Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les taux administrés ne font que soutenir pour un temps l’endettement des Etats

Les taux d’intérêt trop bas, trop longtemps, cela produit de la fausse croissance qui incite à une mauvaise allocation d’actifs et se termine toujours par une bulle. En attendant les marchés oscillent en permanence entre l’espoir et la peur d’une prochaine action des banques centrales.

Revue d'analyses financières

Publié le
Les taux administrés ne font que soutenir pour un temps l’endettement des Etats

ArcelorMittal en Europe est véritablement laminé par la crise. Fortement endetté, le leader mondial de la sidérurgie doit procéder à une augmentation de capital. Sa capitalisation ne représente plus que 8Md€ soit trois fois moins qu’en 2006.

En Europe, Mario Draghi va désormais payer les banques pour qu’elles prêtent de l’argent à des entreprises, le QE (Quantitative Easing) est porté à 80Md€ par mois. On va donc continuer à vivre avec des taux d’intérêts qui sont faux et des taux de change qui sont manipulés. Le capitalisme ne peut pas vivre sans coût du capital. Les taux d’intérêt trop bas, trop longtemps, cela produit de la fausse croissance qui incite à une mauvaise allocation d’actifs et se termine toujours par une bulle. En attendant les marchés oscillent en permanence entre l’espoir et la peur d’une prochaine action des banques centrales.

L'Europe va toujours mal sur le plan économique, mais heureusement,  il y a de très belles valeurs qui font encore de la croissance : Automobile & Equipementiers : Peugeot ; Banques : Natixis ; Matières Premières :UPM Kymene; Construction : Actividades de Construccion y Servicios, Wienergerger;Services financiers: Intermediate Capital Group;Produits industriels & Services:Adecco, DSV, ISS, Randstad, Smurfit Kappa Group; Media:Mediaset Espana Communication, Mediaset SpA, Shibsted, TF1 ;Pétrole : Eni, OMV; Immobilier :Gecina, Unibail Rodamco, Wereldhave; Distribution Metro ; Technologie : Atos ; Telecommunications : Deutsche Telekom, Telecom Italia; Tourisme: Acccor, Deutsche Lufthansa, Easyjet, Ryanair

Le nouveau recul du gouvernement français est un échec très grave

En France, la loi El Khomri, censée être un exemple de la capacité du Président et de son premier ministre à réformer l’économie française sera un échec de plus, tant le texte sera dépouillé de toutes ses dispositions qui introduisaient un peu de flexibilité dans le monde du travail. Il ne devrait en effet pas rester  grand chose du texte initial.

La démission de deux dirigeants à l’EDF et à la SNCF permet de montrer les que les instructions contradictoires de leur actionnaire l’Etat, ne permettent absolument pas de gérer convenablement ces entreprises. .

EDF et la SNCF sont les bastions de la résistance à la réforme. Le meilleur exemple est probablement leur régime spécial de retraite qui pompe la caisse des salariés du privé comme un parasite gourmand avec la complicité de l’Etat. Cela permet de pérenniser les privilèges exorbitants dont ils bénéficient : calcul de la pension sur les 6 derniers mois de traitement ; garantie du montant de la pension garanti ; départ dès 50 ou 55 ans pour près de 94% des agents (la réforme reportant l’âge de départ à 52 ou 57 ans ne recevra un début d’exécution qu’à partir de 2017.

La fameuse Caisse des Activités Sociales (CCAS) qui est le comité d’entreprise d’EDF perçoit 1% du chiffre d’affaires de tous les producteurs d’électricité et de gaz en France 331M€ en faveur de l’EDF, ce qui représente 8% de la masse salariale. Dans le secteur privé la contribution des entreprises est d’environ 0,2% de la masse salariale ce qui représenterait 8M€. L’économie réalisée serait donc de 323M…Le premier ministre fait face aux syndicats, aux divisions du PS et aux étudiants…Pour tenter d’amadouer les syndicats qui ne représentent pour l’essentiel que les fonctionnaires, leur point d’indice va être significativement augmenté.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€