Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les marchés financiers s'inquiètent de l'envie des électeurs de régler leurs comptes avec les élites

Pratiquement tous les marchés actions sont au plus haut alors que le niveau d’incertitudes dans tous les domaines n’a jamais été aussi élevé.

Revue d'analyses financières

Publié le
Les marchés financiers s'inquiètent de l'envie des électeurs de régler leurs comptes avec les élites

Les marchés se comportent comme s’ils considéraient que le risque politique n’est pas aussi important qu’on ne le pense. Regardons la réalité. Dans une démocratie qui fonctionne normalement, pendant une campagne présidentielle, il y a débat sur le bilan de celui qui a dirigé la France pendant cinq ans, on évalue les programmes des différents candidats qui expliquent pédagogiquement aux électeurs les réformes qu’ils comptent mettre en œuvre.

Dans une démocratie qui ne fonctionne pas, le sommet de l’Etat  organise de toute pièce un véritable complot pour déstabiliser l’opposition. On comprend bien maintenant qu’au moment où François Hollande pensait encore se représenter, des « dossiers » avaient été préparés sur les opposants. C’est ce qui a été fait notamment en partant pour François Fillon des bulletins de salaire de Pénélope Fillon… Diligenter une enquête sur un opposant en pleine campagne électorale est une pratique courante qui appartenait  aux régimes totalitaires. François Mitterrand le premier avait bien instrumentalisé le Front National pour déstabiliser la droite et éviter à l’époque de parler de son bilan…

Le résultat est clair.

On ne parle pas de l’Euro pour sauver ce qui reste d’Europe. Toutes les réformes qu’il faudrait entreprendre rapidement pour remettre notre pays dans la bonne direction (éducation, apprentissage, travail, sécurité, justice, police, classes moyennes, retraites, compétitivité des entreprises, fiscalité, place de l’islam en France etc..) ne font l’objet d’aucune explication et d’aucun débat.

Le gauchisme culturel est en train de vivre ses derniers jours

Le gauchisme culturel est un subtil engrenage qui part de l’école passe par  l’université, se trouve ensuite relayé par les grands médias, le tout étant récupéré par certains politiques. On ne peut pas comprendre  la situation dans laquelle se trouve la France sans évoquer les deux livres phare du « Camp du bien ». Sous une apparence de rigueur et d’objectivité scientifique ces ouvrages dissimulent à peine les partis pris qui se trouvent derrière.

L’éducation nationale a méthodiquement entrepris de déconstruire l’histoire de France en méprisant les chronologies, les grands hommes. Le livre « Histoire Mondiale de la France » a été rédigé par des mandarins de l’université française sous la direction de Patrick Boucheron professeur au Collège de France. Il s’agit ni plus ni moins de faire la promotion du progressisme, du cosmopolitisme, de l’antiracisme, du multiculturalisme… En un mot tout ce qui vient de l’étranger est bon, les conquérants arabes notamment. Tout ce qui est français n’a aucun intérêt puisque « nous sommes tous des migrants ». Il ne faut pas réveiller « la vieille opposition entre enracinés stables et les cosmopolites voire les apatrides ». La terreur de 1793-1994 ne serait que « la modalité française d’une histoire européenne ». Le génocide vendéen ne mérite même pas que l’on s’y arrête. Le seul événement marquant de l’année 1917  est « la lutte anticoloniale des kanaks ». Tous ceux qui ont eu dans leur famille un ou plusieurs morts au Chemin des Dames apprécieront…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 07/03/2017 - 13:52 - Signaler un abus Cool, fini le gauchisme,

    Mais au fait ça veux dire quoi gauchisme?

  • Par assougoudrel - 07/03/2017 - 14:02 - Signaler un abus Etre gauche, c'est être

    maladroit et disgracieux (Le Robert). Au sens propre comme au figuré. Pour moi, c'est tout ce qui est laid, hypocrite, nauséabond et malsain. Le mal.

  • Par Olivier K. - 07/03/2017 - 14:02 - Signaler un abus Après analyse

    c'est un mot fourre tout comme "droitisme", "faire", "chose", "truc", "bidule" etc... On peut y mettre ce qu'on veut!! Ainsi beaucoup de gens se disent "je suis de gauche" ou "je suis de droite", et se disent alors d'accord avec un homme politique qui prétend lui aussi être du même camp,...bien que si vous regardiez de près vous constateriez qu'il n'y a pratiquement aucune ressemblance!! Conseil aux citoyens quand vous lisez ou entendez un discours politique parlant de gauche et droite, remplacez ces deux mots par chose, parce qu'il n'y a aucune chance que votre définition de ces mots corresponde à celle de votre interlocuteur!

  • Par Jean-Benoist - 07/03/2017 - 15:31 - Signaler un abus Oui monsieur Netter, notre démocratie est en panne

    Puisque c'est hollande et ses comparses qui tirent les ficelles pour faire chuter notre candidat....et la dictature des bobos bien pensants, medias marche a plein régime. ...pour detruire nos valeurs, culture et richesses Les sans dents, déclassés, paysans, travailleurs pauvres, professions liberales méprises, ouvriers n'ont qu'un bulletin pour seule arme. Notre bouée de sauvetage est Fillon

  • Par vangog - 07/03/2017 - 16:07 - Signaler un abus Un "détail de l'histoire européenne"...

    la terreur de 1793-1794? On parle de 260000 à 650000 morts...manque de précision des historiens? Un détail!

  • Par vieux croco - 07/03/2017 - 16:37 - Signaler un abus Elites

    En créant l'ENA,de Gaulle n'avait pas imaginé que c'était un cheval de Troie pour noyauter l'état et le pays La caricature du gâchis , c'est cette promotion Voltaire perverti, sauf quelques uns.L'entre - soi dont parle Macron il est en plein dedans.On espère Fillon bien sur, mais quel boulot pour recréer les élites venant d'autres sources.

  • Par ikaris - 07/03/2017 - 16:50 - Signaler un abus Un bon résumé dans un style "droite hors les murs"

    finalement moins M. Netter parle d'économie et plus je suis d'accord avec lui ;-)

  • Par cloette - 07/03/2017 - 17:44 - Signaler un abus C'est exactement cela . Bonne

    C'est exactement cela . Bonne description !

  • Par langue de pivert - 07/03/2017 - 17:51 - Signaler un abus CQFD !

    Les marchés financiers jouent Macron gagnant !

  • Par lexxis - 07/03/2017 - 18:42 - Signaler un abus FONCTIONNAIRE OU PARLEMENTAIRE, IL FAUT CHOISIR!

    On ne rappellera jamais assez que les fonctionnaires qui se font élire député ou sénateur sont en parfait conflit d''intérêts puisqu'en exerçant la souveraineté nationale ils prennent en réalité le contrôle de leur patron, l'Etat. Et c'est un scandale que tout le monde tait alors qu'il est infiniment plus grave que ce que l'on peut reprocher à Fillon. D'ailleurs on a bien vu avec la suppression du jour de carence comment ces gens-là préfèrent de loin leur petit confort à l'intérêt général. En réalité, il faut interdire d'urgence le cumul d'un mandat électif national avec la qualité de fonctionnaire, soit en obligeant le fonctionnaire à quitter la fonction publique s'il veut exercer son mandat, soit en lui interdisant toute candidature. On ne manquera pas de mettre en parallèle tous les cris d'orfraie de la classe fonctionnariale vis-à-vis des quelques rares parlementaires venus du secteur privé avec une activité de conseil ou d'avocat pour souligner que pour les fonctionnaires, il n'est pas question d'accorder à d'autres ne serait-ce que le bénéfice du doute, puisqu'eux-mêmes à chaque fois qu'ils en ont eu la possibilité, ils ont poussé leur avantage sous toutes ses formes

  • Par OLYTTEUS - 08/03/2017 - 09:26 - Signaler un abus Ajout à Vangog

    Au delà de la pratique de type génocidaire du clergé et des nobles, des Vendéens, certains ont été guillotiné pour l'exemple: à Bordeaux,les révolutionnaires ont liquidé les élites au pouvoir : la ville a mis 150 ans à retrouver son niveau économique d'avant la Terreur. Partout,la révolution a entrainé la ruine du pays. Cela est occulté par la doxa en cours.

  • Par OLYTTEUS - 08/03/2017 - 09:31 - Signaler un abus Philippe Némo

    est trés clair sur la mainmise historique des gauches en post libération sur l'université. De Gaulle n'avait sans doute pas anticipé le désastre culturel dans lequel nous baignons,je suis d'accord avec M.Netter.

  • Par Citoyen Ordinaire - 08/03/2017 - 12:32 - Signaler un abus Il est temps de mettre fin à la croyance....

    En l'élitisme.... L'élitisme n'existe pas....Tout le monde a besoin de tout le monde. Et depuis tant d'années, ils ont montré leur incapacités. Alors un peu d'humilité et de bon sens.... Il est de venir à la société de la coopération et non plus la compétition.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€