Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme de la sécu : ce que les Français pensent de leur Etat providence

Attention aux réformes ! Surtout à celles touchant la sécurité sociale. Les Français y sont très attachés et regardent d'un œil inquiet les évolutions qui guettent.

Politico Scanner

Publié le
Réforme de la sécu : ce que les Français pensent de leur Etat providence

Atlantico : Dans quelle mesure les Français sont-ils attachés à la sécurité sociale, à son modèle, à sa philosophie ? Peut-on estimer que cette philosophie de la "sécu" fait partie intégrante de l'identité du pays ?

Aurélien  Preud’homme : Tout à fait. C'est même un élément structurant de l'identité française, si l'on en croit l'opinion des Français eux-mêmes. Nous avons réalisé récemment une étude publiée dans l'ouvrage "Ce qui nous rassemble" (Arnaud Zegierman et Thierry Keller, Les Belles Lettres, 2017), et les résultats nous ont particulièrement étonnés par leur ampleur : pour 62 % des Français le modèle social est l'un des éléments les plus important pour eux dans le fait d'être Français, devant les modes de vie, les racines, ou même l'histoire et la langue...

Ces résultats sont étonnants à plus d'un titre. D'une part car sur le plan médiatique et politique on évoque surtout l' "identité" à travers le prisme des origines géographiques ou ethniques des individus, ou de la défense d'une "France éternelle" perçue comme menacée. Or ces opinions montrent qu'au contraire, un des principaux éléments structurant de cette identité française est relativement récent : la Sécurité sociale n'a été généralisée qu'en 1945, et elle a subi depuis de multiples évolutions.

L'autre conclusion que l'on peut en tirer, c'est que le modèle social français, dont la "Sécu" est l'une des pierres angulaires, peut apparaître comme un élément fédérateur au sein d'une société perçue comme de plus en plus fracturée. Ce n'est pas si étonnant compte tenu de l'histoire de la Sécurité Sociale : issue du programme du Conseil national de la résistance, alliance hétéroclite de résistants gaullistes et communistes pour la plupart, elle apparaît déjà à cette époque comme un moyen de rassembler une société française très largement divisée par quatre année d'occupation et de collaboration. Il fallait alors recréer une solidarité entre Français, entretenir un espoir de progrès social et surtout redonner ses lettres de noblesse à une République fragilisée par le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en 1939... La généralisation de la Sécurité sociale, parmi d'autres mesures prises à cette époque, avait ainsi contribué à ce rassemblement. Il n'est donc pas si étonnant que les Français continuent à y être attachés fortement. D'autant que contrairement à la démocratie ou aux Droits de l'Homme, les autres pays occidentaux ne partagent pas forcément nos choix sociaux. C'est particulièrement vrai des pays anglo-saxons, qui pour beaucoup de Français font figure de contre-modèle en termes de politiques sociales.

Assiste-t-on à une évolution de la perception de la sécurité sociale par les Français ?

Les Français sont de plus en plus sensibles à la question de l'efficacité du système, plus que de sa philosophie. Peu importe finalement qui administre la Sécurité sociale, qui la finance... L'important est que le système de santé fonctionne, sur tout le territoire et de manière égalitaire. Or sur ce point les opinions sont plus critiques, puisque les trois quarts des Français pensent qu'aujourd'hui l'accès au soin se détériore. Et l'accroissement des "déserts médicaux" ajoute aux inégalités sociales d'autres inégalités géographiques. Tout l'enjeu est aujourd'hui de répondre à ces problèmes qui menacent le système dans son entier. En effet, la force de la Sécu est liée à son universalité : tout le monde y contribue, tout le monde peut en bénéficier. Au moins théoriquement. Le jour où cette promesse serait remise en cause trop fortement, il n'y aura sans doute plus grand monde pour la défendre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ajm - 01/11/2017 - 16:28 - Signaler un abus Faire payer les autres.

    On sait très bien ce que beaucoup de Français, nourris à la pensée magique socialiste, veulent: n'avoir rien à depenser ou le moins possible pour leur santé, retraite et prestations familiales et que "Les Autres" à savoir les "riches" ou les "plus favorisés" censés être des millions, financent sans rechigner le puits sans fonds de la SC au nom de la solidarité à sens unique et du Saint-Esprit républicain. Evidemment cela ne marche pas et ne marchera jamais. Le Social à la Française cela a un coût énorme et tout le monde doit payer beaucoup, y compris, proportionnellement, les pauvres.

  • Par Papinek - 08/11/2017 - 23:21 - Signaler un abus Nul

    Ce monsieur est nul: Les "pleins pouvoirs" , c'est en 1940. Le tiers payant "généralisé" n'est pas en oeuvre et pour cause: il est il est inaplicable! Quant au "modèle social" miracle...La propagande fait bien son travail: les prélèvements les plus lourds, un déficit abyssal permanent, un système scandaleusement inégalitaire pour un service rendu loin d'être le meilleur et des professionnels de santé les moins bien rémunérés d'occident! Quant aux retraites...du pur Madoff.Le tout en engraissant les syndicats qui s'évertuent à bloquer ce pays... Voilà un beau sujet d'enquête de fond: le "merveilleux modèle social Français"...Chiche?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aurélien Preud’homme

Aurélien Preud'homme est directeur des études à l'institut Viavoice, spécialisé notamment sur les analyses politiques, économiques et liées aux évolutions de société.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€