Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Si la droite se décidait enfin à jouer la vraie carte libérale

Dans les traces de Jacques Chirac, Alain Juppé était le favori des médias, pour la primaire de la droite. Comme avec Hillary Clinton, les instituts de sondage se sont encore trompés, car il semble qu’une majorité de français ne veulent plus entendre parler du "politiquement correct" qui étouffe la France depuis des décennies. La société civile ne supporte plus le jacobinisme.

Revue d'analyses financières

Publié le
Si la droite se décidait enfin à jouer la vraie carte libérale

Depuis des décennies le mode de pensée de la classe politique est marqué parle jacobinisme et le colbertisme. Ce dernier permet de développer  « l’Etat spectacle » et « l’Etat guichet ». Cela produit en permanence des effets d’annonce qui privilégient le court terme électoral par rapport à la stratégie. Le résultat est qu’il n’y plus aucune  cohérence de l’action publique.

Cela empêche aussi de procéder à toutes les réformes nécessaires pour faire mieux fonctionner notre économie et créer des emplois. Jacques Chirac a très bien incarné ce qui provoque le déclin français.

L'histoire condamnera probablement ce président sans qualités qui ne s'est mis qu'au service de lui même.

Le libéralisme au contraire n’est pas une idéologie, mais la simple constatation qu’une forme de production  décentralisée et prenant ses informations d’un système de prix libres arrive à de biens meilleurs résultats sur le long terme qu’un système de production lié à l’état.

Dans les traces de Jacques Chirac, Alain Juppé était le favori des médias, pour la primaire de la droite. Comme avec Hillary Clinton, les instituts de sondage se sont encore trompés, car il semble qu’une majorité de français ne veulent plus entendre parler du "politiquement correct" qui étouffe la France depuis des décennies. La société civile ne supporte plus le jacobinisme.

On peut malheureusement faire confiance à Alain Juppé pour nous expliquer, que voter pour lui serait la seule façon "d’éviter l’arrivée de Marine Le Pen". En la désignant de façon obsessionnelle comme la seule adversaire on en fait la représentante du parti anti-système. Il va certainement reprendre abondamment  les arguments favoris de la gauche « au secours l’ultra libéralisme revient »…

Il serait souhaitable que le débat du second tour de la primaire nous ramène à la question clef de la croissance. Cela passe inévitablement par une baisse de la dépense publique, un recentrage de l’Etat sur ses vraies fonctions et la libéralisation de l’économie, au moyen d’un renforcement de la concurrence et d’une fiscalité favorable à la croissance. Quel qu’il soit, le futur Président se heurtera au choc des réalités.

Aujourd'hui, il est trop facile de rendre la mondialisation responsable de notre déclin industriel, des délocalisations et du chômage. La croissance ne peut se produire que grâce à la concurrence et à l’investissement. En revanche, le déclin peut se poursuivre par le déficit public et le manque de réformes franches.

Il est donc temps de s’attaquer sérieusement à la diminution des dépenses publiques. Il est urgent d’alléger les contraintes qui pèsent sur les PME et les TPE. Il faut le plus vite possible réconcilier les français avec leurs entreprises, afin de faire en sorte que leur épargne irrigue ceux qui créent des entreprises, investissent et créent des emplois

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par superliberal - 22/11/2016 - 15:02 - Signaler un abus bonne idée !!!

    La France est un pays ou les professionnels de la politique ne travaillent que pour leur gueule....à une autre époque on appelait ça l'aristocratie, dans d'autres pays des Apparatchiks. Ils se foutent royalement du sort des Français tant que la soupe leur est servie. S'ils étaient intéressé aux résultats ils seraient tous de droite libérale même Mélanchon. La France est un pays Latin, une moitié qui bosse et une autre qui profite du système, ça tient tant que ça tient... Il faudrait peut-être arrêter de se complaire dans la médiocrité gauchiste actuelle et passer à un autre système: le libéralisme !

  • Par Ganesha - 22/11/2016 - 15:16 - Signaler un abus Naissance prévue en 2017

    Je rigole toujours quand un ''papy Atlantico'' vient écrire : ''Il va falloir faire des efforts''. On commence par couper ta retraite de moitié, pépé ? Là où Mr. Netter a raison, c'est quand il nous dit qu'il faut encourager les TPE et PME. A force de vous l'expliquer et de vous le ré-expliquer, vous finirez un jour par comprendre que le Revenu de Base est la seule solution pratique dans ce but. En général, un grand événement médiatique, comme la Chute du Mur de Berlin, permet à la majorité de la population de comprendre qu'un système politique ou économique vient de mourir. La naissance du Revenu de Base aura lieu en Finlande et aux Pays-Bas en 2017.

  • Par Texas - 22/11/2016 - 15:16 - Signaler un abus Erreurs ?

    Les réseaux sociaux alimentent en petites perles les " erreurs d' appréciation " des journalistes et des instituts de sondage . Pour exemple le " New-York Times " qui le 8 /11 au matin publie un écart de 70 % entre les 2 candidats en faveur des Démocrates . Faute professionnelle grave serait plus approprié ! .

  • Par sphynx17 - 22/11/2016 - 16:45 - Signaler un abus Une gauche ambivalente, sectaire et stupide :

    Quand, ce gouvernement va vendre, Rafales, sous-marins et centrales nucléaires à l’étranger, n’est-ce pas avoir recours à l’économie de marché, au libre-échange et donc au libéralisme ? Quand Montebourg veut vendre du made in France, est-ce pour le seul marché intérieur ? Quand Macron se prétend libéral : est-ce toujours une maladie aussi mortelle et pustuleuse ? Enfin, quand la Chine communiste sort son peuple de la pauvreté et devient la première puissance économique mondiale grâce à l’économie de marché, au libre-échange relatif et donc à la philosophie du libéralisme : est-ce toujours la peste boursoufflée par notre gauche ? La Chine en a fait l’outil du bien-être de son peuple. Fillon est un pragmatique qui, logiquement remet le libéralisme en selle.

  • Par Ganesha - 22/11/2016 - 17:16 - Signaler un abus Sphynx 17, Regardez-moi dans les yeux !

    Bravo Sphynx 17 ! Vous, c'est le ''Modèle Chinois'' que vous nous proposez ! La semaine de 70 heures, l'hébergement par chambrées de huit et trois bols de riz par jour. Et cette recette miracle vous la conseillez uniquement pour la France, ou, d'après vous, elle permettra aussi le développement de l'Afrique ? Regardez-moi dans les yeux, et répondez à la question :''Tous les pays du monde peuvent-ils être, au même moment, en excédent commercial les uns vis-à-vis des autres ?''

  • Par lepaysan - 22/11/2016 - 19:09 - Signaler un abus La fin du politiquement correct

    Le politiquement correct est l'arme absolue des idéologues de gauche depuis 30 ans pour contrôler le pays et étouffer la droite.

  • Par vangog - 23/11/2016 - 00:17 - Signaler un abus @sphynx17 votre formule est belle!

    "Fillon est un pragmatique qui, logiquement remet le libéralisme en selle.". Les vrais libéraux sont, à la fois, effrayés et ravis de voir ce soudain engouement présidentiel pour le libéralisme, autrefois honni par gauche et droite archaïques...On pourrait ajouter que ce qui est désiré par les Français, depuis que le brouillard gauchiste s'est dissipé, est un "libéralisme intelligent". C'est à dire un libéralisme non dogmatique, modulé selon le temps et les ecueils, un libéralisme recentré sur les fonctions historiques de l'état régalien...Afin que le libéralisme ne soit pas une mode libérale qui passe...

  • Par lexxis - 23/11/2016 - 09:47 - Signaler un abus @ GANESHA: IL N'EST PAS INTERDIT DE RÉFLÉCHIR UN PEU

    Contrairement à la pensée dominante, mais complètement fausse, la retraite ne correspond pas à une allocation ou encore à de l'assistanat. Certes tout le beau monde assimile les retraités à des assistés qui pèsent lourdement sur la dépense publique. Mais ces gens-là oublient qu'à la Libération c'est pour des raisons de commodité et parce qu'elle permettait de financer immédiatement les pensions de ceux qui arrivaient à la retraite sans avoir rien cotisé que la répartition a été choisie. D'ailleurs, pour ceux qui voient un peu plus loin que le bout de leur nez, la répartition commence par des cotisations et qu'on le veuille ou non, c'est bien parce qu'ils ont cotisé durant toute leur vie professionnelle que les retraités perçoivent une pension. Donc diminuer de moitié les pensions comme vous le proposez correspond au choix d'un hold-up d'Etat sur les retraités et à ce moment là il n'y a plus aucune raison que l'Etat respecte ses autres engagements et toute la vie politique et publique part en quenouille. Cette aberration n'aurait jamais pu être colportée si le choix avait été fait de la capitalisation où chacun ne reçoit strictement en pension que le prix de ce qu'il a apporté

  • Par zouk - 23/11/2016 - 09:49 - Signaler un abus Juppé-Chirac

    La popularité persistante de J. Chirac me reste incompréhensible: il a accumulé toutes les lâchetés démagogiques. Juppé "le meilleur d'entre nous" selon Chirac, n'a rien compris de la France depuis 1987. Il est resté sur les renoncements et lâchetés de J. Chirac.

  • Par zouk - 23/11/2016 - 09:55 - Signaler un abus Fillon

    Excellent opinion, pleine de bon sens de sphinx 17. C'est le libéralisme qui a sorti la Chine de la misère où l'avait entrainée les illusions populistes de Mao. Et de même le libéralisme mondial a sorti de la misère, voire de la famine, de centaines de millions de citoyens des pays en pays en voie de développement.

  • Par Ganesha - 23/11/2016 - 12:11 - Signaler un abus Zouk

    Zouk, une suggestion : rendez-vous à l'ambassade de Chine populaire, pour y déposer une demande de naturalisation !

  • Par Anouman - 23/11/2016 - 18:15 - Signaler un abus Liberal

    Ils ne seront jamais libéraux (sauf sur quelques détails) parce qu'ils adorent intervenir sur tout et ils adorent surtout intervenir car ce qui les fait exister. Notons aussi que le bon peuple adore qu'ils fassent des lois contraignantes et que l'état se mêle de tout. Tant que ce sera le cas les libéraux (sur tous les sujets pas juste ce qui les arrange) pourront aller à la pêche (ou au golf ou tailler leurs rosiers...) le jour des élections.

  • Par bd - 27/11/2016 - 14:18 - Signaler un abus VA VOTER!

    QUAND TU METS LA TÊTE DANS LE SABLE, N’OUBLIE PAS QUE TON CUL RESTE DEHORS! Votez à toutes les primaires ouvertes. Les unes pour protéger du pire et les autres par conviction. Aucun bulletin n’est accepté après 19h00. Allez-y bien avant pour éviter les files.

  • Par bd - 27/11/2016 - 14:22 - Signaler un abus NON, ce n'est pas Blanc-bonnet-Bonnet-blanc

    Il existe des différences qui valent le déplacement dimanche. Ceux qui prétendent le contraire manipulent. François Fillon est plus proche du centre de gravité de la droite tandis qu'Alain Juppé est plus proche du centre de gravité politique de la France. Pour cette raison, il vaut mieux soutenir Alain Juppé.
 En outre, vu son âge, Juppé ne fera probablement qu’un seul mandat et cela le libérera des contingences de cour.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€