Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Marianne a peur du grand méchant Macron; Hollande s'épanche dans L'Obs; Mélenchon rêve d'un mai 2018; Laeticia Hallyday pense que Johnny a souffert de l'attitude de David & Laura ; Chirac donne ses costumes aux migrants

Et aussi : l'histoire du journaliste grièvement blessé à Charlie Hebdo et l'accent de Jean-Michel Aphatie a failli nuire à sa carrière

Revue des hebdos

Publié le

Macron à droite toute

Pour Marianne (qui propose une nouvelle formule rédactionnelle) Macron est le "dynamiteur" car "il méprise les syndicats, ignore les cheminots, maltraite les fonctionnaires, étouffe le Parlement, provoque les laïques et cajole les catholiques".. Ouf, on croirait lire l'Humanité de la grande époque mais c'est bien la Une de Marianne qui ne fait pas dans la dentelle.

L'économiste de Macron

Jean Pisani-Ferry est peu connu du grand public, l'Express fait donc le portrait de "l’un des ouvriers de la victoire d’Emmanuel Macron, le responsable de son programme. Arrivé en janvier 2017 dans l’équipe de campagne, cet économiste apporte sa crédibilité à une candidature alors fragile; il donne de la cohérence à un bouillonnement de mesures. Il ordonne, il rassemble, il rassure... Après l’élection, on s’attend à le retrouver ministre, gratifié d’un poste pour services rendus à la Macronie. Mais, non, il retourne à ses études.
Il réapparaît quelques mois plus tard.

A la Une du Mondedaté du 17 janvier, il cosigne une tribune sur le statut des migrants dont le titre résume la dureté : « M. Macron, votre politique contredit l’humanisme que vous prônez! »"

"L’homme du programme du candidat critique le président. Certains y voient la vengeance d’un aigri, furieux de n’avoir pas décroché une place au pouvoir. C’est mal connaître le personnage, intellectuel pris dans un dilemme chronique : il ne conçoit pas la réflexion sans l’action, mais n’imagine pas que la politique puisse brider son indépendance" explique l'Express.

Plenel, Bourdin et Macron

Sur une colonne entière, Le Point revient sur le billet écrit, dans la revue Rouge, en 1972 (évoqué par Libération, puis par Marine Le Pen sur RTL) par Edwy Plenel fondateur de Mediapart, dans lequel il soutenait «inconditionnellement» l'assassinat de 11 athlètes israéliens lors des JO de Munich. Le Point, qui ne semble pas l'apprécier, ajoute que "plus récemment" "il a désigné Charlie Hebdo comme cible aux jihadistes. Mais le plus étonnant est que ses prises de position, qui auraient ruiné la réputation de n'importe quel autre journaliste, n'entament pas le crédit du fondateur de Mediapart. Du moins pas au point de retenir le doigt de Jupiter de le désigner comme intervieweur vedette." aux côtés de Jean-Jacques Bourdin.

Les regrets de Hollande

Interview de Hollande dans l'Obs à l'occasion de la sortie de son livre. L'ex-président y reconnaît quelques regrets : "Par nature, François Hollande n'est pas homme à se flageller. Pourtant, tout au long du livre, l'ancien président confie des regrets. Avoir trop parlé, d'abord.  "J'ai pris conscience que la démultiplication de la parole, loin de me rendre familier aux Français, m'en éloignait. […] A s'inviter en permanence chez les gens, ils finissent par vous fermer leur porte. A vous voir, ils ne vous regardent plus. A saturer l'espace, ils vous effacent."

Hollande reconnaît notamment qu'il n'aurait pas dû s'exprimer lui-même sur Leonarda, collégienne rom interpellée lors d'une sortie scolaire. "C'est une erreur", avoue-t-il. La déchéance de la nationalité lui a fait perdre la gauche morale. Hollande en convient : "J'aurais dû ce jour-là mieux écouter Christiane Taubira ! Quand je me retourne sur mon quinquennat, c'est mon premier regret."
Et l'avenir ? A la fin de l'interview de l'Obs (6 sur les 10 pages du dossier) , interrogé, Hollande dit "Je ne poursuis aucune ambition éléctorale" mais... "Mais je n'ai pas renoncé à la politique".
 
On note que Martine Aubry n'a pas aimé ce livre puisqu'elle a déclaré à la Voix du Nord : " « Tout ce qu'il écrit est totalement ridicule et contradictoire. À la fois il dit qu'il a perdu à cause des frondeurs censés être proches de moi et qu'il attendait mon soutien. On ne peut pas rejeter la faute sur quelques individus de son parti. Je pense que c'est un livre d'autojustification dans lequel s'exprime, à l'évidence, une certaine aigreur. C'est attristant. »"
 
Les socialistes existent encore
 

Vraiment a enquêté auprès de "Onze anciens candidates et candidates socialistes aux élections législatives de juin 2017, la pire défaite de l'histoire du PS" Dans un dossier de 9 pages, Ils "racontent les obstacles auquels ils ont été confrontés. A l'heure de la reconstruction annoncée du parti, ils jugent, parfois sévèrement, leur propre famille politique."

Ayrault et Cazeneuve discrets au congrès

Selon Le Point, dans la salle du congrès du PS, dimanche, à Aubervilliers, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve sont entrés par une porte dérobée et "ont filé discrètement jusqu’au premier rang, juste avant le discours du nouveau premier secrétaire, Olivier Faure. « Ils avaient peur d’être sifflés »" Le Point ajoute : on comprend  pourquoi  Hollande n’est pas venu....

Des costumes de Chirac pour des migrants

Sœur Marie-Jo, "une religieuse incroyable qui s'occupe des réfugiés" dans le nord-est de Paris a appellé au secours Yann Arthus-Bertrand car elle manquait de vêtement d'hiver. Arthus contacte la Fondation Chirac.  "Quelques jours plus tard, sœur Marie-Jo et ses bénévoles voient arriver une voiture officielle avec cocarde tricolore, transformée pour l'occasion en véhicule de livraison. "C'étaient des costumes et des pullovers de Jacques Chirac" selon l'Obs.

Mélenchon croit à un Mai 2018

"Le leader de La France Insoumise croit les conditions réunies pour un nouveau Mai-68 "A ceux qui me disent, avec un sourire en biais, que je rêve d'une Mai-68, je réponds que oui c'est un beau rêve" répète Mélenchon" selon L'Obs.

Laeticia Hallyday

« C'est un document historique » Étienne Gernelle, le directeur de la publication du Point, est lyrique. "Historique". Gernelle "s'est rendu à Los Angeles pour rencontrer, chez elle, Laeticia et recueillir son témoignage" Plus précisémment "C'était Johnny La grande confession de Laeticia Hallyday" comme l'indique la Une.

"Dans un entretien-fleuve de quatorze pages, elle revient sur sa rencontre avec le rockeur, son histoire d'amour, la vie – pas toujours facile – avec Johnny, la maladie et les derniers mois" . Au passage elle attaque David et Laura qu'elle accuse de ne pas être venus voir leur père malade : "Après qu'ils ont appris que leur père était malade, David a attendu six mois pour venir et Laura, quatre. Mais je ne veux pas les juger, vous savez : ils avaient sans doute leurs raisons. (...) cela lui faisait mal quand il apprenait sur les réseaux sociaux que son fils était passé à Los Angeles ou, à la toute fin, à Paris, sans nous prévenir."

Mais Laeticia se dit prête à faire la paix : "Je les attends à bras ouverts. On est une famille ! Je ne demande que la paix, mais qu’on respecte la mémoire de mon mari !"

Survivant de Charlie Hebdo

Le témoignage de Philippe Lançon, journaliste, survivant, mais grièvement blessé de l'attentat contre Charlie Hebdo, à l'occasion de son livre qui vient de sortir, est à lire dans l'Obs : il "assistait à la conférence du journal, tombe lui aussi sous les balles, qui lui arrachent la mâchoire. Pendant la fusillade, écrit-il, «je faisais le mort». Quand il ouvre un œil après le carnage, il voit ses amis morts se tenir «presque par la main», la cervelle sortie du crâne de Bernard Maris et, sur l'écran de son téléphone portable, le reflet de son propre visage défiguré, comme «par une main de peintre enfantin»".

Puis : "Le pompier qui va le transporter prononce le verdict sans appel : «Blessure de guerre». Cette scène d'apocalypse, Philippe Lançon la raconte et donc la revit, seconde après seconde, dans un livre magnifique et insoutenable, une manière d'oratorio de l'horreur. Il sait en effet que, pour rejoindre la rive des vivants, il doit aujourd'hui exercer sa mémoire et décrire au plus près, sans tricher, tout ce qui lui est arrivé. Non seulement l'enfer de l'attentat, mais aussi l'enfer de la reconstruction. Car, entre janvier et novembre 2015, pas moins de dix-sept opérations ont été nécessaires."
 
L'Obs évoque les 60 pages que le journaliste consacre à la scène de l'attentat du 7 janvier 2015 dans son livre.
 
La "contagion salafiste"
 

Valeurs Actuelles s'inquiète (à la Une et dans un dossier de 12 pages) de la contagion salafiste Ils sont nombreux. L’entourage du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, le révèle à Valeurs actuelles: les salafistes considérés comme actifs constituent une population de 30 000 à 40 000 individus en France. Un chiffre considérable; bon nombre d’entre eux figurent aussi dans le fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, regroupant déjà 20 000 musulmans radicalisés. La population totale des salafistes et de leurs sympathisants en France est quant à elle évaluée à 400 000, selon des sources proches du Service central du renseignement territorial (SCRT) … Le problème pour les services se trouve ici: « Une grande partie des salafistes dénoncent la violence et le terrorisme [comme les salafistes quiétistes, NDLR] »,

Selon Valeur Actuelles : "À la manière des Frères musulmans, les salafistes ont littéralement investi le monde associatif. «C’est comme ça qu’ils diffusent leur message », indique un limier du renseignement. Concrètement, dans certaines villes, les associations se revendiquant de ce courant remplacent parfois les services publics. Comme à Sarcelles (Val-d’Oise) où une association de soutien scolaire a tenté d’exercer son influence sur la maison municipale des jeunes et de la culture, pour imposer sa vision d’un islam intégriste à tous les enfants.

 

Terroir et accent

Y-a-t-il une forme de racisme envers les personnes qui ont un accès régional. Il semble que cela soit le cas, exemple de l'Express avec un célèbre journaliste de l'audiovisuel, Jean-Michel Apathie : «Quand je suis entré à France Inter, en 1999, je travaillais depuis longtemps en presse écrite. C’est cette expertise politique que l’on a recrutée et qui m’a en quelque sorte protégé. Mon passage à RTL a été plus compliqué : la direction était divisée, certains responsables estimant que je risquais de décrédibiliser la station. Par la suite, mon accent du Pays basque m’a valu quelques commentaires désagréables. L’essayiste Elisabeth Lévy m’a traité d’“éditorialiste cassoulet” ; l’anthropologue Emmanuel Todd a affirmé que j’utilisais mon accent sympathique pour manipuler l’opinion".

"Non seulement cette discrimination existe, mais elle est parfois revendiquée haut et fort. « Si un journaliste perpignanais arrive avec un accent à couper au couteau, je ne vais pas le prendre, et je défends le fait de ne pas le prendre parce qu’on ne comprend pas ce qu’il raconte », a récemment déclaré, sur Arte, Pascal Doucet-Bon, directeur délégué de l’information en charge de l’éditorial à France Télévisions.

L'Eglise évangélique croit

"Une Eglise évangélique se crée tous les dix jours en France. Le chiffre en dit long sur les ambitions de ce courant religieux, qui multiplie les effports pour se structurer, former ses cadres et séduire de nouveaux fidèles." Ces "Eglises" ne sont pas des bâtiments, mais des assemblées de croyants, disciples de ce courant du protestime explique Vraiment sur 6 pages.

Suisse : la Crypto Valley

"Pionnière du bitcoin et des technologies blockchain, la commune suisse de Zoug attire les nouveaux pirates de la finance.  A Zoug, aux projets innovants des derniers mois se sont mêlées des fraudes retentissantes et des levées de fonds aux retombées douteuses".  Quatre pages à lire dans l'Obs, où l'on parle de la blockchain, " de base de données géante décentralisée, actualisée en temps réel par une communauté de serveurs connectés" sur alquelle s'appuie une cryptomonnaie comme le bitcoin.

Voir aussi sur le même sujet 6 pages dans Vraiment : "La cryptomonnaie au secours des villages suisses" avec l'exemple de Gondo où s'est installée la société Alpine Mining une des startup qui fait du "minage" de cryptomonnaie avec ses ordinateurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MALOR - 12/04/2018 - 13:31 - Signaler un abus MARIANNE

    Cette semaine j'ai acheté Marianne car dans le passé je trouvais toujours un article intéressant ; Cette fois- ci je n'ai pas pu le lire en entier tant c'est devenu insipide. Direction: poubelle!

  • Par Deudeuche - 13/04/2018 - 21:23 - Signaler un abus Marianne a toujours été bon pour

    La poubelle.

  • Par lili57 - 14/04/2018 - 10:27 - Signaler un abus marianne

    beaucoup d'amis ont, comme moi, depuis longtemps, résiliés leur abonnement

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, Le Phare depuis 2005. Est utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€