Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que l'armée pourrait gagner à privatiser certaines de ses missions

Une manière dont la France pourrait arriver à accomplir ses missions tout en réalisant des économies serait de consacrer une partie de ses tâches militaires à des acteurs du secteur privé.

Le Nettoyeur

Publié le
Ce que l'armée pourrait gagner à privatiser certaines de ses missions

Soldats français en Centrafrique. Crédit Reuters

La France joue un rôle important sur la scène internationale. C'est un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle a des intérêts historiques dans des régions “chaudes” en Afrique et au Moyen-Orient. Elle est engagée dans la lutte internationale contre le terrorisme et est un des pays leaders de l'OTAN en Europe. Pour toutes ces raisons et bien d'autres, la France aura toujours une armée et une armée qui sera appelée à faire des missions autour du monde.

En parallèle de cette réalité, la France est aussi embarquée dans la grande aventure de l'Austérie.

Sous la férule de la Banque centrale européenne et des divers traités européens, la France doit faire des économies. Le premier poste de dépense de l'Etat, la Défense, ne peut pas y échapper.

Pourtant, la France doit continuer à opérer des missions, comme on l'a vu récemment au Mali et en République centre-africaine.

Une manière dont la France pourrait arriver à accomplir ces missions tout en réalisant des économies serait de consacrer une partie de ses tâches militaires à des acteurs du secteur privé. Certaines tâches de l'armée ne pourront jamais être externalisées. Mais d'autres peuvent l'être.

Personne ne nie que dans de nombreux domaines, le secteur privé est plus efficace que le secteur publique. Par exemple, il semble difficile de nier que des entreprises comme Fed Ex ou DHL sont plus compétentes en logistique que n'importe quelle armée moderne, qui déploie pourtant énormément d'efforts à la logistique.

Cette idée a mauvaise presse à cause de l'expérience d'entreprises américaines comme Blackwater en Iraq et en Afghanistan, dénommées "mercenaires". Mais dans un ouvrage récent, le fondateur de Blackwater, Erik Prince, qui a depuis revendu ses parts dans l'entreprise, réfute cette appellation. Au service de l'armée américaine, Blackwater a accompli deux tâches principales : la protection d'employés civils du gouvernement américain et l'appui logistique. En externalisant ces tâches au secteur privé, l'armée américaine a libéré des soldats pour des tâches plus proprement militaires.

Prince prend un exemple de la supériorité du modèle du secteur privé. Une des tâches de Blackwater était l'approvisionnement de postes avancés de l'armée américaine en Afghanistan. Ces tâches étaient très difficiles pour l'armée. Les routes sont trop dangereuses. Les hélicoptères, lents et bruyants, sont des cibles faciles. Et les avions de ravitaillement de l'armée américaine sont des grands avions cargo qui ne peuvent pas attérir dans des postes avancés au milieu des montagnes afghanes. Blackwater a donc acheté, de seconde main, de vieux avions à hélice CASA qui peuvent attérir sur une piste de la longueur d'un terrain de tennis. Ces vieux et petits avions étaient parfaits pour naviguer entre les montagnes et échapper aux Talibans et ont permis de ravitailler de nombreux postes avancés.

Une armée moderne n'a ni les postes de dépense, ni la flexibilité organisationnelle, ni la mentalité, ni l'absence de bureaucratie pour aller acheter des avions de seconde main, contraires au réglementations, mais adaptés à la mission.

Aujourd'hui, les modalités de la guerre évoluent. Les guerres ne sont plus faites de batailles en plaine avec des chars d'assaut. Elles ne sont plus faites avec des porte-avions. Elles sont plutôt faites d'opérations chirurgicales, d'interventions de maintien de paix. Et pourtant l'infrastructure de nos armées sont encore construites pour les guerres du 20ème siècle. Ce dont l'armée a besoin, c'est d'innovation et l'innovation passe mieux par le secteur privé.

Evidemment, une telle stratégie a des risques importants, notamment en France, où le corporatisme est la religion nationale. Elle pourrait mener non pas à un renouvellement des capacités stratégiques de la France,mais simplement à un pillage du contribuable par des intérêts privés. Mais l'idée mérite au moins d'être évoquée sérieusement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par anakyn - 24/02/2014 - 15:23 - Signaler un abus J'irai plus loin

    Que fait l'Armée française en Afrique ? Ne pouvons-nous pas laisser les Africains se dépatouiller entre eux, quitte à les laisser s'entretuer si ça leur chante ? Combien coûte au contribuable français chacune des interventions à l'étranger ? Au lieu de réfléchir à cette problématique, on nous objecte que la France se doit, suite au traumatisme du génocide rwandais, d'éviter tout nouveau génocide et de se porter en sauveur de l'humanité. En attendant, combien de nos compatriotes crèvent de faim en France ? Combien ne peuvent se soigner décemment ou ne peuvent se loger ? Mais ceci, les gauchistes de tout poil s'en foutent comme de leurs premières couche-culottes, eux-même qui avaient durement critiqué l'intervention française en Libye.

  • Par cd233 - 24/02/2014 - 15:33 - Signaler un abus baclé

    C'est rare chez Atlantico, mais j'ai rarement vu un article aussi vide et faux. Cette histoire d'avion de seconde main ,d'hélicoptère inadaptés et aux fariboles est tout bonnement ridicule. Quand on veut parler des armées, et surtout d'un sujet aussi complexe que l’externalisation, on évite de donner deux exemples foireux et surtout de passer à côté du sujet. Face à des professionnels, comme je le suis, ça ne fait vraiment pas sérieux...

  • Par Bétharram - 24/02/2014 - 16:39 - Signaler un abus contre-vérités, affirmations gratuites et absence d'arguments

    Le premier poste budgétaire de l'état n'est plus la Défense depuis déjà bien longtemps, car la défense est désormais au 3me rang. Les CASA "vieux et petits avions" sont en dotation dans l'armée de l'air française qui ne semble pas s'en plaindre tant que celà... Les guerres ne sont plus faites "avec des porte-avions" .... mais d'où viennent 50% des avions d'appui en Afghanistan, si ce n'est des porte-avions déployés en Océan indien... Le secteur privé est plus efficace que le secteur public... dans le domaine économique peut-être, mais l'emploi de civils impose: les 35heures, les primes de risques, les relèves pour vacances, le soutien alimentaire et d'hébergement, la protection des installations civiles; quand les militaires en OPEX contribuent à leur propre protection quand ils ne remplissent pas une tâche dite "externalisable", explosent les 35heures, sont nourris et héberger dans des conditions rustiques incompatibles avec les normes civiles... (à suivre)

  • Par Bétharram - 24/02/2014 - 16:42 - Signaler un abus contre-vérités, affirmations gratuites et absence d'arguments 2

    Bref, comme l'écrit CD 233, cet article est bâclé, il est possible de réfléchir à l'externalisation, à condition de rester sérieux et ne pas se limiter à une vision soi-disant économique qui omet des surcoûts induits, ce qui amène les US à reconsidérer cette fumeuse approche économique lorsqu'on parle d'opérations militaires extérieures.

  • Par LouisArmandCremet - 24/02/2014 - 17:20 - Signaler un abus CASA C212

    Une simple recherche sur internet, indique que le Casa C-212 atterrit sur 300 à 600m... Ce qui est déjà pas mal ! J'aimerais bien voir un avion de près de 4 tonnes à vide et de 7 tonnes et demi chargé, atterrir sur un terrain de tennis ! Même un planneur de 350 kg en bois n'en ai pas capable !

  • Par François Homeland - 24/02/2014 - 17:34 - Signaler un abus La présence de l'Armée Française en Afrique

    est due essentiellement à la protection d'intérêts privés et non à des objectifs humanitaires comme on essaie de nous le faire gober. Les députés qui vont voter la prolongation de notre présence en Centrafrique sont soit des idiots utiles, soit des complices. La défense de la France est une des missions régaliennes de l'Etat dont il ne peut s'exonérer sans trahir la Nation. Dès lors, toute discussion byzantine sur une délégation de service public à des officines privées en matière opérationnelle est nulle et non avenue, d'autant plus que les moeurs de république bananière de nos élites font craindre fraude, corruption et explosion des budgets encore plus insupportables en période de crise.

  • Par EOLE - 24/02/2014 - 18:33 - Signaler un abus Quant on ne connait rien au sujet sur lequel

    on ose écrire: on ferme sa gueule et son stylo! La logistique militaire est, comme presque tout ce qui est militaire, un art extrêmement délicat et tout d'exécution, comme le disait un simple caporal. Je vois bien DHL nous régler l'appro en munitions d'artillerie...

  • Par GBCKT - 24/02/2014 - 22:26 - Signaler un abus La sous traitance? Pratiquée depuis la nuit des temps.

    Les corsaires? Des entrepreneurs privés qui se paient sur la bête en plus cela ne coûte rien au budget. la logistique? Laquelle? Les transports d'acheminement lointains le sont déjà. Les missions à risque protection etc, ou technique exige du personnel formé longuement. La montée en puissance de la sous traitance est extrêmement longue pour être significative au delà de l'année. Lorsque Napoléon militarise ses transports de théâtre d'opération il fait l'économie de l'escorte "Chaque conducteur sera armé d'une carabine" Il reste la question de l'éthique qui ,arrête peu nos alliès Américains, le sous prolétariat "chair à canon" sous payé, mal soigné, non assuré que l'on abandonne à son sort lorsque l'on quitte les lieux. .

  • Par ignace - 24/02/2014 - 22:36 - Signaler un abus Pascal emmanuel est prés a nous privatiser tout ce qui

    passe.....la santé, l’éducation, l'armée, la police, ......et bientôt il va sous traiter ses articles .......

  • Par siegfred71 - 25/02/2014 - 02:55 - Signaler un abus NON!!!

    nombreuses sont les solutions pour faire des economies,les reformes sur le social,logement,sante,securite,enseignement...que notre president se refuse car elle sont anti/fonctionnaires.LA nous parlons d'actes de guerre ou la privatisations entraineraient a coup sur des derives extremement graves.arretez vos conneries!!! et gardez les pour les politiciens,financiers en grande parties vereux qui y verrait de nouvelles occasions pour s'en mettre dans les poches.

  • Par Le gorille - 25/02/2014 - 05:07 - Signaler un abus N'importe quoi !

    Visiblement c'est une approche de Sirius, type premier ministre féminin sous Mitterand. Visiblement, le rédacteur aurait besoin d'un franc contact avec la réalité. L'auteur est parfaitement incompétent en la matière. Ce qui laisse rêveur quant aux autres sujets qu'il traite...

  • Par Le gorille - 25/02/2014 - 05:11 - Signaler un abus L'innovation ?

    Vous avez déjà vu l'armement du fantassin actuel ? Vous avez vu les moyens de navigation des navires des avions et autres véhicules? Vous allez vous faire trouer la peau pour valider une innovation simplement à la mode ? L'armée cherche toujours à être plus forte que l'armée à laquelle elle risque d'être opposée... alors le couplet sur l'innovation, vous repasserez.

  • Par Le gorille - 25/02/2014 - 05:19 - Signaler un abus Casa

    Je complète le commentaire de Louis Armand Crémet. Régulièrement, j'aperçois de ma terrasse un Casa qui fait sa rotation de ravitaillement. Je suis aussi monté dedans. C'est un avion sans histoire. Bon ce n'est pas le confort d'un ATR 42 ou 72, c'est vrai., mais il n'a pas non plus les mêmes missions du tout... J'ai vaguement l'impression que l'auteur ne sait pas ce que veut dire CASA, tout simplement... A moins qu'il ne confonde avec DC3 ? J'ai volé aussi dessus, il y a "quelques" années : au moins on pouvait ouvrir certaines vitres !

  • Par Jean-Pierre - 25/02/2014 - 07:35 - Signaler un abus C'EST DEJA FAIT !

    . L'armée a déjà externalisé une grande partie de sa com, assurée par des médias serviles appartenant ou non au service public : . - France Télé, qui diffusait le conflit au Mali en prenant soin de suivre les instructions et images autorisées par l'armée - notez que personne n'y a jamais vu un "terroriste d'al qaeda" pourtant si nombreux... . - Dans le privé, félicitons BFM avec le cher Ulysse Gosset, toujours à la pointe du conformisme au point que l'on se demande quel est son grade au sein des services secrets militaires ! . L'armée soigne les journalistes, notamment avec l'AJD association des journalistes de défense, co-dirigée par un Général ! Un prix récompense les meilleurs éléments. Saluons certains médaillés récents :"Un accessit a également été attribué à un travail collectif de quatorze journalistes du bureau de l'Indre de La Nouvelle République du Centre-Ouest pour la réalisation d'un supplément consacré à la dissolution du 517 ème Régiment du Train de Châteauroux." - Oui, 14 journalistes pour une telle info, ca ne s'invente pas !!! Source :

  • Par Jean-Pierre - 25/02/2014 - 07:37 - Signaler un abus SUITE...

    Source : AJD http://www.ajd-info.fr/

  • Par legaulois55 - 25/02/2014 - 07:56 - Signaler un abus tout cela à ses limites

    une armée doit être autonome le privé peut se mettre en grève ou être manipulé j'ai le souvenir des événements de mai 68 ou le pouvoir républicain ne pouvait plus compter que sur d'une part Les FFA avec MASSU et de la 11 DLI des unités largement composé d'engagés et entièrement autonome en appui et véhicules ce qui a requinqué DE GAULLE pour la reprise en main

  • Par boblenon - 25/02/2014 - 09:38 - Signaler un abus De l'américanisation de notre armée

    L'auteur, pétri d'esprit libéral fonde son argumentaire sur l'exemple américain sans apparemment prendre la peine de vérifier ce qui se fait dans l'armée française, ni le bienfondé de son argumentaire. Pour ce qui est de l'externationalisation, la France y procède déjà tout en conservant les missions propres à ses soldats (combat, protection, etc...). Certaines missions telles que l'approvisionnement, la com', le déminage ou la protection de navire en mer son déjà en partie privatisé. Pour ce qui est des économies, la privatisation n'en est pas forcément garante. Elle ne le sera que si l'on considère ce marché comme réellement concurrentiel, et encore. Pour ce qui est de la flexibilité et notamment du casa, la France en a plusieurs et n'a donc pas un besoin spécifique de "flexibilisation". Enfin pour en revenir à la culture, s'il est admis aux USA qu'un agent privé de sécurité porte les armes (avec tous les risques que ça représente), en France le monopole de la force armée reste à l'Etat. Proposer une privatisation à l'américaine sans penser aux fondamentaux relève du non sens. Cet article illustre la méconnaissance des sujets de défense et une certaine paresse intellectuelle.

  • Par facel123 - 25/02/2014 - 16:02 - Signaler un abus Monsieur, cette article est indigne du travail d'un journaliste

    Le travail d'un journaliste est de vérifier, vérifier & vérifier... Voici une commenataire fait (non par moi) mais par un spécialiste de de la défense sur son site: http://www.opex360.com/2014/02/25/sauriez-vous-faire-atterrir-avion-casa-sur-terrain-de-tennis/

  • Par laurent49 - 25/02/2014 - 20:31 - Signaler un abus Plus c'est gros, ...

    Monsieur, Quand on ne connaît pas un sujet, il vaut mieux s'abstenir de tout commentaire. Le plus gros : un CASA pouvant attérir sur un terrain de tennis!!!!!

  • Par Cambronne - 25/02/2014 - 22:21 - Signaler un abus Mais arrêtez d'être médisant !!!!

    Le Casa, il s'arrête sur le terrain de tennis grâce au filet qui lui sert de système d'arrêt !! Et si vous êtes sceptique, le film Air América résume très bien l'excellence à l'américaine !!! Plus sérieusement, je vous invites à venir sur un territoire en guerre voir la logistique et ses spécialistes, vous pourriez y apprendre (et suer) beaucoup plus que dans votre bureau à Paris.

  • Par pave777 - 28/02/2014 - 10:36 - Signaler un abus Déléguons nos crimes à d'autres !

    La belle idée libérale que voila ! l'esprit du yankee conquérant et libérateur semble avoir fait des émules, depuis le débarquement en Normandie, pour mettre la forteresse Europe aux pieds de l'Oncle Sam ! l'armée de notre pays n'a qu'une mission, protéger un HEXAGONE !! sinon il faut multiplier son budget par 10, reprendre l'Afrique par la force, et se payer sur la bête. Nous sommes dans le cynisme absolu, entre les économie drastiques des budgets militaires et notre volonté post coloniale, habillée des éternels droits de l'homme, vendue à l’opinion par la clique Fabius Hollande BHL et Le Drian. Les contradictions et la veulerie n'ont jamais remporté de bataille, mais contribué à faire buter des pauvres types, qui se sont souvent engagés parce qu'ils n'avaient pas de job ! baisse ton masque démocrasouille, toi la gueuze, on te connait depuis trop longtemps ! Nos caisses sont vides, mais nos ploutocrates font la quête pour la guerre ! qu'attendent les vrais français pour débarquer cette clique nocive ? pas de fric pour la sécu, pour les retraites , pour investir dans des emplois d'avenir, pour améliorer le niveau de vie et la sécurité, mais du fric pour tuer !! STOP !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€