Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Giesbert-Hollande : rencontre au sommet ; bouh! les programmes économiques de Le Pen et Mélenchon terrifient vos hebdos ; c'est tendance : ne pas se laver !

Et aussi le revirement de Donald Trump sur la Syrie ...

Revue de presse des hebdos

Publié le

Certes, l'intervieweur parle presque autant que l'interviewé, mais Franz-Olivier Giesbert a réussi un joli coup en décrochant ce qu'il qualifie d'"interview testament" de François Hollande. Le journaliste a trouvé le Chef de l'Etat "brillant... il brille comme un soleil, un oeuf de poule ou un pommeau de canne astiqué avec amour". Ceci posé, le locataire de l'Elysée pour quelques semaines encore, se livre avec une certaine franchise, et accepte, ce qui est rare, de parler de son bilan, et de lui : "J'ai deux principes: d'abord je fais confiance, peut-être trop dans certains cas...ensuite je suis insensible à la flagornerie et à la courtisanerie comme je le suis aux critiques et aux attaques.

En vérité, je sais qui je suis et où je vais"... François Hollande se dit fier "d'avoir tenu le pays après les attentats, mais il est vrai que les Français ont été admirables" et fier "d'avoir redressé l'économie française : elle va mieux qu'en 2012. Personne ne peut le contester". Parmi ceux qui le contestent, il y a les frondeurs qu'il aurait trop ménagé:" Faux! Je n'ai jamais ménagé les frondeurs, au contraire... Je les ai sortis du gouvernement, je ne pouvais pas faire plus ! Mon regret par rapport à cette histoire ? En 2012, il y a eu trop de choix discutables d'investitures de candidats socialistes. Mais je n'étais plus premier secrétaire ". (ndlr : c'était Martine Aubry !). Ce président normal, est il un anti-héros ? Etre un anti- héros, c'est déjà être un héros. Il remplit sa tâche avec dévouement et désintéressement. Il se veut courageux plutôt que téméraire. Il ne recherche pas la prouesse mais la robustesse"

Et pourquoi François Hollande ne s'est-il pas représenté ? "La primaire est totalement antinomique avec la fonction présidentielle. Il est impossible d'être président et candidat à une primaire, dans les formes que nous avons connues. Giesbert insiste : Vous aviez donné votre accord? - Réponse : Je pensais qu'il n'y en aurait pas parce qu'elle n'avait pas lieu d'être. De ce épisode je tire une conclusion : il ne doit plus y avoir de primaires dans des partis de gouvernement. Sinon il n'y aura bientôt plus de partis de gouvernement dans ce pays... deuxième aveu présidentiel : Si j'avais senti un mouvement en ma faveur et acquis la certitude que je pouvais rassembler tous les socialistes, je me serais représenté, mais ce n'était pas cas... Petite pique à l'intention de Manuel Valls: l'intérêt de Manuel était que je sois candidat (- traduisez : il a vu ce que c'est qu'être trop pressé! ), et grosse vanne à l'intention de Jean-Luc Mélenchon, lorsqu'il déclare qu'il y a péril face aux falsifications et aux simplifications qui font que l'on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte. Alors peut on considérer qu'il apporte son soutien à Emmanuel Macron lorsqu'il dit ne pas l'avoir découragé lorsque ce dernier lui a annoncé vouloir lancer un mouvement... Je considère que la politique a besoin de renouvellement et il n'y avait pas de raisons de s'opposer à sa tentative. Son pari d'être candidat m'a ensuite paru pour le moins audacieux...Et pour conclure, un rappel à ceux qui veulent lui succéder : je me suis comporté en citoyen et n'ai jamais abusé de ma fonction, ni manqué à l'éthique. Personne ne pourra jamais apporter la preuve que pendant mon quinquennat, j'aurais commis un excès de luxe, de pouvoir, de luxe, de facilités. Avant un conseil à son successeur : garder l'arme du 49.3.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Stéphane Gayet - 13/04/2017 - 13:08 - Signaler un abus L'hygiène n'est pas la propreté

    Se laver le corps n'a rien à voir avec l'hygiène, si l'on excepte les mains et la cavité buccale dont le nettoyage sont des mesures d'hygiène. L'hygiène n'est pas la propreté et n'a pas grand chose à voir avec elle. L'hygiène microbienne consiste à éviter les infections par un ensemble de mesures de prévention. Le fait de se laver le corps de façon systématique n'évite aucune infection, et c'est même parfois le contraire. La toilette corporelle est une question de confort et de sociabilité, mais ce n'est pas de l'hygiène.

  • Par Milsen - 13/04/2017 - 17:48 - Signaler un abus Rien de nouveau

    Il y a une trentaine d'années, une étude signée par des dermatologues américains signalait un bon état physiologique de la peau chez... les clochards! Et dénonçait la nocivité des détergents (gels-douche), le moins agressif étant le savon de Marseille.

  • Par Vincennes - 13/04/2017 - 23:23 - Signaler un abus Dès que MACRON décroche un soutien, même de pacotill,

    style BAYROU, tous les "merdialeux" s'emparent de la nouvelle pour nous SAOULER jusqu'à plus soif .......contrairement au ralliement de J.L BORLOO à F. FILLON qui, pourtant, est une TB prise !!! bizarre vous avez dit bizarre. On sent la fébrilité dans la Hollandie

  • Par Anouman - 14/04/2017 - 20:29 - Signaler un abus Toilette

    Les scientifiques n'ont pas vraiment besoin de nous dire que se laver n'est pas bon pour la peau. Il suffit de prendre le métro aux heures de pointes pour savoir que beaucoup de gens doivent avoir une peau parfaite.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€