Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Entre exaspération face aux “privilèges” et attachement au service public, la relation tortueuse des Français envers leurs fonctionnaires

Les Français sont favorables à un alignement de différents avantages réservés à la fonction publique mais souhaitent paradoxalement plus d'effectifs dans certains services.

Politico scanner

Publié le
Entre exaspération face aux “privilèges” et attachement au service public, la relation tortueuse des Français envers leurs fonctionnaires

Atlantico : Quelles évolutions de la perception qu'ont les Français des fonctionnaires ?

Emmanuel Rivière : J'ai l'impression qu'il  y avait une vraie évolution surtout sur la demande de baisse des dépenses publiques. Il y a un décalage entre ce débat qui renvoie à un enjeu budgétaire et la volonté de réduction de la dette et le déficit de la part des Français. 

Nous voyons partout une forte demande sociale d'action publique.

Les gens ont vraiment ancré dans leur tête que pour avoir un meilleur système éducatif il faut davantage d'enseignants et moins d'élèves par classe. Ils ont dans l'idée qu'il y a trop de lenteur à l'hôpital et qu'il y faut plus d'effectifs.  Ils trouvent insupportables le temps de traitement des dossiers en justice, y compris pour la justice du quotidien qui ne se résoudra que par l'embauche de magistrats et de greffiers.

Et c'est un phénomène que l'on retrouve dans tous les champs politiques. Cela pose un autre débat, un autre défi qui peut se résumer avec la question "comment fait-on pour répondre à cette demande à moindre coûts? "

Qu'est-ce que les Français aiment et n'aiment pas chez les fonctionnaires ? 

D'une certaine manière ce qu'ils aiment chez les fonctionnaires c'est ce sens du service, la disponibilité. Ils constatent souvent que les fonctionnaires vont au-delà de leur simple mission. Ils aiment l'empathie et l'écoute chez certains et qu'ils s'inscrivent dans une mission globale qu'est l'intérêt général. Ils aiment aussi que certains fonctionnaires soient courageux dans leur mission de préservation de la sécurité des citoyens. Qu'ils aient le sens de cette mission qui les dépassent et correspond à un socle de la construction du vivre ensemble.

 

D'un autre côté ils ont aussi des stéréotypes. l'idée que des fonctionnaires seraient, parce que protégés par leur statut, en situation de ne pas fournir ses efforts, de s'appuyer sur les autres… L'idée que dans la fonction publique il y aurait un management qui permettrait de protéger ceux qui sont peu motivés et l'inégalité à laquelle cela renvoie par rapport à quelqu'un qui serait dans le secteur privé. 

Les régimes spéciaux comme la retraite à 55 ans ne sont pas forcément populaires non plus; Il y a aussi cette idée d'une retraite confortable avec des gens augmentés juste avant la retraite… Avec des stéréotypes qui peuvent durer bien au-delà de la réalité.  C'est ce qui revient dans les enquêtes qualitatives. Récemment et c'est là où il faut être vigilent, la grogne s'est tournée vers ceux qui ont à gérer la fonction publique plutôt que sur les gens eux-mêmes. C'est pour cela que ce n'est politiquement pas simple de s'en prendre aux fonctionnaires car on va plutôt incriminer les décideurs. On va pointer parfois un manque de courage une défense du clientélisme plutôt que de s'en prendre à des individus isolément. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/10/2017 - 13:28 - Signaler un abus Le passage aux 35 heures d'Aubry a été catastrophique

    pour toutes les fonctions publiques: un massacre de gauche!l'etat obèse et déjà surnuméraire ne pouvait pas embaucher plus de personnel pour "compenser", mais il ne pouvait non plus payer les heures supplémentaires générées par cette loi debile (une de plus!...). La technique gauchiste consiste donc à générer de la dette pour "compenser"...dette de la SS (on va être à 65 milliards d'euros avec Macron) et dette en heures supplémentaires non payées...du gauchisme pur et dur! Le résultat pour la fonction publique ne s'est pas fait artrendre: désorganisation de tous les services, externalisation de Ce qui peut l'être et files d'attente, indisponibilité du personnel alors qu'on avait un service public relativement efficace et disponible avant gauchisme. Pire, les gauchistes ont créé une classe de privilégiés réclamant toujours plus d'avantages indus (voire Hidalgomygode, qui n'est pas la seule privilégiée du système gauchiste, malheureusement...) pour toujours moins de services. Voilà pourquoi les Français réclament plus de services mais moins de privilèges, exactement comme cela existait (et fonctionnait bien) avant gauchisme-à-tous-les-étages...

  • Par Anouman - 12/10/2017 - 21:53 - Signaler un abus Service public

    Je suis personnellement très attaché au service public, quand il rend un service à tous. Sauf que la plupart des dépenses publiques ne sont pas du service public, quand ce n'est pas de la "contrainte" publique. Les Français sont idiots (en majorité).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€