Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Trump, son show, son attaque : l’art du catcheur sur le ring ; Macron : "Pour restaurer la compétitivité… Il faut continuer à baisser les charges et les impôts des entreprises"

Le ministre de l’Economie inspire la presse hebdomadaire. A commencer par Charlie Hebdo qui propose en Une sa caricature, petit regard mesquin et mâchoire carnassière, un brin poseur, en train de se recoiffer "Coucheriez-vous avec Macron pour sauver la France ?".

Revue de presse des hebdos

Publié le

En Trump, en Nosferatu, ou en suppositoire : la tête de Macron inspire !

« Coucheriez-vous avec Macron pour sauver la France ? » Le ministre de l’Economie inspire la presse hebdomadaire. A commencer par « Charlie Hebdo » qui propose en Une sa caricature, petit regard mesquin et mâchoire carnassière, un brin poseur, en train de se recoiffer. Face à lui, Coco dessine un petit homme en bleu de travail qui répond « pas plus de 35 heures ! ». Et ce n’est qu’un début, dans « les couvertures auxquelles vous avez échappé » proposées par « Charlie », on en trouve pléthore, « Macronifiées » : celle de Riss pour qui Macron est « un Donald Trump français avec des cheveux en plus ».

Riss encore : « Macron, l’homme qui monte » - le ministre gravit des marches qui sont des têtes de salariés. Une autre de Juin, qui propose face au chômage : « les socialistes lancent leur suppositoire » dessinant un Macron en tête de suppo. Une autre enfin ironisant sur l’ambition du ministre (à tête de vampire sur-denté cette fois), « 2017 : Macron, candidat des sans-dents » !

Macron, en Une de « L’Express »… à la recherche de la nouvelle formule

L’image de Macron ? Elle est ici en plan serré et incarne un autre symbole en couverture de « L’Express » cette semaine. Le magazine qui propose ici sa nouvelle formule papier, affiche par là même, un autre grain, une autre dynamique, une forme nouvelle… et c’est le ministre de l’Economie qui porte tout ce changement. Sans guillemet, le titre : ce que je veux pour 2017. Ce n’est pas Macron qui le dit. C’est L’Express.

Par contre, au sujet de 2017 et de « l’offre Macron », ce que dit vraiment le ministre au cours de cette dizaine de pages d’entretien (à lire dans son intégralité, car bien nourri et bien dense), c’est qu’il veut « faire réussir la France dans un monde ouvert. Mon combat, c'est celui pour le progrès et la mobilité ». Et à « L’Express » de saisir la balle au bond : « Mais quel véhicule prend-elle ? », le plus simple serait d'annoncer « je suis candidat à la présidentielle ». Réponse de l’actuel patron de Bercy : « En France on est obsédé par le flacon, au lieu de s'intéresser au contenu ». Et pour clore le volet « flacon » (ou « ambition »), cette question du magazine : « Où serez-vous dans 10 ans ? » à laquelle il répond tout aussi nettement : « Pas la moindre idée ».

Clairement «  en faveur d'un libéralisme économique et politique »

Pour ce qui concerne le « contenu du flacon », qui constitue les 90% de l’échange, « Emmanuel Macron esquisse pour la première fois un projet global pour réformer le pays ». La mondialisation, l'Europe, l'innovation, la manière de concilier la justice et la liberté, il fait cas de tous ces sujets majeurs et déclare : « à cet égard, j'ai toujours exprimé un choix clair en faveur d'un libéralisme économique et politique, avec un socle de solidarité collective, de régulation, et la conviction que le principe de liberté rend plus fort. Remettre en question les rentes et les corporatismes, c'est ainsi redonner de l'énergie au pays, permettre à celles et ceux qui sont le plus loin de l'emploi, le plus loin du système, d’y revenir ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 10/03/2016 - 11:11 - Signaler un abus Pétition à 1 million de signataires

    Les robots informatiques ne sont pas faits pour les chiens....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sandra Freeman

Sandra Freeman est journaliste et productrice.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€