribué au très consensuel (tout le monde l'aime semble-t-il, du moins en ce moment) Jean-Michel Blanquer qui ne cesse d'accorder (avec succès) des interviews. Gros dossier dans l'Express : 14 pages + 4 pages d'interview du ministre de l'Education qui  est interrogé, entre autres sur le livre de Bernard Ravet, principal de collège à Marseille, qui raconte comment "l’islamisme grignote peu à peu certains collèges". Le ministre dit ne pas été complètement surpris : " Je sais bien qu’il y a certaines dérives, sur certains de nos territoires, avec un impact sur certains de nos établissements. Ces dérives, la République et l’école doivent les regarder en face. ... Notre système juridique est bien fait. La loi de 2004 [sur l’interdiction du port de signes religieux à l’école] est simple et claire. Pour le coup, voilà un texte écrit dans un langage net et précis ! Notre but doit être de l’appliquer. Quand il y a des provocations – elles peuvent venir du fondamentalisme islamiste, mais aussi d’ailleurs –, quand on constate une pression pour mettre la République sur la défensive, pour ne pas respecter nos règles, c’est l’ensemble de l’institution qui doit réagir. Ce que demande le principal de Marseille, c’est que l’institution soit un soutien".

Le ministre réagit aussi sur l'utilisation du téléphone mobile : "Il s’agit là encore de faire respecter les règles et le droit. L’usage des téléphones est interdit en classe. Avec les principaux, les professeurs et les parents, nous devons trouver le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones. En Conseil des ministres, nous déposons nos portables dans des casiers avant de nous réunir. Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain, y compris une classe".

Sécurité et CAC 40

"« 80 % des responsables sûreté du CAC 40 sortent des rangs de la police, du renseignement ou de l’armée »  Alain Juillet, président du Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE), lui-même ancien du renseignement. Et pas du petit lieutenant, non, rien que du gradé, du très gradé." souligne l'Express.

L'hebdo donne quelques exemples pour appuyer cette affirmation : "Les dernières nominations parlent d’elles-mêmes : Christophe Gomart, le patron du renseignement militaire, a rejoint en mai dernier Unibail-Rodamco, leader européen de l’immobilier commercial ; Denis Favier, l’ex-directeur géné ral des gendarmes, a été recruté par Total en 2016; Gilles Leclair, ancien chef de l’unité de coordination de la lutte antiterroriste, a atterri chez Air France en 2014; Jean-Louis Fiamenghi, ex-directeur de cabinet du préfet de police de Paris, et ancien patron du Raid, a été embauché par Veolia en 2012... Si nos champions hexagonaux s’arrachent ces grands fauves, c’est que les risques planant sur les grandes entreprises – terrorisme, attaques informatiques, espionnage industriel... – n’ont jamais été aussi nombreux et élevés."
 
Bavures policières
 
Sécurité toujours, mais celle des citoyens face aux forces de l'ordre : l'Obs ouvre le "dossier noir des bavures policières" tout en reconnaissant que "le nombre de tués par les forces de l'odre demeure inconnu". Quelques chiffres quand même : "46 condamnations (du rappel à la loi jusqu'à la peine de prison) concernant des faits de violence imputés aux forces de l'ordre en 2015."
 
L'Obs donne la parole à la patronne de la police des polices, Marie-France Monéger-Guyomarc'h, 60 ans épouse de commissaire , et mère de deux enfants. "Depuis 2012, 280 personnes travaillent sous son autorité, dont 110 enquêteurs de tous grades, tous officiers de police judiciaire".
 
L'Inspection Générale de la Police Nationale a été saisie par la justice sur 1 212 dossiers en 2016, dont 596, soit plus de la moitié, visaient des faits de 'violences volontaires'
 

Hillary Clinton parle

Dans son livre de mémoires "Ca s'est passé comme ça"  dont Le Point publie sur six pages des extraits Hillary Clinton raconte qu'elle a hésité à assister à la prestation de serment de Donald Trump, comme le veut la tradition avec les autres anciens présidents, et les autres premières dames :

"Un grand nombre de mes supporteurs et de mes meilleurs amis m'exhortaient à rester également chez moi. Ils savaient qu'être assise à la tribune et voir Donald Trump prêter le serment qui faisait de lui notre commandant en chef serait une terrible épreuve pour moi. J'avais inlassablement fait campagne pour que cela n'arrive jamais. J'étais convaincue qu'il représentait un danger indéniable et immédiat pour notre pays et pour la planète. Et voilà que le pire était arrivé. Il était sur le point de prononcer son serment d'investiture. Je me sentais pourtant tenue d'être là. Le transfert pacifique du pouvoir est une des traditions essentielles de notre pays. J'avais vanté ses mérites aux quatre coins du monde quand j'étais secrétaire d'État, espérant voir de plus en plus de pays se rallier à ce modèle. Si j'y croyais sincèrement, je devais ­laisser mes sentiments de côté et y aller."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 14/09/2017 - 09:56 - Signaler un abus Repli mondialiste immigrationniste de Pecresse!

    L'identité est un progrès, a l'inverse du mondialisme immigrationniste. Demandez à un psychiatre ce que ressens un individu qui perd son identité et il ne vous répondra jamais sur c'est un progrès, ni pour lui ni pour ses proches...les Nations, c'est pareil. Leur identité se construit au fil des siècles pour aboutir à une complémentarité harmonieuse entre identités mûres. Vouloir détruire l'identité des nations et des individus, vieux fantasmes gauchiste, est un repli. pecresse est en plein repli identitaire...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, Le Phare depuis 2005. Est utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€