Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit historique de l’impact dans l'opinion des reculs gouvernementaux sur des réformes contestées

Le gouvernement recule sur la loi Travail, dite El Khomri. Ce n'est pas la première fois : en 2005, Dominique de Villepin avait dû abandonner le CPE, pourtant voté par le Parlement. En 1995, c'est le plan Juppé sur la retraite et la Sécurité sociale qui est abandonné, avec des conséquences diverses pour la popularité des gouvernements en place.

Politico Scanner

Publié le
Petit historique de l’impact dans l'opinion des reculs gouvernementaux sur des réformes contestées

En 2005, Dominique de Villepin avait dû abandonner le CPE, suite à de nombreuses manifestations.

Atlantico : Cette semaine, le gouvernement a profondément modifié son avant projet de loi de réforme du Code du travail. Quel impact pour les gouvernement d'Alain Juppé et de Dominique De Villepin le retrait du plan Juppé (1995) et de la loi CPE (2006) ont pu être enregistrés concernant leur cote de confiance ?

Antoine Jardin : Lors des mouvements sociaux précédents, nous n'étions pas dans le même contexte de crise économique.

Le sentiment des français sur ce qu'il était possible de développer en matière d'action contre le chomage et la précarité était plus optimiste. Dans ces deux mouvements, la perte de confiance en l'exécutif fut importante, on peut dire que ces épisodes ont durablement écarté du pouvoir les premiers ministres respectifs qu'étaient Alain Juppé et Dominique de Villepin.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jardin

Antoine Jardin est chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po. Jeune docteur, il a soutenu sa thèse intitulée "Voter dans les quartiers populaires : dynamiques électorales comparées des agglomérations de Paris, Madrid et Birmingham" le 5 décembre 2014.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€