Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La performance d’Emmanuel Macron à Davos qui déstabilise toutes les troupes de gauche

Quand il déclare que « la vie d’un entrepreneur est plus dure que celle d’un salarié » il donne une idée de la France qui voudrait en découdre avec la modernité et embrasser son époque. François Hollande a jusqu'à maintenant utilisé Emmanuel Macron pour enlever de l’air à Manuel Valls. Cette partie de sa stratégie a parfaitement réussi.

Revue d'analyses financières

Publié le - Mis à jour le 27 Janvier 2016
La performance d’Emmanuel Macron à Davos qui déstabilise toutes les troupes de gauche

A Davos, Macron a multiplié les interviews avec les grandes chaines d’information anglo-saxonnes comme quelqu'un qui penserait beaucoup à la prochaine élection présidentielle.

Le 46 ème Forum Economique Mondial (WEF) à Davos a une fois de plus été un moment important pour comprendre un peu mieux les contours de « La quatrième révolution industrielle », titre choisi cette année pour la réunion suisse la plus célèbre du monde.

Les robots ont été au centre de l’attention de nombreux participants. ABB veut devenir le leader du marché des robots en usine où il réalise déjà 60% de son chiffre d’affaires. Il ne faut pas voir les robots uniquement comme une menace. Les robots ne remplaceront pas les humains mais il faudra former les travailleurs aux nouvelles technologies.

La Cybersécurité  a été un sujet d’affrontement entre les américains et les européens sur deux visions opposées. Les américains estiment qu’il faut faire confiance aux entreprises. Les européens ne veulent pas du « safe harbor » à l’américaine et refusent de voir les flux de données de leurs citoyens traverser l’Atlantique. En matière de sécurité l’armée suisse avait mobilisé 5000 hommes et femmes pour 2500 participants !

Les Matières premières vont en Suisse bientôt faire l’objet  d’une votation le 28/02/2016 sur l’initiative « Pas de spéculation sur les matières premières ». Elle risque de déclencher dans le trading de matières premières le même effet négatif que la votation sur le secret bancaire a eu sur les banques suisses. Le texte représente un danger si la votation est adoptée pour les sociétés suivantes toutes présentes en Suisse : Cargill Investments, Louis Dreyfus Comodities, Bunge, Ecom Agro Industrial, Sucafina, Walter Matter,Webcor, Scipio, Ifaco, Noble Agri, Wilmar Sugar.

Une baisse du prix du pétrole signifie habituellement une stimulation pour l’économie. Le problème est que la chute du prix du baril affecte en ce moment tous les pays du Golfe. Les budgets sont dans le rouge, les soldes courants dévissent et les bourses reculent (- 35% pour l’Arabie Saoudite depuis le début de l’année). La chute de la Russie se poursuit. A Davos aucun dirigeant russe important n’a pris la parole en séance plénière. Même si le prix du pétrole est loin d’être représentatif de l’activité mondiale son cours est devenu une véritable obsession pour les investisseurs. Le vrai problème se situe au niveau de l’endettement des sociétés du secteur. L’ensemble des sociétés nord américaine ont accumulé une dette de 353Md$ dont 75% sont désormais classés par les agences de notation dans la catégorie « junk ».  Le marché du « High Yield US » (obligations à haut rendement)  est dans une situation préoccupante depuis la faillite de Third Avenue, un fonds de « junk bonds »…

Le mot entrepreneur est en train de redevenir un mot français grâce à Emmanuel Macron. Quand il déclare que « la vie d’un entrepreneur est plus dure que celle d’un salarié » il déstabilise toutes les troupes de gauche. Il donne une idée de la France qui voudrait en découdre avec la modernité et embrasser son époque. A Davos, il a multiplié les interviews avec les grandes chaines d’information anglo-saxonnes (CNN, CNBC, Bloomberg, BBC …) comme quelqu’un qui penserait beaucoup à la prochaine élection présidentielle. Pour le moment, il ne suffit pas d’annoncer des réformes pour qu’elles se produisent. François Hollande a jusqu’à maintenant utilisé Emmanuel Macron pour enlever de l’air à Manuel Valls. Cette partie de sa stratégie a parfaitement réussi.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jybro - 26/01/2016 - 18:09 - Signaler un abus l'encensoir par les mots parfumés de libéralisme

    se balance aux mains d'un oedipien pathologique,qui joue avec l'espoir, sans avoir,ni relais,ni moyens institutionnels. Votre titre me déçoit,bien que les paroles de l'auteur ,qui sont à l'usage strictement médiatique,soient tres vraies et particulièrement pertinentes .

  • Par vangog - 26/01/2016 - 18:33 - Signaler un abus Excepté le paragraphe "gala" sur Macron...

    pour satisfaire aux modes médiatiques et aux actionnaires d'Atlantico...tout le reste est intéressant et très préoccupant, car la France socialiste, qui a continué à décliner, malgré l'alignement des planètes, n'est absolument pas préparée à une nouvelle crise. Les patriotes ne s'en réjouissent pas, car ce sont encore les pauvres qui trinqueront. Les banquiers, copains de Macron, les multinationales et la Nomenklatura PS s'en sortiront, comme d'habitude...

  • Par Borgowrio - 26/01/2016 - 18:34 - Signaler un abus Enfin ça bouge

    Beaucoup à droite ont rêvé de parler comme Macron , on leur tombait dessus de toute part . Le temps n'était pas venu . Les français touchent le réalité du doigt, après avoir cru encore une fois aux trompettes du socialisme . " On a tout essayé " ... Non pas le libéralisme décomplexé . Les ténors de droite assistent ébahis à l'ascension de ce "socialiste" qui dit les choses qui étaient interdites avant

  • Par jmpbea - 26/01/2016 - 19:10 - Signaler un abus MonSieur Netter a raison...

    Macron donne une idée de la FRANÇE..mais cela reste une idée et cela le restera tant que l'équipe actuelle sera au pouvoir, il n'y a rien à attendre , aucun changement décisif, aucune simplification de l'emploi, aucune baisse de charges, l'asphyxie des régions commence à se faire durement sentir dans les secteurs les plus exposés (à direction socialiste), PME,TPE et agriculteurs sont à bout et ce ne sont pas quelques subventions supplémentaires qui calmeront le jeu, seul le bouffon y croit encore et même pas sûr!

  • Par zouk - 27/01/2016 - 11:05 - Signaler un abus Monsieur Netter

    Comme vous avez raison, mais il est fort à craindre que le tandem Hollande-Valls ne cherche à le déconsidérer pour mieux l'éliminer

  • Par kaprate - 28/01/2016 - 00:34 - Signaler un abus A quoi joue-t-il?

    La politique de matraquage fiscal menée contre tout un pays en 2012 l'a été à l'initiative et en suivant strictement la feuille de route de Macron, alors conseiller au gouvernement Hollande. Cette politique notamment, a mis la France à genoux, surtout celle de ceux qui travaillent et qui entreprennent (refiscalisation des heures supplémentaires, augmentation des charges et impôts sur les entreprises, quasi destruction du statut d'auto-entrepreneur...). Et aujourd'hui, Macron veut libérer l'économie et l'entreprenariat?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€