Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

SOS Notre-Dame de Paris : les 150 millions qui manquent pour sauver la cathédrale ; Sarkozy se voit comme un sanglier blessé ; Julien Dray démolit François Hollande ; BHL reprend sa croisade pour les Kurdes ; Macron communique via Telegram : imprudence ?

Et aussi : pour le père de Laetitia, Johnny était un drogué déprimé quand ils l'ont rencontré.

Revue des hebdos

Publié le

Le colonel Beltrame est à la Une de l'Obs et de Valeurs Actuelles, il a droit à un bandeau noir en haut de la Une du Point (consacrée à... Stéphane Bern) tout en étant absent de la Une de l'Express dédiée à BHL.

Sarkozy et Kadhafi

Une douzaine de pages dans l'Obs sur  la procédure en cours, et les relations entre Nicolas Sarkozy et Kadhafi : "Un scandale d'Etat" pour l'hebdo qui estime que c'est la plus grande affaire politico-financière de la Ve République" avant de citer Sarkozy "Je suis comme un sanglier.

Si on me tire dessus, il faut me tuer... sinon je charge".

L'affaire Fillon "minable"

L'ex-directeur de la Revue des Deux Mondes, Michel Crépu avait voté François Fillon, fin 2016 à la primaire des Républicains. Quelques semaines plus tard il découvre, qu'à son insu, Pénélope Fillon a touché 100 000 euros pour publier deux ou trois notes de lectures dans la revue qu'il a dirigée. Il publie le 19 avril, un essai sur l'affaire Fillon chez Gallimard, et il en parle dans l'Obs (2 pages).

Hollande déçoit Dray

"François n'aurait pas dû aller voter devant les caméras pour désigner le futur premier secrétaire du PS"  aurait déclaré Julien Dray, selon Le Point. Et Dray considère que c'est trop tôt pour qu'Hollande publie son livre inventaire qui sort le 11 avril. Et enfin Dray regrette l'interview de Hollande au monde sur les Kurdes "Sa position est juste, mais on n'en retient que sa critique frontale de Macron et la réponse teinte d'agacement et de mépris de ce dernier."

Macron et Telegram

"Les SMS ? Dépassés ! Pour leur communication stratégique, Macron et sa jeune garde utilisent Telegram, service crypté inventé par un dissident russe" raconte sur 3 pages l'Obs. Ce n'est pas nouveau, en juillet 2017 Le Parisien et Gala évoquaient l'utilisation de Telegram pendant la campagne présidentielle du candidat Macron : "Jupi­ter qui comme vient de l’in­diquer Le Pari­sien a été aussi le nom du « petit groupe d'amis sélec­tion­nés par Brigitte Macron  » sur la messa­ge­rie Tele­gram qui pouvaient discu­ter avec Emma­nuel Macron pendant la campagne." Les Russes sont-ils à l'écoute ?

Chauprade et Wauquiez 

L’eurodéputé Aymeric Chauprade, élu avec l’étiquette FN avant de quitter le parti, a rédigé quatre notes pour Laurent Wauquiez, notamment sur la relation franco-allemande en matière d’industrie de défense. Elles ont été passées  à Wauquiez, via Brice Hortefeux, mais " Wauquiez n’a fait aucun retour" selon l'Express..

Qu'est-ce qu'un héros ?

L'Obs s'interroge sur 13 pages sur la notion de héros et, au passage, donne la parole à cinq personnalités Jean-Noël Jeanneney, Boris Cyrulnik, Michel Wieviorka, Pascal Ory, et au philosophe Frédéric Worms.

Un héros français

Valeurs Actuelles consacre sa couverture avec un dossier de 13 pages à l'attentat de l'Aude, et au gendarme Arnaud Beltrame, en mettant en avant sa conversion tardive à la religion catholique : "Comme dans son engagement militaire, Arnaud Beltrame ne fait rien à moitié quand il s’agit de sa foi. Né dans une famille très peu religieuse, il se convertit en 2009 et demande alors à faire sa première communion et sa confirmation."

"Aumônier général de la gendarmerie, le père Dominique Arz détaille cette idée: « Cet acte héroïque aurait évidemment pu être posé par quelqu’un qui n’a pas la foi. Mais il se trouve qu’Arnaud Beltrame l’avait et qu’elle lui a donné́ ce qu’on appelle un supplément d’âme. Il n’était qu’une seule personne, sa foi n’a donc pas pu être étrangère à son acte."

Voir aussi 7 pages dans Le Point sur le même sujet "Vie et destin d'un héros" un dossier rédigé par une équipe de 8 journalistes.

Qui sont les djihadistes ?

Un chercheur, Marc Hecker (dans Focus stratégique n° 79, Ifri, avril 2018) a analysé le parcours de 137 hommes et femmes jugés pour terrorisme islamique en France note l'Express (2 pages) : "69 % des djihadistes de l’étude sont français et 22 %, binationaux, francomarocains, comme Radouane Lakdim, franco-algériens ou franco-tunisiens. Dans 125 cas sur 137, l’origine des parents est précisée : Maghreb (74), France (22) et Afrique subsaharienne pour la plupart. 101 prévenus ou accusés sont issus de foyers musulmans, les autres se sont convertis. (...)  beaucoup sont ignares en religion. Voilà qui donne raison au sociologue Farhad Khos rokhavar : « Ce n’est pas une connaissance préalable profonde de l’islam qui induit la radicalisation religieuse dans les banlieues, mais bien au contraire une inculture profonde qui provoque un effet de crédulité accen tuée, une forme de naïveté », écrit-il dans Radicalisation (Ed. de la Maison des sciences de l’homme)".

Chefs d'oeuvres en péril

Si vous voulez faire un don c'est le moment. Dans Le Point vous trouvez une liste, région par région, qui recense 250 monuments en péril avec, pour chacun, le prix total de la réhabilitation et le montant qui reste à trouver. Une liste dévoilée par Stéphane Bern.

Sauver Notre-Dame de Paris

Mais surtout il faut lire les 4 pages consacrées à l'église Notre dame de paris, qui est en piteux état et part en lambeaux. Quand on pense que cet édifice gothique reçoit 13 millions de visiteurs chaque année, on pense qu'il pourraient payer un droit d'entrée,même modeste pour contribuer à le sauver, le restaurer, et ensuite l'entretenir. C'est ce qui se passe dans les plus belles églises de Venise et dans d'autres lieux emblématiques.

"C'est un peu décor soviétique constate André Finot resposnable de la communication de Notre dame "une façade restaurée et, derrière, une ruine". Navrant mais il n'est pas question de faire payer l'entrée, ceci, alors qu'il faut 800 euros de chauffage et 1 000 euros d'électricité par jour, sans compter le salaire des 67 salariés.

BHL et le déclinisme

La Une de l'Express et 12 pages sur déclinisme dont cinq sur la sortie de 'L'Empire et les Cinq Rois' un livre de Bernard Henri-Levy sorti chez Grasset. Il ne fait pas bien sûr l'unanimité : l'Express lui dit "Si seulement vous vous contentiez d'écrire... Mais vous avez aussi influé de manière décisive en faveur de l'intervention en Libye... Rétrospectivement quel désastre " BHL répond qu'il ne regrette rien de rien. De son côté, sous le titre 'Les cécités de BHL' Hubert Védrine déplore "le caractère trop abstrait de sa grille d'analyse."

L'hebdo donne aussi la parole sur deux pages à Nicolas Baverez, "qui se penche sur l'état de l'Ouest'. Pour lui : "Les démocraties affrontent leur crise la plus profonde depuis les années 1930, mais peuvent se ressaisir en renouant avec une croissance inclusive et en réaffirmant leur communauté de valeurs et de destin au-delà de leurs intérêts divergents. Elles doivent se réarmer sur les plans non seulement militaire mais surtout politique, intellectuel et moral, en retrouvant foi dans la liberté.

De son côté l'Américain Ezra Suleiman considère (lui sur une page) que "le monde occidental peut encore se sortir de la spirale du déclin, à condition de le vouloir'.

Punir les grands patrons incompétents

Pour “Les grands patrons incompétents doivent être sanctionnés” déclare à l'Express Jean Peyrelevade "qui fut le conseiller économique de Pierre Mauroy au moment du tournant de la rigueur, en 1983, métamorphosé plus tard en banquier et redresseur du Crédit lyonnais".

Le banquier signe "Changer ou disparaître aux Editions de l’Observatoire" : "Un essai dans lequel il dénonce l’état de déliquescence du dialogue social en France, responsable selon lui de la perte de compétitivité de l’économie française. Il renvoie dos à dos responsables syndicaux et patronaux enfermés dans un syndrome de lutte des classes suicidaire et attaque l’Etat, incapable de partager son pouvoir".

Le père de Laeticia parle crument

Au milieu d'un dossier de 9 pages sur le clan Hallyday et ses déchirements actuels dans l'Express, André Boudou le père de Laeticia Hallyday ne mâche pas ses mots face aux accusations dont sa famille fait l'objet : "Nous avons fait du bien à Johnny. Quand Laeticia l'a rencontré, il n'était vraiment pas au mieux de sa forme. C'était un artiste dépressif, bourré de drogue, qui traînait 23 millions d'euros de dettes. Ma fille lui a fait du bien en lui donnant son amour. Je lui ai fait du bien en le conseillant dans ses affaires, sans que cela me rapporte un centime. S'il ne nous avait pas rencontrés, Johnny serait mort ruiné, il n'aurait pas eu la fin de carrière qu'il a connue, ni l'hommage national que la France lui a rendu. Et nous serions les Thénardier de la France?"

Boudou ajoute "Cela fait cinq ans que je ne parlais plus à Johnny. Nous nous sommes vraiment brouillés après plusieurs désaccords. La signature avec la maison de disques Warner, d'abord: nous étions à deux doigts d'un arrangement avec Universal [le label de Johnny depuis 1961, filiale du groupe Vivendi]. Je traitais directement avec le patron de Vivendi [Jean-René Fourtou]. C'était une partie de poker que j'étais tout près de gagner. Mais Johnny est allé au procès [la cour d'appel a finalement tranché en faveur d'Universal]."

La méchanceté numérique

François Jost, professeur à la Sorbonne vient de publier 'La méchanceté en actes à l'ère numérique" aux éditions du CNRS. Il répond aux questions de l'Obs sur 3 pages. Selon lui "les nouveaux médias permettent, grâce à l'anonymat, le jugement sans risques et ils valorisent la critique cruelle.' et "Internet rend plus visibles ces formes multiples de méchanceté qui ont, d'abord été libérées par la télévision"

Journaux satiriques en Turquie

Depuis le coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016, 150 médias ont été fermés, 120 journalistes sont emprisonnés, et 520 autres comparaissent libres remarque l'Obs dans un dossier original de 4 pages dédié aux journaux satiriques qui tentent de résister à cette atmosphère de censure menaçante.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 30/03/2018 - 07:49 - Signaler un abus Un sanglier blessé ?

    Plutôt un marcassin coincé ...

  • Par assougoudrel - 30/03/2018 - 16:23 - Signaler un abus BHL

    Comme le barde dans Astérix, il faut l'attacher et le museler.

  • Par guzy1971 - 09/04/2018 - 14:38 - Signaler un abus La presse des baby boomers n'en finit pas de crever

    BHL, Baverez, Peyrelvade, Cohn-Bendit le mois prochan bien sûr, quelle belle jeunesse dans l'express, ce journal moribond qui teint par les subventions en donnant des leçons de libéralisme aux mauvais français. De la part du journal qui fut le premier soutien de Macron, cela éclaire sur la nature profonde du Macronnisme. Notre président sait parler aux vieux, on le sait. Tous ces types se lamentent sur leur échec mais rien n'est de leur faute. C'est un des mauvais effets d'un progrès : L'allongement de la durée de la vie fait que nous devons supporter ces types depuis 40-50 ans.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, Le Phare depuis 2005. Est utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€