Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Grindr : l'application de rencontre gay prête à consommer

Cette application destinée aux homosexuels permet de géolocaliser sur son smartphone les hommes disponibles pour une rencontre. Et plus si affinités...

Revue de blogs

Publié le
Grindr : l'application de rencontre gay prête à consommer

Plus d'un million d'usagers se connectent à Grindr tous les jours. En moyenne, 7 millions de messages et 2 millions de photos sont échangés toutes les vingt-quatre heures. Crédit Capture d'écran / Grindr

  Photo de la page d'accueil du site Grindr

Andy est à 9 mètres. François est à 300 mètres. Ils sont gays, ils sont sur le réseau mobile Grindr, ils sont disponibles, Ils sont tout près, géolocalisés par GPS. Si la photo du profil plait, quelques lignes de tchat sur l'écran du mobile, et l'impact peut avoir lieu dans trois minutes, les ébats dans  l'heure. Une application mobile capable de fédérer quatre millions d'abonnés gays dans le monde et qui permet de conclure plus rapidement que n'arrive un livreur de pizzas, c'est une révolution sexuelle, technologique, très urbaine, mais qui influence. Le magazine Interview vient  de shooter une série mode slips et maillots pour hommes dans le style graphique de l'interface Grindr.
On trouve déjà  des thèses universitaires sur le phénomène Grindr tandis que les Chinois ont lancé leur propre clone de Grindr, Blued.
 

Une saga gay

Joel Simkhai, le créateur de Grindr, situe son moment Eureka à la sortie de l'iPhone deuxième génération en 2008, qui permettait de créer des applications et de les associer à la géolocalisation par GPS. La question qui l'intriguait depuis l'adolescence, "Qui est gay comme moi autour de moi?"', avait son début de réponse. Un développeur danois, qui n'était pas gay, mais passionné par la technologie GPS, accepta de créer l'application. Depuis 2009, le reste est dans les smartphones et  dans les phénomènes de société.
Dans une interview à un site gay, Joel Simkhai reconnaissait que le succès de son application devait beaucoup au profil de la cible gay.  "Il y a plusieurs choses uniques chez les gay. L'adoption de la technologie, [l'habitude] du réseautage social ; nous avons été les premiers sur (le réseau social) Friendster, dans les salons de tchat AOL. Nous sommes des éclaireurs, nous ouvrons la voie au reste de la population". On peut rajouter que la cible homos est minoritaire, doit souvent cacher ses préférences sexuelles, et qu'elle est donc plus encline à chercher un partenaire ou un compagnon "au hasard". 
 

Et pour les hétéros ?

Grindr a ouvert une voie et décomplexé la géolocalisation. Mais le gros de ce marché, ce sont les hétéros. Où en sont-ils ?  Le marché des rencontres, sexuelles ou non, va bondir de 1 à 2.3 milliard de dollars, prévoit une étude de marché Juniper. Les applications se multiplient : MatcheHarmonySkoutYubackOkCupidMeetMoi, Plenty Of Fish, Badoo ont tous leur appli avec option de géolocalisation et surveillent l'évolution des réticences, qui reculent peu à peu. Mais le créneau n'est pas simple.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ciceron - 04/09/2012 - 17:00 - Signaler un abus Je suis jaloux

    Ils en ont de la chance !! Pour les rencontres hétéro, effectivement, au vu de la description d'Ann Friedman et de ses déboires, c'est pas pour demain...les conditions a remplir d'après elle, sont assez restrictives mais compréhensibles. Qui voudrait tomber sur un serial killer ?

  • Par denis5460 - 06/09/2012 - 15:34 - Signaler un abus c'est trés bien

    je recommande

  • Par Greenday - 10/09/2012 - 14:10 - Signaler un abus Je suis homo et je connais

    Je suis homo et je connais GrindR. Manque de respect, des heures à discuter sans rencontrer personne, côté TRES addictif... Je reste assez effrayé si le même type d'appli arrive chez les hétéros. Les moeurs sexuelles vont nettement évoluer rien qu'à cause de ce type d'évolutions technologiques.

  • Par kettle - 10/09/2012 - 22:56 - Signaler un abus Athletic guy looking for friends

    "..Maybe grab dinner..." - Cos his evening not complete without some meat in the seat ;)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€