Dimanche 20 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le pays le plus dangereux de la zone euro n'est pas la Grèce, ni l'Espagne... c'est l'Allemagne

La zone euro est depuis plusieurs années plongée dans une crise qui dépasse la récession mondiale provoquée par la crise financière de 2008, même si elle en a été la cause proche.

Le nettoyeur

Publié le 25 janvier 2013 - Mis à jour le 3 avril 2013
 

Il ne s'agit pas d'une crise de la dette, comme on peut l'entendre parfois, mais bien d'une crise de la zone monétaire elle-même. Pour la résumer en une phrase, la crise est la suivante : les différents membres de la zone euro ont des niveaux de productivité différents, qui appellent des politiques monétaires différentes, mais ils n'en ont qu'une.

A quel pays cette politique monétaire est-elle adaptée ? A l'Allemagne, plus qu'aucun autre. La Banque centrale européenne a été pensée par l'Allemagne, est basée en Allemagne, et l'Allemagne dispose d'un droit de véto implicite sur la sa politique.

La crise de l'euro peut être résumé par deux graphiques.

Ce graphique montre les taux d'intérêts des pays de l'euro après l'introduction de l'euro, puis avec la crise. On voit que les taux d'intérêts des pays ont tous convergé, à un niveau... allemand.

Quelles furent les conséquences de cette convergence historique dans un pays comme la Grèce ? Ce graphique de Scott Barber de Reuters le montre très bien. Ce graphique montre, sur une période similaire, la différence entre les taux grecs et les taux allemands (courbe jaune), et les ventes de nouvelles voitures en Grèce (courbe bleue) ; la courbe bleue est inversée, c'est-à-dire que quand elle baisse les ventes de voitures augmentent.

Plus les taux grecs ont baissé, plus les grecs ont acheté de voitures—et bien sûr, de nombreux autres biens. Or, le plus grand exportateur de voitures en Europe, c'est bien sûr l'Allemagne.

Autrement dit, la création de l'euro a permis aux Grecs (et dans une moindre mesure aux Portugais, aux Espagnols, aux Italiens...et aux Français) d'emprunter à des taux artificiellement bas pour acheter des biens d'exportation allemands. Depuis sa création, la politique monétaire pro-allemande de la zone euro a été une subvention massive à l'exportation allemande. C'est pour ça que le prétendu modèle allemand impressionne autant : il est facile d'avoir de bons résultats économiques lorsqu'ils sont subventionnés par une zone économique de 300 millions de personnes et presque 10 000 milliards de dollars de PIB.

La cause de long terme de la crise de l'euro n'est pas l'endettement des pays du sud de l'Europe, c'est une politique monétaire menée au bénéfice principal de l'Allemagne et des pays du “cœur” de l'Europe.

La cause immédiate de la crise est également allemande : lorsque la Grèce a annoncé des difficultés à payer sa dette, il n'aurait fallu qu'un communiqué de presse de la BCE qu'elle soutiendrait les dettes des pays européens pour empêcher une contagion. Option inacceptable pour l'Allemagne, qui a provoqué une crise en jetant le doute sur toutes les dettes. Elle a ensuite prolongé la crise en exigeant (et en continuant d'exiger) une politique d'austérité de la part des pays européens, politique d'austérité qui entérine la stagnation, même si la BCE a enfin pu mettre fin au volet “dette” de la crise. Aujourd'hui encore ce sont les objections allemandes qui empêchent la mise en place de politiques qui pourraient créer une relance.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par niko - 31/01/2013 - 18:56 - Signaler un abus impressionant

    le prochain après la Grèce est justement la France à cause de son système politique, mais il est plus simple de chercher un bouc émissaire, les journaleux devraient se pencher sur le système global de la politique française, il est inutile de regarder chez son voisin alors qu'un nombres immenses de problèmes doivent être résolus par vos politiciens qui par des manœuvres détournent l’attestions du peuples français.

  • Par Benvoyons - 28/01/2013 - 18:55 - Signaler un abus Vivement que Caton1° nomme Gobry comme ministre des finances

    Il prend un détail et il en fait un global. Finalement il fait du Caton 1° l’illusionniste sans le savoir.

  • Par nervall - 27/01/2013 - 03:49 - Signaler un abus l`euro est gere

    pas par lUE ni la BCE , mais les imprimantes du reste du monde , en creant une permabulle sur l`euro ils exportent leurs produits dumpes beaucoup moins chers que ceux des eurozonards , parler d`economie , de competivite sans parler de monnaie c`est en europe qu`on voit ca, c`est amusant et effarrant , le systeme europeiste detruira tout pour sauver l`euro CAD sauver les banques et l`eurocratie, a lire les posts des europhiles incultes , le programme ne risque pas de devier pour l`elite europeiste qui accumule desastre et echec avec l`euro mais plebiscitee par des lobotomises .

  • Par Equilibre - 26/01/2013 - 22:49 - Signaler un abus @eheime

    "Expliquez moi en quoi le fait de s'entendre sur un contrat de confiance commun peut nuire !"
    Euh, j'essaie
    - Si mes voisins grecs font n'importe quoi, comme ils l'ont fait, alors j'appelle mes amis FESF (illégal selon les traités), ELA pour les recaver ce qui coutera la peau des fesses aux états et/ou aux banques qui verront leurs "coffres" pleins d'obligation pourris valant plus que zéro, mais pas beaucoup, par la grâce de la parole d'un banquier centrale et de centaines de milliard déversés.
    Il n'y a plus de contrat de confiance, détruit par l'illégalité du mécanisme de sauvetage et par une parole.
    Il faut rajouter les défauts partiels.
    -Et ils ont pu faire n'importe quoi parce que des taux d'intérêts bas pour eux, c'est comme une seringue placée à côté d'un junkie.
    .
    Le contrat de confiance neuro a en outre été détruit par les 1000 milliards de LTRO, par tous ceux qui ont expatrié leurs milliards de neuro en dehors de leur pays initial, dont l'Allemagne a été une grande réceptrice.
    .
    Une chose que tu ne prends pas en compte dans ton raisonnement est le facteur temps. Tous ceux que tu cites, cela faisait longtemps qu'il vivait ensemble. Nous...

  • Par eheime - 26/01/2013 - 22:11 - Signaler un abus @ henir33

    ce que vous devez comprendre est que l'inflation est un impot. Car il vient s'immiscer dans le contrat d'echange (exactement comme la TVA par exemple). Pas forcément le plus mauvais impot d'ailleurs. Mais comme tout impot, S'il reste mesuré, ça marche. S'il est trop élevé ça coince. C'est pas plus compliqué. Or la tentation d'un état qui fait n'importe quoi c'est d'augmenter l'impot. Sauf que pour une monnaie, cet impot c'est tous ceux qui utilisent la monnaie qui le paie. Cela explique que certains ne soient pas contents car ils ne veulent pas payer pour les autres. C'est tout. Ca n'a rien de bien compliqué.

  • Par eheime - 26/01/2013 - 22:02 - Signaler un abus @ henir33

    Comme l'auteur de l'article, vous confondez monnaie et politique. La monnaie c'est seulement la matérialisation d'un contrat de confiance qui est le suivant : je te rends un service ou te remets un bien contre un futur service ou bien que toi ou un autre me devra. C'est tout ! Le tout est s'entendre sur l'objet qui sera la matérialisation de ce contrat. Ca peut etre de l'euro, du dollar, de l'or, du cacao (les mayas l'utilisait comme monnaie) , un contrat, une promesse ecrite sur un papier. Peu importe. Une monnaie ça n'est rien d'autre que cela. Expliquez moi en quoi le fait de s'entendre sur un contrat de confiance commun peut nuire ! Je suis vraiment curieux de vous entendre ! Au contraire, c'est la dénaturation de ces contrats, notamment avec l'inflation, qui peut mettre tout par terre en détruisant cette confiance (qui se reportera du coup sur autre chose). C'est ce qui fait que les Allemands et d'autres refusent une politique trop laxiste (et encore quand vous regardez le bilan de la BCE il y a de quoi rire en parlant de "rigueur").

  • Par eheime - 26/01/2013 - 21:41 - Signaler un abus @ henir33

    La Corse bénéficie d'aides, mais elles ne sont pas nécessaires. Leur suppression aiderait d'ailleurs la Corse à se prendre en main. Ce pays est magnifique, il y a tout, la Corse n'a en réalité besoin de personne pour être autonome.
    Mais prenons alors d'autres exemple puisque ça limite votre comprehension. L'auvergne vit bien avec l'Ile de France sans être tres assistée. Le canton du Valais cohabite bien avec celui de Berne sans etre assisté. Il n'y a pas de transferts de fonds significatifs entre Ottawa et Quebec. Hambourg ne vit pas au dépend de celui de Berlin. La Floride ne vit pas au dépend de l'Alaska. TOus ces exemple ont des economies tres différentes. Ils ont la meme monnaie. Ils profitent d'avoir la meme monnaie en facilitant leurs echanges. Ca ne les empeche pas de coexister. Sachez qu'avant l'euro , le sesterce jouait ce role. http://histoiremesure.revues.org/882 . Et les economies entre Rome et les peuples barbares etaient pourtant tres tres differentes !!

  • Par JS - 26/01/2013 - 21:17 - Signaler un abus Mais c'est bien sur, la Fr

    Mais c'est bien sur, la Fr qui s'enfonce tous les jours un peu plus depuis 50 ans ne pose pas "problème"..
    Bande de toquards !

  • Par henir33 - 26/01/2013 - 19:26 - Signaler un abus erreur de diagnostic

    l'Alsace et la corse sont dans le même pays et la Corse bénéficie d'un tas d'aides qui commencent d'ailleurs à agacer les Français.
    Il en est de même en Italie ou la Padanie industrielle en a marre de payer pourt le Sud pauvre et corrompu.
    idem en Belgique entre riches et actifs flamands et pauvres et socialistes wallons
    mais l’Allemagne et la Grèce sont deux pays différents et en l'absence d'unification politique et fiscale le système ne peut pas marcher . L'intégration de la Grèce a été décidée pour des raisons politiques avec des comptes truqués sur lesquels l'UE a fermé les yeux

  • Par eheime - 26/01/2013 - 18:06 - Signaler un abus L'auteur confond tout

    "les économies de la zone euro sont trop différentes pour avoir une politique monétaire commune".
    >Non ! Raisonnement stupide. L'Alsace et la Corse ont des economies très differentes, peut etre plus encore que l'Espagne et l'Allemagne. Et quoi que l'auteur en disent ces deux régions ont tourné avec la meme monnaie snas trop de problemes pendant un siecle et demi.
    Ca n'a donc AUCUN RAPPORT.
    La monnaie est juste un support d'echange. Rien d'autre.
    De meme l'ensemble des pays du monde ont eu une monnaie commune , l'or, pendant des siecles et des siecles et ca a tres bien marché aussi, meme sans BCE ou FED.
    Le probleme est simple : soit vous bouclez votre budget et tout va bien, soit vous vous endettez trop et un jour votre créancier se fache. Et c'est comme cela depuis des millenaires.
    C'est juste l'evidence. L'euro a permis de s'endetter plus facilement, mais c'est pas l'euro qui endette les gens ou les etats.
    En vouloir à l'euro est aussi stupide que dire "c'est pas moi, c'est ma main"

  • Par eheime - 26/01/2013 - 17:58 - Signaler un abus Cet article melange tout

    Le probleme de la Grece est l'endettement de l'Etat. Rien a voir avec le commerce exterieur de l'Allemagne ou l'endettement des particuliers qui , contrairement aux états, et c'est là ce qui rend cet article totalement absurde, ne peuvent pas s'endetter indefiniment et ne sont pas "sauvés" par les autres pays. Qund les particuliers font faillite, ils sont lessivés et leurs créanciers aussi.
    Si les grecs (ou d'autres) s'endettent ce n'est pas un probleme. Ce se résoud tout seul. Comme en Espagne, par exemple. Le probleme c'est quand les etats sont mals gérés ou lorsqu'ils garantissent les banques. Les espagnols n'ont pas acheté de mercedes mais des appartements. Ils sont pourtant dans de grandes difficultés eux aussi.
    L'auteur melange des notions economiques qu'il ne maitrise pas.

  • Par domdas - 26/01/2013 - 17:55 - Signaler un abus Les USA n'ont cessé de s'enfoncer dans la crise aussi

    Le dollar a beau être sous évalué par rapport à l'euro, et depuis longtemps, on ne peut pas dire que ça leur profite vraiment !?
    Aujourd'hui, les interdépendances économiques sont telles que si un continent prend froid, le reste du monde éternue. Entre pays européens, c'est pareil.
    Arrêtons de jouer avec les monnaies, les dettes, ... soyons raisonnables et pragmatiques. A long terme, ça nous sauvera.

  • Par sbgf43 - 26/01/2013 - 17:27 - Signaler un abus Parité.????

    Lors de sa création l'Euro valait a peu près 1 dollar... depuis..L' EU n'a cessé de s'enfoncer dans les dettes et la crise...et bizzare l'euro n'a cesse de monter...cherchez l'erreur..????

  • Par domdas - 26/01/2013 - 17:12 - Signaler un abus La course à l'échalote... un jeu dangereux

    Qui nous dit que l'Allemagne et EU gardera cette position le moment venu ? Et le risque d'éclatement de la bulle immobilière en Chine ? La Chine compterait aujourd’hui environ 64 millions de logements vides... ça vous parle ?

  • Par nervall - 26/01/2013 - 17:03 - Signaler un abus trichet c`etait du caviar

    pour booster l`euro , ce type a bien travaille pour l`allemagne et les usa , c`etait du caviar , euro jusqu`a 1, 61 en plus remuneres a 4% en depot , il a tue l`UE en remunerant les concurrents mensuellement

  • Par nervall - 26/01/2013 - 16:58 - Signaler un abus 2 recessions en 3 ans

    et le chomage le plus massif du G8 , en UE avec l`euro teuton qu`on booste comme du flan , il y a rien derriere , meme quand on travaille sur le yen , l`AUD ou le NZD l`euro s`ajuste mecaniquement a la hausse , un flan , quant a nos capitaux on s`en fiche , c`est de l`imprimage electronique , interdit en UE par les allemands via les US...on achete aussi des bonds allemands avec de l`imprimage electronique , en vendant les monnaies et achetant en euros , on le fait monter , idem pour les actions UE , on fabrique des bulles euros successifs , objectif faire monter l`euro.

  • Par domdas - 26/01/2013 - 16:47 - Signaler un abus Ah ! si seulement J. Kerviel avait pu nous conseiller...

    En économie, plus qu'ailleurs, il faut savoir rester modeste et se méfier des visions simplistes. Les stratégies économiques, des uns comme des autres, ne sont pas figées dans le marbre. Et rira bien qui rira le dernier.

  • Par nervall - 26/01/2013 - 16:22 - Signaler un abus je gere un fonds en devises

    a singapour pour le compte des chinois , taiwanais et singapouriens et on achete de l`euro avec de l`imprimage electronique , sans meme payer le papier , objectif booster l`euro pour leurs usines et produits , ils veulent que l`UE devienne un centre commercial pour leurs produits , et fermer les imports de l`UE , chers avec l`euro fort , les allemands ils ont du mal , produits de niche et marques hauts de gamme , le reste de l`UE exporte rien , c`est bon ?

  • Par domdas - 26/01/2013 - 15:54 - Signaler un abus @nervall Que savez-vous de la dévaluation ?

    Devant tant de modestie, du haut de mon inculture en économie globale, j'aimerais vous donner une lecture moins fantasmagorique de la position Allemande.
    En parallèle d'un euro fort, dans le but de retenir les capitaux étrangers, l'Allemagne fait de la dévaluation fiscale en abaissant considérablement le coût du travail et l'impôt.
    Et dans quelques années, je vous fiche mon billet, que les travailleurs pauvres allemands seront plus riches que nos smicards.
    C'est le succès d'une politique économique pragmatique. Désolé mais les EU n'y sont pour rien.

  • Par nervall - 26/01/2013 - 15:04 - Signaler un abus le peuple au boulot

    quand le boulot est exporte ailleurs a cause de la monnaie forte et on importe la recession et le chomage des pays a monnaies faibles.... c`est mecanique , ca s`appelle mondialisation

  • Par domdas - 26/01/2013 - 14:47 - Signaler un abus Et les bases françaises en Afrique et ailleurs !

    Si avoir des bases militaires rendaient les pays plus forts économiquement, ça se saurait. Et aujourd'hui, la France et les EU ne seraient certainement pas autant endettés !!!
    La corruption et les intérêts militaro-industriels ne sont pas synonymes de développement économique sinon l'URSS aurait survécu et dominé le monde.
    La vérité est beaucoup plus simple. Les pays qui s'en tirent le mieux, ce sont ceux qui mettent leur peuple au boulot, point barre !

  • Par nervall - 26/01/2013 - 14:24 - Signaler un abus ajustement mecanique

    l`euro n`a aucunne politique de change , apolitique , il s`ajuste mecaniquement a toutes les politiques monetaires mondiales, et comme tous devaluent , l`euro monte mecaniquement et detruit tout en imports de produits de meme gamme de la zone dollar

  • Par nervall - 26/01/2013 - 13:41 - Signaler un abus 14 bases us en allemagne

    tapez bases us en allemagne sur google et vous comprendrez , il y a plus de GIs et de soldats uk en allemagne qu`au koweit et ils operent au dessus des lois teutonnes , faut se renseigner avant de crier

  • Par nervall - 26/01/2013 - 13:38 - Signaler un abus devaluation mondiales

    le jour ou certains comprendraient que la guerre economique actuelle , globale se fait avec des imprimantes et de l`imprimage electronique , pour se prendre des parts de marche , les poules nageront , et les plus incultes ce sont les eurozonards , cest sur qu`ils ont la bosse du commerce et une cervelle de mollusque

  • Par nervall - 26/01/2013 - 13:34 - Signaler un abus l`allemagne est le cheval de troie

    de la finance et des usa en UE , c`est un vassal sous protection qui sert de tampon pour la dominance des usa et de la chine en UE , le vrai probleme de l`UE c`est l`allemagne, tous ces benets qui ont peur de la devaluation , sont des incultes en economie globale, en temps de crise on se protege en devaluant et avec la teutonnie on est interdit de le faire

  • Par jeepaudi - 26/01/2013 - 13:24 - Signaler un abus ça démontre simplement l'incohérence des fondations de l'euro

    ce constat est sans doute vrai, et alors...ça prouve que créer l'euro avec des politiques économiques très différentes ne marche pas, et la responsabilité est collective.
    N'oublions pas aussi que la France a développé ses exportations vers la zone euro, mais elle n'a pas su en profiter autant que l'Allemagne... pourtant elle aurait pu avec d'autres choix plus courageux

  • Par domdas - 26/01/2013 - 13:09 - Signaler un abus Arrêtons la politique science-fiction !

    @nervall " L'Allemagne est sous tutelle US "
    Les USA empêtrés dans une dette abyssale de 14.300 milliards de dollars tireraient les ficelles en Europe... Waouh ! ils s'y prennent vraiment comme des manches, alors.

  • Par boblecler - 26/01/2013 - 13:05 - Signaler un abus Cette analyse est fausse

    Suffit de voir le salaire de ghosn pour comprendre le problème. En Allemagne, il y a moins d'égalités qu'en France plus de locataires et plus d'allocation de l'Epargne Nationale vers les grosses PME et les banques régionales n'ont pas été bridées par le pouvoir cerntrale de Berlin. Il y a la cogestion et un marketing simple dans tous les domaines et ils investissent en Chine et en Asie. Que fait la France.??

  • Par anticip - 26/01/2013 - 09:34 - Signaler un abus L 'Allemagne est un des pays le plus vertueuxde l' Europe

    et en plus ils ont eut a soutenir l'allemagne de l'est a bout de bras alors je ne vois qu'une solution ,que les pays cigale dont la france sorte de l'euro et continue a chanter . On reprendra notre monnaie qui ne valait rien a l'image de nos politiciens, on refera dévaluation sur dévaluations et avec hollandreou on se vautrera dans la débâcle .

  • Par evy - 26/01/2013 - 08:26 - Signaler un abus quelle belle analyse !

    l'Allemagne, accompagnée de l'Autriche et de la Hollande ainsi que des pays scandinaves performants, pourraient sortir de l'euro sans danger .Il y aurait immédiatement les anglais avec eux. La France, resterait et ferait parti des pays pauvres socialistes et englués dans les siècles passés. La démocratie n'est pas le socialisme. Ne confondez pas un pays démocratique avec le socialo-communisme.

  • Par nervall - 26/01/2013 - 02:35 - Signaler un abus euro et BCE a francfort

    l`allemagne a exige de gerer l`euro comme condition de son entree dans l`UE , mitterrand lui concede , la BCE est a francfort sous la coupe allemande , l`allemagne n`a pas de traite de paix avec les usa et UK, pas d`armee , donc ce sont les USA qui les protegent , l`allemagne est sous tutelle US , comme le vassal et le protecteur ont besoin d`un euro fort , entente tacite , donc impossible de devaluer face au usd , interdiction a la BCE de mener une guerre de changes , actuellement planetaire
    les autres concurrents l`ont bien compris , et se mettent tous sur l`euro en imprimant et achetant cette monnaie ouverte …..un beotien ou un gamin de 10 ans comprend la fin de cette affaire….ruine des autres partenaires de lallemagne

  • Par domdas - 26/01/2013 - 00:52 - Signaler un abus Qu'est ce qui nous différencie de l'Allemagne ?

    En France, on préfère donner à 4,3 millions de personnes plus de 480 € par mois sans aucune contrepartie, même d'intérêt général.
    Cherchez l'erreur !

  • Par al fonce - 26/01/2013 - 00:22 - Signaler un abus Allemands;Chinois de l'Europe

    C Lagarde avair raison,les Allemands sont les Chinois de l'Europe...avec plus de 7millions de salariés payés moins de 480€ par mois;facile d'avoir de bons résultats;le problème n'est pas vraiment monétaire;il est simplement que les Européens achètent comme des moutons à tondre des biens allemands qui inondent les pays avec la bénédiction infantile de ceux-ci;achetons local davantage

  • Par honnête citoyen - 25/01/2013 - 22:19 - Signaler un abus Problème de mentalité

    Qu'est ce qui différencie la secu alsace lorraine de celle de la France?
    Les objectifs a atteindre.L'une est excedentaire l'autre toujours en déficit.Pourquoi?
    Parce que les uns cherchent l'excédent et y arrivent parfois et les autres l'équilibre et donc toujours déficitaire.
    C'est ce qui différencie les"germaniques" des "latins" en France comme en Europe.Les allemands c'est coupe franche, les autres c'est ajustement.La différence c'est la mentalité et l'acceptation des choix politiques de la population et l'autre différence c'est le courage politique pour réformer et changer de modèle.

  • Par Couze - 25/01/2013 - 20:23 - Signaler un abus La démonstration me parait un peu capilotractée

    Grooso modo vous nous dites que si les dettes des grecs sont si fortes, c'est à cause des allemands qui ont permis des taux d'emprunt faible...
    Tout le monde empruntait pour financer l'industrie allemande qui a fait merveille uniquement grâce à ça.
    D'une part, nul n'est obligé de s'endetter pour acheter une Porsche allemande, il y a moins cher. Et si on veut vraiment acheter ce type de produit, il y a une autre solution que l'endettement systématique : provisionner pour se faire plaisir ou pour les coups durs et ne s'endetter que pour les vrais investissements. Ca marche pour les ménages comme pour une société ou pour un état.
    D'autre part, l'Allemagne était déjà première économie d'Europe avant l'Euro, elle n'a pas fait un "coup" avec l'euro. Une économie basée sur une grosse inflation monétaire régulière d'état ça n'a jamais fait du bien au rayonnement d'une économie, et ça n'aide guère non plus à combattre les inégalités.

  • Par Equilibre - 25/01/2013 - 18:30 - Signaler un abus L'exemple est mal choisi

    Et la conclusion fausse. Tout le monde devrait sortir du machin neuro.
    Mais la convergence des taux d'intérêts, avantage gagné totalement artificiellement, a faussé l'envoi de signaux, ainsi que les mécanismes de fabrication des prix, pour ceux qui suivent Gave.
    L'une des conclusions pourrait être aussi qu'une monnaie, c'est beaucoup trop intime pour être partagée avec tous.
    De toute façon, une monnaie fiduciaire, basée sur de la dette, partagée entre des économies vraiment trop différentes, avec des neuneus neurocrates pour la diriger, basée sur une idéologie, honnêtement, quelle est sa chance de survie à moyen, long terme?
    Rome, nous voilà.

  • Par Ravidelacreche - 25/01/2013 - 18:14 - Signaler un abus Donc...

    Je vis a crédit parce que mon voisin est riche ?! Y'a des vendredi dur dur ...

  • Par Salvatore Migondis - 25/01/2013 - 18:07 - Signaler un abus @Gobry

    Faites gaffe tout de même.. A force de vous anglo-saxonniser, vous semblez avoir oublié que les Français prennent tout très au sérieux et n'ont pas du tout le sens de l'humour..

  • Par Karamba - 25/01/2013 - 18:06 - Signaler un abus Pas de ma faute

    Si la France vit au dessus de ses moyens, cumule les déficits et étouffe sous les intérêts, c'est de la faute à l'Allemagne. Hop, pratique et supposé nous permettre de gaspiller encore comme des gorets...

  • Par Ravidelacreche - 25/01/2013 - 17:40 - Signaler un abus l'Allemagne, qui a provoqué une crise en jetant le doute sur

    ... toutes les dettes.
    Kolossal stratégie :o))

  • Par SteakKnife - 25/01/2013 - 17:39 - Signaler un abus Vous avez raison mais vous êtes en retard

    ça fait bien longtemps que d'autres économistes le disent : http://blog.mondediplo.net/2010-03-29-Ce-n-est-pas-la-Grece-qu-il-faut-exclure-c-est-l

  • Par Ravidelacreche - 25/01/2013 - 17:35 - Signaler un abus "...mais ils n'en ont qu'une"

    Ah, c'est pour cela que l'autre ne bouge pas ?

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est le fondateur de Noosphere une entreprise de recherche de marché.

Voir la bio en entier

Fermer