Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Taubira, Aubry ou X, vers qui pourraient se tourner les électeurs de la gauche de la gauche en 2017 ?

La démission de Christiane Taubira et les débats autour d’une primaire à gauche pour 2017 ont remis au goût du jour l’émergence possible d’une candidature pouvant capitaliser à gauche de la gauche. Si la recentralisation du gouvernement socialiste aurait pu donner des arguments aux candidats d’extrême gauche pour séduire une base électorale plus nombreuse, la réalité est beaucoup plus nuancée et terne pour les aficionados du Front de gauche, NPA et LO.

Politico Scanner

Publié le
Taubira, Aubry ou X, vers qui pourraient se tourner les électeurs de la gauche de la gauche en 2017 ?

Quel poids pèse aujourd'hui l'extrême gauche ? Quelle est son évolution depuis 1945 ? Que met-on derrière le terme d’extrême gauche ?

Erwan Lestrohan : Aujourd'hui, l'extrême gauche se définie comme étant tous les courants qui se positionnent à la gauche du PS. Par exemple, Lutte Ouvrière ou le Parti de gauche sont étiquetés d'extrême gauche.

Cette définition diffère de celle de la fin des Trente Glorieuses. A cette époque, elle représentait un ensemble allant du Parti communiste français aux formations trotskystes.

La victoire de Mitterrand en 1981 a engendré une refondation électorale qui a abouti à une concentration des forces politiques de gauche autour du PS. Depuis cette victoire, le corps électoral du bloc s'est polarisé autour du Parti socialiste – exception faîte de quelques périodes particulières telles que la présence d'EELV lors des élections européennes en 2009 ou la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidence de 2012.

                                                                            

Infographie Le Monde (29/03/2012)

En 1981, Georges Marchais rassemblait à l'élection présidentielle 15% des voix. Le corps électoral de la gauche résidait alors en une posture relativement consensuelle, jusqu'à la gauche plurielle de Lionel Jospin qui a connu des effritements réguliers au sein du bloc. Après le cataclysme du 21 avril 2002 - durant lequel le bloc fait front malgré les oppositions qui pouvaient naitre- la gauche s'est reconstruite. Seulement, depuis qu'elle est au pouvoir, les divisions sont plus visibles, et le bloc apparaît très friable. Finalement, la gauche se désagrège depuis 2012.

Qui vote aujourd'hui extrême gauche ?

Les enquêtes prouvent que l'on a des profils assez voisins par rapport à ce que l'on pouvait observer par le passé en termes de capital économique et social. Il s'agit de personnes davantage susceptibles d'être impactées par la crise économique et sociale. On retrouve plus facilement des profils un peu plus jeunes avec des bas revenus et des niveaux de diplômes plus bas que la moyenne et notamment que les sympathisants du PS. Il y a aussi, en parallèle l'adaptation de la population française qui est devenue moins rurale, plus diplômée, avec une féminisation de la vie politique. Par conséquent on retrouve dans l'électorat d'extrême gauche un peu plus de femmes, moins de ruraux et plus de diplômés qu'auparavant mais cette évolution tient aux mutations de la société française en tant que tel.    

Qu’en est-il des vases communicants entre le vote extrême gauche et le vote FN ? Est-il réel ou fantasmé ?

Non, c'est une idée que l'on retrouve régulièrement mais à laquelle l'on peut tordre le cou dans une certaine mesure. Si l'on retrouve un effet vase communicant entre l'extrême gauche et une autre formation, c'est le Front de gauche. Il y a eu d'une part le retrait d'Arlette Laguiller en 2008, celui d'Olivier Besancenot en 2011, et concomitamment, le Front de gauche a émergé en 2009. Il y a eu un effet de leadership de la part de Jean-Luc Mélenchon alors même que les deux personnalités fortes LO et NPA ont pris un certain recul avec la politique. Lorsque l'on analyse la courbe des électeurs qui se déclarent proches du Front de gauche, elle a évolué dans le sens inverse de celle représentant l'évolution des proches de LO et du NPA. Ces deux courbes évoluent de manière parallèle et symétriquement inverse.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pourquoi-pas31 - 03/02/2016 - 12:17 - Signaler un abus Elle est rayonnante

    Le même sourire que Joséphine Baker, les bananes en moins et les kilos en plus. Quant à la bêtise, elle est largement gagnante. Son seul bon jugement, c’est dans le choix des couleurs de ses foulards.

  • Par lazlo - 04/02/2016 - 09:06 - Signaler un abus orthographe

    "Aujourd'hui, l'extrême gauche se définie". Pourquoi pas définit ? Atlantico tient le record de fautes d'orthographe dans la presse internet que je consulte.

  • Par Deudeuche - 04/02/2016 - 13:23 - Signaler un abus Vers Juppé

    c'est martelé d'article en article. Sociétalement gaucho compatible.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Lestrohan

Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€