Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Benjamin Griveaux : le "marquis de sa suffisance" ; Atouts ou boulets ? Corbière-Garrido, le couple qui pique de la France Insoumise ; Cantat : l’homme dont les proches ont caché qu’il les battait toutes ?

Et aussi : Pourquoi Hulot reste La fille de Jacqueline Picasso & les oeuvres volées de son beau-père ; les grandes marques sur les Champs-Élysées.

RDV Revue de presse

Publié le - Mis à jour le 1 Décembre 2017

L'Express s'intéresse à l'ambitieux Benjamin Griveaux sur quatre pages :  "Nommé porte-parole du gouvernement le 24 novembre" et fait son portrait de manière un peu acide : "Un temps, sa tête a semblé dépasser dans une Macronie rangée au cordeau : Griveaux a affiché son ambition pour la mairie de Paris. Son appétit aurait agacé le président de la République, au point de compromettre sa nomination comme porte-parole. La décision d’Emmanuel Macron fait mentir la rumeur de sanction. Mais pas celle de l’agacement."

Dans son ancien camp, certains commentaires ne sont pas tendres : « Son parcours politique est agressif, un peu brutal; il peut apparaître méprisant, en tout cas perçu comme tel », dit un ancien député PS.
«Tous ceux qui le connaissent finissent par être agacés », ajoute un autre. « Il insupporte par l’évidence de son ambition », martèle un troisième. Des flèches décochées par son ancien camp, normal. Pourtant, l’un de ses amis confesse : « Beaucoup de gens m’appellent pour me dire : “Ton copain, il a le melon.” » Et un homme discret de la Macronie ajoute : « Oui, c’est vrai qu’il peut avoir un petit côté arrogant, alors qu’il n’est pas comme ça. »
 
Dernier coup de pied de l'âne :  "Son ton souvent cassant lui vaut, chez certains camarades du PS, un surnom saignant : le marquis de Sa Suffisance. « Quand il publie son livre Salauds de pauvres, en 2012, on ne peut pas s’empêcher de le prendre au premier degré », ricane un rival." 
 
L'Obs propose dix choses à savoir sur Griveaux : on y apprend qu'à Bercy il s'était installé "dans l'ancien bureau d'Emmanuel Macron". Un signe ?
 
Le sans-culotte et la madame sans-gêne de la France Insoumise
 
'Portrait d'un duo "insoumis", entre poing levé et télé-réalité' : Pour l'Obs (cinq pages), Alexis Corbière et Raquel Garrido (France Insoumise) étaient  "le couple politique le plus en vue depuis la présidentielle. Jusqu'à ce qu'ils se brûlent les ailes." Voici donc "Le sans-culotte et madame sans-gêne".
 
L'Obs rappelle que le député Corbière a accordé une interview à ... Closer pour saluer "la décision courageuse" de sa femme. et 'A peine devenue simple chroniqueuse, cette dernière trouve le moyen de confier à ELLE : l'ambition malsaine me répugne" et ajoute "Mais je suis prête, je peux gouverner. Demain je peux être ministre." C'est on ne peut plus clair. On attend la saison 2 "Raquel le retour" avec délice'.
 
Une note à la fin de l'article souligne qu'un député comme Corbière touche 7 500 euros, et si l'on se base sur la somme de 1 800 euros obtenu parJeremstar quand il est en plateau, la chroniqueuse Garrido "se hisse au niveau du revenu de son conjoint.
 

Le livre de Darmanin

Dans son livre, Gerald Darmanin l’ex-coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy ne livre pas une analyse sur la campagne. Il constate, remarque Paris Match : "« Cinq ans dans l’opposition, cela sert normalement à se reconstruire, à penser, à opérer sa révolution copernicienne », regrette l’ancien maire LR de Tourcoing, longtemps proche de Nicolas Sarkozy et toujours ami de Xavier Bertrand".

Puis cette anecdocte : " Il raconte que son père l’avait mis en garde dès Noël 2016 : «S’il ne parle pas au mec qui se lève à 5 heures du matin, il est foutu, ton Fillon !» Plus tard, c’est sa mère qui en remet une couche : «Ce Macron, finalement, ça va donner un coup de jeune au pays : pourquoi tu ne le soutiens pas?» Il faut toujours écouter sa mère. Darmanin se rapprochera du vainqueur à la vitesse de l’éclair."

Pourquoi Hulot reste

Sur huit pages dans l'Obs, Hulot explique pourquoi il reste au gouvernement. Concernant l'éventuel nouvel aéroport de Nantes, il évoque 'un argument de poids, qui pourrait justifier un abandon de l’aéroport : la situation sur place et le risque de violences. "On a à Notre-Dame-des-Landes un problème d’ordre public. Certains en font abstraction dans leur raisonnement. Pas moi !" Autrement dit : s’il ne "valide évidemment pas les actes de certains zadistes", Nicolas Hulot reconnaît que l’évacuation du site serait un problème très compliqué à gérer pour le gouvernement, dans un contexte sécuritaire déjà tendu. Craint-il un drame, comme il y avait eu un avec la mort de Rémi Fraisse à Sivens ? "Personne ne l’oublie", dit le ministre à l’Obs'. 

Hulot lira peut-être, dans Le Point,  les cinq pages du "roman noir de Notre-Dame-des Landes" "Kafkaien. Postures, lâchetés, violences... Enquête sur une aberration politico-administrative qui n'en finit pas". L'abandon du projet disent ses partisans, coûterai près d'un milliard d'euros." I

Le Point dont l'article se montre favorable au nouveau projet, a-t-il oublié que les portiques de l'écotaxe dont certains ont été détruits par les Bonnets rouges bretons ont provoqué 1,3 milliard d'euros de pertes diverses, sans compter le manque à gagner annuel de l'Etat qui avoisinerait lui aussi un milliard d'euros, chque année. Donc l'abandon de Notre-Dame-des-Landes est bien possible quoiqu'en pense le magazine, et la question n'est pas seulement financière

Hulot ajoute : "Ce qui est rude, c'est d'abord la fonction : être ministre, c'est être en médiation permanente, combiner des enjeux qui peuvent parfois sembler incompatibles, jongler entre le court terme et le long terme. C'est rude aussi parce que tous les sujets sont complexes, souvent techniques, lourds. C'est rude parce que c'est un marathon qui n'en finit pas. Vous passez une épreuve, vous n'avez pas le temps de souffler qu'il y en a une autre derrière. Enfin, c'est une école de patience alors que l'urgence en matière d'environnement s'impose un peu plus à nous à présent."

Mais "Je suis là parce que je veux aller jusqu'au bout de la démonstration que le changement en profondeur est possible." Et il précise : "J'ai 62 ans... Ce sera ma seule et unique incursion dans un gouvernement."

Hariri toujours en danger

Six pages sur Saad Hariri, le toujours Premier ministre libanais qui a répondu lundi 27 novembre aux questions de Paris Match, chez lui à Beyrouth : "Je suis toujours en danger de mort". Interrogé sur les deux cent quarante employés français de sa société Saudi Oger qui n'ont pas perçu leur salaire depuis deux ans, Hariri répond : "Le gouvernement saoudien doit ayer ses arrièrés. Dès qu'il l'aura fait, nous verserons les salires. Nous avons pris ce dossier à bras-le-corps."

Michel Audiard résistant

Valeurs Actuelles explique son choix de Une : "Consacrer une couverture à Michel Audiard, n’est-ce pas sacrifier à cette maladie sénile de l’enracinement qu’est le ressassement nostalgique? Comme Lino Ventura ou Bernard Bliereux aussi disparus depuis une trentaine d’années, Il appartient à une époque révolue. On ne ressuscitera pas les Tontons flingueurs,... Mais la France intérieure qu’aimait Audiard, elle, n’est pas morte. C’est la France insolente qui refuse de s’en laisser conter par les bonimenteurs des comices médiatiques. Qui voudrait bien que les politiques se dénichent un autre passe-temps que de “l’emmerder”, comme disait Pompidou.

Le magazine annonce par ailleurs une "révélation" sur Audiard qui aurait été membre de la Résistance depuis octobre 1943 dans le réseau Navarre comme en témoigne un document de l'époque reproduit par Valeurs Actuelles : "violemment attaqué par la presse de gauche pour son pseudo-passé de « collabo », le scénariste, qui ne l’avait jamais raconté, était en réalité membre de la Résistance. Un pavé dans la mare de ses accusateurs."

L'héritière Picasso

Interview édifiante de Catherine Hutin, fille de Jacqueline Picasso (épouse de 1961 jusqu'à 1973, année de sa mort) qui s'explique sur les plaintes pour vols qu'elle a déposé en 2011 et 2015. Il y a eu de nombreux articles sur cette affaire dont un des plus récents dans Libération le 4 octobre, qui la mettent en cause. Cette fois c'est elle qui donne, longuement, sa version des faits. Des millions de dollars et des centaines d'oeuvres sont concernées.

Cantat souvent violent ?

"Révélations" selon Le Point. Un des membres du groupe Noir Désir aurait raconté "sous couvert d'anonymat" que, lors du procès qui a suivi (en 2004) la mort (en 2002) de Marie Trintignant (tuée par Bertrand Cantat à Vilnius), Kristina, la femme de Cantat, a demandé "à moi, et à tous les autres membres du groupe de cacher ce que l'on savait. Elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent. Je savais qu'il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu'il avait tenté d'étrangler sa petite amie, en 1989. Je savais qu'il avait frappé Kristina. Mais ce jour-là nous avons tous décidé de mentir."  

Le Point cite un journaliste local de Bordeaux qui déclare que beaucoup de gens savaient que Kristina avait été battue avant l'affaire de Vilnius mais "à Bordeaux on ne critique pas ouvertement la rockstar du Sud-Ouest". A Paris non plus selon Le Point, qui souligne que ceux qui acceptent de parler, encore aujourd'hui, demandent l'anonymat.

Les vaccins 

"Le 1er janvier, la liste des vaccins obligatoires passera de trois à onze pour les nourrissons. Une mesure qui vise aussi à rétablir la confiance des Français dans ce mode de protection." Un problème de société auquel l'Express consacre sa Une et une quinzaine de pages.

Le magazine cite un exemple édifiant : "A l'âge de 2 ans, la petite Faye a été frappée par une méningite B. Elle a été emportée au milieu du mois de février 2016, après onze jours d'agonie. En sa mémoire, ses parents ont lancé une pétition sur Internet pour demander la généralisation de la vaccination contre cette maladie à tous les enfants de moins de 5 ans. Le texte a recueilli plus de 800 000 signatures... " Mais "On s'en doute, ce n'est pas en France qu'un vaccin a soulevé un tel engouement populaire, mais en Grande-Bretagne, où l'adhésion à la vaccination est très forte. Chez nous, ce sont plutôt les antivaccins qui lancent des pétitions... 
Comment pourrait-il en être autrement, quand 41% des Français pensent que les vaccins ne sont pas sûrs, selon une étude internationale parue l'an dernier dans la revue EBioMedicine (le taux de très loin le plus élevé au monde)."
 
 
La valse des grandes marques des Champs Elysées
 
Tout change sur les Champs Elysées remarque l'Express : de nouveaux magasins arrivent, et les prix de certains loyers ont explosé pour ceux qui sont en place et pour les nouveaux venus s'ils sont du bon côté, le pair : "les loyers ont doublé en dix ans. Et les nouveaux arrivants paient sans rechigner. Nike bat tous les records avec 14 millions d’euros par an, Apple le suit de près (12 millions), comme les Galeries Lafayette (de 10 à 12 millions)."
 
L'Express recense la liste de ceux qui débarquent, les nouveaux venus, sans oublier quelques déménagements : les "Galeries Lafayette se construisent sur l’ex-Virgin, Citadium éclipse Tommy Hilfiger, l’Apple Store va remplacer l’ancienne boutique Weston, laquelle s’installe à la place de la banque LCL. Vers l’Arc de Triomphe, un hôtel Sofitel va voir le jour au niveau des cinémas UGC, eux-mêmes remplacés par des salles MK2, tandis que Nike transforme le showroom de Toyota en vaste flagship. De leur côté, l’Occitane et Pierre Hermé se partagent les oripeaux de Promod, et Kiko s’offre son plus grand magasin en France, conçu sur les vestiges mousseux du Queen, bien connu des adeptes du clubbing." 
 
Certains quittent la célèbre avenue comme les constructeurs automobiles Mercedes et Toyota ou Tommy Hilfiger. On les comprend : le prix du mètre carré peut atteindre 20 000 euros par an. A à New York, la ville la plus chère, c'est pire : plus de 28 000 euros sur la Cinquième Avenue.
 
Bombes et famine au Yémen
 
Au Yémen, pris en sandwich entre l'Iran qui la soutient et l'Arabie Saoudite qui la combat sans merci, la rébellion houthi et la population subissent les bombardements et le blocus : reportage texte et photos dans la zone rebelle publié dans Paris Match sur douze pages.
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, Le Phare depuis 2005. Est utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€