Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

A quel point le FN est-il devenu le parti du métro à 18h ?

30% des Français estiment que Marine Le Pen est la mieux placée pour incarner l'opposition à François Hollande, loin devant Nicolas Sarkozy (18%) ou encore Alain Juppé (15%). Un résultat qui s'explique en grande partie par le glissement des classes moyennes vers le parti frontiste, durement touchées en période de crise économique. Leur conquête électorale résume tout l'enjeu des futures élections présidentielles.

Politico scanner

Publié le
A quel point le FN est-il devenu le parti du métro à 18h ?

Le FN est devenu le parti du métro à 18h. Crédit Reuters

Atlantico : Dans un sondage Ifop publié en septembre, il apparaît que Marine Le Pen récupérerait 14% des électeurs de 2012 de François Hollande et de Nicolas Sarkozy - cette proporsion montant à 28% si François Fillon représentait l'UMP - et 8% de ceux de Jean-Luc Mélenchon (voir ici page 7). Dans ces chiffres, les professions intermédiaires, comme les employés ou les ouvriers, plébiscitent toujours Marine Le Pen en premier lieu.

Plus étonnant, les résultats présentent le même écart pour le secteur privé ou public. Le Front national serait-il devenu le parti des classes moyennes, et de la population active plutôt que d'électeurs anti-systèmes ?

Christophe Bouillaud : Déjà aux élections européennes, et ce d'après les sondages sortis des urnes, le FN avait rencontré un grand succès dans les CSP - (catégories socio-professionnelles moindres). Ce présent sondage confirme ce fait : l'électorat du FN est plutôt populaire, même s'il a aussi des électeurs dans les classes moyennes et supérieures.

La notion d'ant-système est difficile à saisir, du point de vue politique ou social ? Sur le plan politique (au sens de politique), la questions est tautologique. De toute façon, le FN occupe l'espace de l'extrême droite sur l'échiquier politique. Par définition, il est donc supposé être un parti anti-système.

S'il est question des électeurs anti-système sur le plan social, ces derniers sont peu insérés socialement et vont très peu voter. Et il est aujourd'hui acquis que les électeurs du FN ne sont pas des personnes totalement désinsérées socialement, au sens social d'anti-système. Si l'on suppose que celles et ceux qui assistent aux conférences de Zemmour recoupent l'électorat frontiste, une vérité criante apparaît : ce ne sont pas des citoyens désinsérés socialement, ce sont des citoyens ordinaires, moyens sur le plan socio-économique, pas des rejetés socialement.

Pour revenir aux élections européennes, il y a eu indéniablement une certaine progression du FN, cette dynamique demeure dans les classes populaires mais aussi dans des bastions de classes moyennes et supérieures. Joël Gombin a montré qu'il ne fallait pas surestimer le côté populaire de l'électorat frontiste, classe moyenne et classe supérieure sont aussi partiellement exaspérés (ou autre) et votent ainsi pour le parti d'extrême droite.

Ces bastions sont plus restreints que les gros bataillons populaires, mais ils n'en existent pas moins pour autant. En plus, les profils socio-professionnels en fonction de l'appartenance géographique ne sont pas forcément les mêmes : l'électeur frontiste de Fréjus n'est pas le même que celui de Hénin-Beaumont.

 

Sondage Ifop septembre 2014 sur les intentions de vote au premier tour des présidentielles de 2017, hypothèse où Nicolas Sarkozy est le candidat de l'UMP. Cliquez pour agrandir

Dimanche 13 décembre, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il voulait transformer l'UMP en "une armée de militants" pour en faire "le parti le plus moderne de France". Un parti incontournable comme "le métro à 18h", susceptible de rassembler et séduire les classes moyennes actives. Pourtant, dans le dernier sondage OpinionWay sur la personnalité politique la plus capable d'incarner l'opposition à François Hollande, Marine Le Pen arrive en tête avec 30%, suivie par Nicolas Sarkozy à 18%. Sur quelles catégories d'électeurs l'affrontement entre Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy est-il le plus visible ? Quelles sont celles qui sont le plus susceptible d'être grignotées par Marine Le Pen ?

Nicolas Sarkozy montre par cette déclaration qu'il souhaite effectivement  séduire la frange CSP - de l'électorat, dont on sait qu'il plébiscite fortement Marine Le Pen. L'audience des classes moyennes-supérieures, elles, lui sont déjà acquises. On a pu le voir à propos des élections européennes de cette année. Mais le faible taux de pénétration de Nicolas Sarkozy chez ces classes moyennes et populaires lui fait aujourd'hui défaut, et il est donc tactiquement logique de vouloir le récupérer.

En l'occurrence, il ne faut pas sous-estimer l'effet de calendrier qui est très profitable à Marine Le Pen. Nicolas Sarkozy vient tout juste d'être élu à la tête de l’UMP, et il n'a pas encore eu le temps d'incarner l'opposition au gouvernement. Son absence de proposition politique depuis deux ans joue aussi beaucoup. En effet, sa campagne pour la présidence de l'UMP a principalement porté sur des questions internes (changement de nom du parti, transparence), il a d’abord cherché à séduire les militants de l’UMP, il n'a pas visé le grand public, et son absence de positionnement sur le front socio-économique a d'ailleurs été assez remarquée.

D'ailleurs, nous voyons bien que rien de ce qu'il avance aujourd'hui n'est nouveau en comparaison de ce qu'il proposait en 2012. Mais il a encore largement le temps de proposer une offre programmatique plus alléchante, la campagne présidentielle ne commence que dans quelques longs mois.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 17/12/2014 - 14:32 - Signaler un abus Trop drôle, cette obsession bien française de la mise en cases!

    En tant qu'électeur moyen socio-économiquement et modeste élu municipal FN, je pense que nous "prenons" des voix à tous les partis, sans exception, car le patriotisme est universellement reparti...et que ce n'est pas fini! Beaucoup plus intéressant que cette mise en case, serait une étude dynamique de la progression de la pompe aspirante FN. Mais cette étude risquerait de conclure à des résultats catastrophiques pour les autres partis en 2017 (au seul premier tour, rassurez-vous!)...

  • Par ISABLEUE - 17/12/2014 - 14:52 - Signaler un abus Ah la la

    encore deux ans et demi de supputation de oui mais de peut être.... Ie FN le FN le grand méchant FN.... A quoi jouent les journaleux ??

  • Par cloette - 17/12/2014 - 15:48 - Signaler un abus Isablleue

    Les journaleux veulent vendre du papier, et ceux des écrans cherchent des parts de marché, les médias sont détenteurs du pouvoir , un pouvoir indépendant et imprévisible

  • Par toupoilu - 17/12/2014 - 16:50 - Signaler un abus Ce que je trouve terrifiant, c'est qu'il n'est question

    que de positionnement. Comment séduire tel électorat, sans perdre tel autre, etc. Trouver malin sur l’Europe de : "rester en somme dans une saine ambiguïté sur le sujet", c'est désespérant. Vous ne comprenez pas que ce dont on a besoin, c'est de conviction, d'entrainement, même sur des chemin difficile, d'espoir lié a des efforts suivis enfin d'effets. Le FN a de beau jours devant lui.

  • Par bjorn borg - 17/12/2014 - 18:23 - Signaler un abus Le FN?

    Le FN vire à gauche toute avec Philippot. La gauche, j'en ai soupé et je n'en veut plus même avec le FN. Je suis pour une droite forte qui n'aime pas les islamistes. Encore 2 ans pour voir venir. Jusque là, je réserve mon vote. C'est pas un vote qui décidera de quoi que ce soit, mais quand même.

  • Par Ganesha - 17/12/2014 - 20:33 - Signaler un abus Compassion

    Sarko et Bayrou font leurs meilleurs scores chez les vieux et les retraités : il va encore falloir beaucoup de compassion pour quelques commentaires débiles, mouillés de bave gluante, sur Atlantico...

  • Par lamda - 12/01/2015 - 11:28 - Signaler un abus Oui bjorn borg

    Vous avez raison. Son "programme" est une bouillie coco destinée à séduire les anciens électeurs de Mélenchon et consorts qui se sentent cocufiés. Décidément l'offre politique française est bien pauvre.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€