Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le Royaume-Uni a intérêt à quitter l'Union européenne

Le gouvernement britannique a annoncé, mercredi 27 mai, un projet de loi confirmant l’organisation d’ici à la fin de 2017 d’un référendum sur "le maintien ou pas" du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE). Et à y regarder de près, le pays a bien plus d'avantages que d'inconvénients à sortir de cette organisation.

Le Nettoyeur

Publié le
Pourquoi le Royaume-Uni a intérêt à quitter l'Union européenne

La reine Elizabeth. Crédit Reuters

David Cameron a été réélu après avoir promis à son électorat un référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Europe, ce qui fait évidemment paniquer, non seulement à Bruxelles et à Berlin, mais également dans tous les milieux financiers et des médias des capitales internationales.

Alors : est-ce que le Royaume-Uni devrait quitter l'Union européenne ?

La question à poser ne serait-elle pas plutôt : pourquoi ne devrait-il pas quitter l'UE ?

Quel intérêt aujourd'hui pour un pays de rester dans l'UE ?

Le Royaume-Uni a la chance d'avoir refusé la monnaie unique, ce qui lui a permis une politique monétaire active et appropriée à sa propre situation, et a contribué à sa relance et sa sortie de crise actuelle.

L'avantage économique principal d'être membre de l'UE, c'est l'espace économique européen, et tout ce qui s'y raccroche, notamment le libre-échange des biens et des services. Mais les pays limitrophes de l'Europe comme la Norvège et la Suisse ont également accès à cet espace économique, sans être membres de l'UE, et s'en portent très bien.

A rajouter à cela les dizaines de milliers de pages de réglementation imposées par Bruxelles au Royaume-Uni. Pourquoi celui-ci devrait-il s'y soumettre ?

Le fait que le Royaume-Uni pourrait quitter l'UE serait d'ailleurs aussi dans l'intérêt de l'UE.

De la France, en tous les cas - après tout, une fois le Royaume-Uni parti, la France pèserait bien plus, et il ne resterait plus que le couple Franco-allemand dans l'UE. (Le général de Gaulle l'avait bien compris...)

Mais, pourquoi pas, également de l'UE. Après tout, il est possible d'imaginer un avenir où le Royaume-Uni, amené à libéraliser de plus en plus son économie à l'extérieur de l'UE, deviendrait un peu à l'UE ce que Hong Kong fut à la Chine : un exemple qui pousse le continent à se remettre en question et à se réformer.

Avoir un tel “tigre” juste à côté de soi serait forcément bon pour l'UE, puisqu'il s'agirait d'un de ses principaux partenaires commerciaux.

Mais surtout, le départ du Royaume-Uni de l'UE permettrait à beaucoup de gens de se poser de nouvelles questions. Et notamment aux instances dirigeantes de l'UE de réfléchir à ce qu'ils apportent à leurs membres, et à ce qu'ils devraient changer pour que le projet soit pérenne...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 29/05/2015 - 14:52 - Signaler un abus Brillant, court et dans le sujet

    UK out for the sake of EU; comme ça tout le monde est content, win/win quoi!

  • Par bjorn borg - 29/05/2015 - 16:15 - Signaler un abus Pendant ce temps

    hollande se promène tranquille.

  • Par clint - 29/05/2015 - 19:18 - Signaler un abus "Le RUa la chance d'avoir refusé la monnaie unique" : £ # F ?

    Quand on a la chance d'avoir une City la 1ère bourse mondiale et une £ qui veut dire quelque chose on n'est pas dans la situation de la pauvre Bourse de Paris, de la Banque de France et de feu le Franc. Les anglais ont fait Hong Kong, les français le franc CFA reposant sur des économies assistées (comme l'économie française d'ailleurs sous perfusion de l'état via les impôts). De plus si la GB quite l'Europe ce n'est pas pour faire une politique "mélanchono-phlippote" d'extrême gauche !

  • Par Anouman - 29/05/2015 - 21:06 - Signaler un abus Brexit...

    Le problème de la sortie de la Grande-Bretagne c'est justement qu'il ne restera que le couple Franco-Allemand qui mène depuis toujours l'Europe dans le mauvais sens (et aussi la France dans le mauvais sens). Quand le seul membre ayant un peu de bon sens s'en va, il ne reste plus qu'un asile de fous dont la seule ambition est de se distribuer à chaque pays des migrants illégaux qu'il faudrait systématiquement refouler (ceci pour l'exemple d'actualité).

  • Par lexxis - 30/05/2015 - 09:09 - Signaler un abus UN CHANGEMENT RADICAL DE CULTURE

    "Mais surtout, le départ du Royaume-Uni de l'UE permettrait à beaucoup de gens de se poser de nouvelles questions. Et notamment aux instances dirigeantes de l'UE de réfléchir à ce qu'ils apportent à leurs membres, et à ce qu'ils devraient changer pour que le projet soit pérenne…" ("à ce qu'elles" serait mieux…) Il faudrait sans doute prendre la question par l'autre bout, car la réponse serait infiniment plus riche et éclairante: tout ce que l'Europe n'apporte pas, tout ce quelle impose, tout ce qu'elle prélève, tout ce qu'elle empêche. Mais pour des gens fort bien nourris au biberon de la technocratie administrative, c'est quasiment mission impossible...

  • Par Liberte5 - 31/05/2015 - 17:18 - Signaler un abus La GB est assez solide ...

    pour sortir de l'EU. Ce qui obligera cette Europe technocratique et bureaucratique à se poser peut-être les bonnes questions. Quant à la France elle continuera à tricher avec ses comptes, à faire de l’esbroufe et à couler.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€