Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Scandale d'État : Areva ou le Crédit Lyonnais du nucléaire ? ; Plan social au PS : âmes sensibles s’abstenir ; Michel Houellebecq et le droit d'écrire contre l'islam

L'année 2015 touche à sa fin ! ouf ! De janvier à décembre cette année aura été bien dense, bien lourde, bien douloureuse. Quelques jours avant les fêtes de fin d’année, les magazines répondent à un besoin : retrouver quelques idoles, quelques héros pour nous faire rêver à nouveau. Ils nous en proposent quelques profils.

Revue de presse des hebdos

Publié le

Dusko Popov : l’Agent double qui  a inspiré 007 en Une du « Point »

« Ils sont ce que l'homme a de plus chevaleresque de plus tortueux. Ils incarnent l'amour et la trahison de la patrie, la bravoure et la lâcheté. Révélations sur ces héros magnifiques et ces personnages troubles qui ont changé le cours de l’Histoire »…  « Le Point » éprouve ce besoin de prendre le large et respirer un autre air que celui de l’actualité pesante et propose en Une « Les secrets des grands espions » avec en photo « le vrai James Bond ». Il s’agit de Dusko Popov, l’agent double qui a travaillé pour sa majesté durant la seconde guerre mondiale, et qui a inspiré Ian Fleming.

Le magazine raconte la rencontre entre l’auteur et celui qui sera son personnage. « Le jeune officier de marine Ian Fleming », en 1941, était chargé de surveiller Dusko Popov le temps d’une mission. « Deux ans plus tard, Fleming publiait « Casino royale ». « James bond était né ».

Et lorsque en 1974, Dusko Popov, qui jusque-là avait gardé le silence sur les services rendus à sa majesté, a publié ses mémoires, il déclara : « c’est une insulte à mon intelligence. James Bond dans la vraie vie n’aurait pas survécu 48 heures. Ce personnage est fantaisiste, et irréaliste ». Mais avec flegme il avait ajouté : « j’imagine que je suis coincé avec l'histoire de Bond ».

Idole de « Télérama » : Joseph Cambell : père de « Star Wars »

Face à la déferlante Star Wars qui nous gagne, 10 ans après, « Telerama » met à l’honneur celui dont le créateur de la saga, Georges Lucas, s'est inspiré !

Joseph Cambell, était semble-t-il un « intellectuel obsédé par l'universalité des mythes » et en 1949, avec son livre « les héros aux 1000 et un visage » il a développé sa théorie du « monomythe » selon laquelle toute mythologie, et toute légende « suivrait le même schéma de construction du héros, et dont les étapes seraient similaires ».

Au centre de ses histoires « se dessine le héros », d'abord puis « aspiré par un fabuleux destin qui va rejoindre ses rêves d'enfants », il « révélera sa courageuse détermination ». Son parcours sera balisé par différentes étapes: « le départ », « l'appel de l'aventure », « l'exploit ». Sa vertu ? : « Tenter de ramener à la lumière cette Atlantide perdue ».

En plus de cela, d'ordre pédagogique : « il permet à l'individu de s'identifier à l'humanité entière et non plus à une communauté précise ». Il donnerait enfin de l'espoir : « c'est du fond de la ville, du fond de l'abîme que retentit la voie du salut ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 17/12/2015 - 12:19 - Signaler un abus Les écoles de commerce

    Ces endroits devenus couteux où on apprend essentiellement à "réseauter" (Si tu me grattes dans le dos, je te gratte dans le dos"). Une engeance incompétente, mondaine et bavarde, qui a planté économiquement le pays. Ce type de formation devrait se faire en complément de celle d' ingénieur.

  • Par vangog - 17/12/2015 - 22:55 - Signaler un abus Les réseaux judeo-maconniques aboutissent à cette paralysie!

    Toute consanguinité est mortelle pour ses auteurs, à terme...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sandra Freeman

Sandra Freeman est journaliste et productrice.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€