Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Guerre civile au sein des Républicains : les différentes idéologies économiques qui déchirent le parti américain

Le parti républicain des Etats-Unis peine à trouver un accord sur son programme économique. Et pour cause : il est traversé par au moins quatre courants de pensée différents.

Le Nettoyeur

Publié le

La primaire du parti républicain américain bat son plein. Cette semaine, le troisième débat entre les candidats a eu lieu - celui-ci sur le thème de l'économie. Ce débat était intéressant, car il a révélé de profondes différences entre les diverses écoles de pensée économique au sein du parti républicain. Ceci est une nouveauté : historiquement, depuis la présidence de Ronald Reagan, le parti républicain était plutôt homogène économiquement.

L'école dont le candidat remportera la primaire, si ce candidat est élu président des Etats-Unis, aura une influence profonde sur l'avenir de la première économie mondiale, donc c'est un débat qui mérite qu'on s'y intéresse.

La première école, l'école “traditionnelle”, est une école bien connue, celle du “supply side.” Que veut dire “supply side” ? L'économie parle d'offre (supply) et de demande (demand), puisqu'un marché est la rencontre d'une offre et d'une demande, et tout phénomène économique, ou presque, peut être décrit comme la rencontre d'une offre et d'une demande. La grande question chez les économistes, c'est : lequel des deux est le plus important ? Lequel est celui qui détermine la direction de l'économie ? Est-ce que la direction est du côté de la demande (demand side) ou du côté de l'offre (supply side) ?

Les partisans du demand side pensent que c'est la demande de biens et de services qui détermine la direction de l'activité économique. C'est la demande de biens et de services qui poussent les entreprises à fournir l'offre qui satisfait la demande. S'il y a une récession, c'est que la demande baisse, et il faut réactiver la demande (par exemple, par un plan de relance fiscal) pour relancer l'économie.

Pour les partisans du supply side - vous l'aurez compris - c'est l'offre qui est déterminante. Ce sont les innovateurs qui créent la demande. Prenons l'exemple de Steve Jobs et de l'iPhone : c'est cette invention qui, par son aspect innovant, a créé une demande phénoménale, et la croissance économique qui fut créée par cette innovation.

Pour les supply siders, donc, le moyen d'avoir le plus de prospérité est d'encourager le plus possible l'innovation, notamment par la déréglementation économique, et également par les baisses d'impôts - mais pas n'importe lesquelles - les baisses d'impôts sur l'investissement. Le moins il y a d'impôt sur l'investissement, le plus il y aura d'investissements, le plus y aura d'investissement, le plus il y aura d'offre, le plus il y aura d'offre, le plus il y aura d'innovation et de croissance, et tout le monde y gagne à la fin.

Evidemment, la critique principale faite envers les supply-siders est que les baisses d'impôts sur l'investissement bénéficient principalement aux plus riches, puisque c'est eux qui font l'investissement. Le supply side serait fondamentalement inégalitaire. C'est une des raisons pour lesquelles cette école est mise en difficulté politiquement- l'autre raison étant que les républicains ont déjà tellement baissé les impôts sur l'investissement qu'il ne reste plus grand'chose à faire de ce côté là.

Donc, que reste-t-il ?

Il y a ce qu'on pourrait appeler les “anti-réformateurs.” Dans tous les pays industrialisés, en règle générale, et évidemment avec des variations locales, le parti de droite est le parti de la “réforme” dans le sens d'une dérégulation de l'économie, de baisses d'impôts, et de baisse des programmes sociaux.

Mais il y a un problème : les pays occidentaux sont vieillissant. Et, en général, les vieux ont tendance à voter plus à droite - mais pas toujours pour des raisons liées à une idéologie économique en particulier. Et, aux Etats-Unis, la plupart des programmes sociaux - notamment Social Security, le programme de retraite, et Medicare, l'assurance maladie universelle pour ceux de plus de 65 ans - visent les personnes âgées.

Ce qui fait qu'au sein du parti républicain on a vu l'émergence d'un parti “anti-réforme”- représenté dans ces primaires par Mike Huckabee, ancien gouverneur de l'Arkansas - alors même que le “parti de la réforme” devient plus virulent au fur et à mesure que les programmes sociaux mangent de plus en plus du budget fédéral.

Pour ce parti, il ne faut surtout pas baisser les prestations sociales, ce qui est étonnant pour un parti de droite. La manière de justificer cette position est de dire que les retraités ont payé pour ces prestations sociales par l'impôt et le travail tout au long de leur vie, et qu'il ne s'agit donc pas de prestations non méritées - ce que les gens de droite n'aiment pas - mais du fruit de leur travail et de leur investissement.

Et, enfin, il y a ceux qu'on appelle les “reform conservatives” (dont je fais partie) qui sont à peu près à mi-chemin entre les deux. Les reform conservatives pensent qu'il faut réformer les programmes de prestation sociale pour baisser leur coût, mais sans les détruire. Par exemple, ils veulent remplacer Medicare, qui est actuellement un système d'assurance publique, par un marché d'assurances privées, où - croyons-nous- la concurrence ferait baisser les prix.

Mais, surtout, s'ils sont d'accord avec les supply-siders que l'investissement est une des clés de la croissance, pour eux il y a une autre composante très importante, souvent oubliée par les économistes : la famille. L'économie se nourrit de capital financier, mais également de capital humain. Au final, ceux qui produisent comme ceux qui consomment sont des êtres humains. Et il existe de nombreux travaux de sciences sociales qui tendent à montrer que, en règle générale—oui, bien sûr, il y a d'innombrables exceptions—les familles fortes produisent des gens plus équilibrés, plus heureux, et donc (accessoirement) plus productifs économiquement. Ils notent aussi que le Parti républicain est considéré comme le “parti des riches” et qu'une politique familiale orientée vers les classes moyennes pourrait changer cette perception. On pourrait les qualifier de “supply side” mais une “supply” au sens large : pour eux, il faut favoriser l'investissement dans tous les sens du terme—investissement dans le capital financier, mais également investissement dans le capital humain à travers des réformes de l'éducation et une politique familiale ambitieuse.

Pour les partisans de la réforme, c'est une vision de l'économie humaniste, fondée sur l'humain : la créativité économique sera plus importante non seulement pour des raisons financières, mais également pour des raisons liées à l'équilibre social et familial. La famille est une cellule fondamentale de la société, pour des raisons économiques aussi bien que sociologiques et morales.

Cette vision est actuellement principalement portée par Marco Rubio, le jeune et charismatique sénateur de Floride, et le favori de la primaire selon les bookmakers. J'espère qu'elle l'emportera.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 30/10/2015 - 16:24 - Signaler un abus Staline

    Il y a au moins un ''gros mensonge'' dans cet article : la privatisation des soins médicaux, aux USA, et ailleurs, a entraîné une augmentation vertigineuse des prix ! Les États-Unis ont le taux de pauvreté le plus élevé du monde développé : 17 ou 24 % suivant le critère choisi. http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=990&id_groupe=20&id_mot=116&id_rubrique=117 En fait l'évolution politique dépendra du taux d'abstention des classes défavorisées… Avis : svp, évitez autant que possible les commentaires crétins sur ''Cuba, la Corée du Nord'' et la résurrection de Staline, sortant intact de son congélateur du Kremlin! Avez-vous entendu parler du ''Revenu de Base'' ?

  • Par Texas - 30/10/2015 - 18:16 - Signaler un abus Ganesha , Ganesha ....!!!

    Vous me tendez une Batte de Base-Ball pour vous achever . Savez pourquoi le coût de la Santé est devenue si chère au U.S.A , avant Mr Obama ? . Parce qu' en 1945 , un certain Franklin Delanoe Roosevelt ( en bon interventionniste Keynesien ) a supprime " l' Interstate Commerce Clause " qui permettait une libre concurrence des prix entre assureurs .

  • Par Texas - 30/10/2015 - 18:27 - Signaler un abus Suite

    Cette loi " régulatrice " dénommée Mc Carran-Ferguson a entraînée une distorsion des prix de couverture de Santé d' un Etat à un autre . L' arrivée de l' " Affordable Care Act " de Mr Obama , a permis un accès aux soins des plus démunis au détriment des .....classes moyennes , qui ont vus leurs forfaits exploser . ( très inégalitaire tout cela ) .

  • Par Texas - 30/10/2015 - 18:32 - Signaler un abus Suite et fin

    Les américains , devant ce constat d' échec , qui va coûter un organe aux contribuables , fait que , seuls 37 % des citoyens sont en faveur de ce système imposé dans les sondages de la Kaiser Family Foudation , qui est pointue sur le sujet . Quand à votre revenu de base , qui consiste à devenir totalement dépendant d' un Etat , il ressemble a une oeuvre d' Orwell que vous devriez relire .

  • Par Texas - 30/10/2015 - 18:45 - Signaler un abus Par contre..

    ...je partage les analyses de l' auteur . S' il m' est permis d' ajouter que si les électeurs Républicains prennent très au sérieux la défense de leurs droits constitutionnels , ils restent très réservés sur la capacité de leurs élus à les défendre , tant à la Chambre qu' au Sénat . Le dernier débat a propulsé Mrs Rubio et Mr Cruz , mais Mr Trump reste en tête malgré tout .

  • Par Benvoyons - 31/10/2015 - 09:30 - Signaler un abus L'économie c'est comme la Mer qui a déjà réussi à contraindre la

    Mer??? Qui a retenu un tsunami? Qui a retenu l'érosion des côtes par la Mer?? L'économie c'est comme naviguer sur la Mer il vaut mieux construire de bons bateaux pour naviguer dessus ou de bons sous-marins pour être dedans!!! Le reste n'est que des billevesées pour que quelques hommes puissent exister en racontant qu'avec un salaire minimum, avec des contraintes à n'en plus finir, des lois, des assurances, des?? et tout et tout, et bien ils peuvent vous diriger l'économie comme ils en ont envie!!! Si, si cela existe et l'histoire de l'économie et bien le confirme à longueur de page!! Si, si!!!

  • Par Ganesha - 31/10/2015 - 13:50 - Signaler un abus Texas et Benvoyons

    Selon les trois religions monothéistes du Moyen-Orient, Dieu a créé notre planète en six jours : c'est peu ! Pressé par le temps, il s'est contenté, pour les principes de bases de la politique, l'économie et de la finance, de nous proposer que la vraiment cruelle et simpliste ''Loi de Jungle'', le ''Pouvoir du plus Fort et du plus Méchant''. Mais Dieu a aussi doté les êtres humains d'intelligence et Il nous a laissé la charge et la responsabilité de l'améliorer, de le perfectionner et, si nécessaire, de le changer !

  • Par Benvoyons - 31/10/2015 - 17:26 - Signaler un abus Tu n'as pas bien compris à la symbolique des textes!!

    Mais en quoi Dieu pourrait t'aider alors que tu n'y crois pas ? Par contre le Libéralisme n'a rien avoir avec la loi de la jungle. Il fonctionne avec des règles ( même très sévères sur le comportement humain) mais sans casser l'économie. C'est donc le bon bateau qu'il faut prendre pour sauver la planète.

  • Par Texas - 31/10/2015 - 18:39 - Signaler un abus Et au premiers signes...

    ....de réchauffement climatique , Dieu a mis les renards et les poules sur le bateau de Noé , et tout s' est bien passé ! . De ce temps béni , vous avez gardé la nostalgie !

  • Par Texas - 31/10/2015 - 18:40 - Signaler un abus Erratum

    ...aux premiers signes !

  • Par cloette - 31/10/2015 - 19:19 - Signaler un abus @texas

    concernant le revenu de base de Ganesha , j'ai entendu deux économistes l'évoquer récemment dont Attali , en effet les emplois vont disparaître de plus en plus , il faudra bien nourrir les gens ou alors qu'en faire ? Mais en effet on pense à juste titre à Orwell et à l'Etat tout puissant , ce sera un État mondial

  • Par Texas - 31/10/2015 - 21:35 - Signaler un abus @ cloette

    Probablement que Mr Attali fait parti du Staff qui nous prédit cette joyeuseté . Ce mélange des " Hauteurs Béantes " de Zinoviev , de " Nous Autres " d' Evgueni Zamiatine ou de " La Ferme des Animaux " d' Orwell . Dans ce cas , il est presque à souhaiter que le Monde soit pris de convulsions . Pour moi , ce serait plutôt le tréfond de l' Alaska plutôt que cette utopie . De toute façon , face à cet horizon inquiètant , le temps joue pour moi .

  • Par Ganesha - 01/11/2015 - 08:23 - Signaler un abus Benvoyons

    Effectivement, nous n'attendons aucune aide, aucun secours de Dieu ! Dieu nous a (peut-être) envoyé autrefois Jésus-Christ, avec un message de paix et d'amour entre les humains, mais ceci a été tellement mal compris, que Dieu a désormais renoncé à intervenir ! Quant au pape actuel (l'argentin) il rejette vigoureusement le Capitalisme et l'usage qui a été fait de sa religion pour faire accepter toutes les souffrances et les injustices comme étant ''la volonté divine''. Concernant vos ''règles très strictes'', elles sont manifestement inefficaces, puisqu'elles produisent une société où cohabitent 25 % de pauvres et une oligarchie dont la richesse est extravagante. C'est ce contraste qui fait que les USA sont un pays ultra-violent, avec une extrême tension sociale et raciale !

  • Par Ganesha - 01/11/2015 - 08:37 - Signaler un abus Texas

    J'ai un oncle qui est mort au matin du 11 Septembre 2001, il devait être dans le coma et n'a pas connu la nouvelle de l'événement du jour. Il avait fréquemment séjourné aux USA et il aimait beaucoup ce pays. Ce qui m'étonne toujours, ce sont les commentateurs d'Atlantico qui répètent : ''Surtout de mon vivant, aucun changement, aucune tentative d'amélioration ! Les bouleversements, ce sera pour après ma mort !'' Pensez-vous donc que les États-Unis ont atteint ''un tel degré de perfection'', qu'imaginer un changement, une évolution, serait un ''sacrilège'' ?

  • Par Texas - 01/11/2015 - 09:49 - Signaler un abus @ Ganesha

    Si vous parlez d' éliminer la responsabilité personnelle , libérer des illégaux criminels ( Get out Jail Free Program ), créer un système de santé Socialiste , redistribuer la richesse des productifs pour ceux qui ne le sont pas , se débarrasser de tous les symboles religieux ou historiques , tenter de modifier la Constitution ( 1° et 2 ° Amendements ) , dicter des modes de vie ....Je vous rassure c' est en cours .

  • Par Texas - 01/11/2015 - 10:17 - Signaler un abus @ Ganesha

    ...... une totale indifférence aux entrées illégales , à l' augmentation dangereuse du déficit budgétaire ( Avec l' aval de l' aile Républicaine qui n' a pas fait mieux ) , un mépris pour les vétérans et les affaires de Défense , le contrôle du système éducatif , l' utilisation d' agences fédérales pour supprimer la compétition politique ( I.R.S Scandal ) , finiront par vous ravir .

  • Par Texas - 01/11/2015 - 10:34 - Signaler un abus Concernant..

    ...la question raciale , peu de Président avant lui ne les ont autant exacerbées , au point qu ' une frange des citoyens commencent à considérer qu' elles sont orchestrées a travers ce mouvement des " Black Lives Matters " qui invitent même aux meurtres des forces de l' ordre . Les réussites de Noirs aux Etats-Unis sont pourtant évidentes ( Oprah Winfrey , Michael Jordan , Ben Carson , Condy Rice.....and so on ) . Mr Obama est peut-être en train de réussir là ou les Soviètiques ont échoués . La cerise sur le gâteau pour vous .

  • Par Ganesha - 01/11/2015 - 15:42 - Signaler un abus Texas

    Deux exemples de votre mauvaise foi : il y a certes (heureusement) quelques cas individuels de réussite parmi la communauté noire, mais contestez-vous les problèmes rencontrés par la grande majorité d'entre eux ? Vous êtes contre la Sécurité Sociale : les pauvres n'ont qu'à crever ?

  • Par Texas - 01/11/2015 - 19:01 - Signaler un abus @ Ganesha

    Vous avez lu que j' étais contre la Sécurité Sociale ? . Elle existe déja . Google : Medicare et Medicaid aux Etats-Unis . Le programme pour les " pauvres " , c' est le second . 432 Milliards d' USD pour 40 Millions d' assurés , soit 3.2 du P.I.B en 2007 . Pour le reste , sortez de votre schéma caricatural ou fantasmé de la Case de l' Oncle Tom ou des années Luther King . Mr Obama n' est pas White Anglo-Saxon Protestant , il me semble . Prenez un billet d' avion .

  • Par Texas - 01/11/2015 - 19:18 - Signaler un abus Autre fait de Société

    dont on ne parle jamais sur la Communauté Noire : cette culture des gangs ou l' argent facile .....comme chez nous ...essayez de convaincre un jeune de banlieue d' aller bosser lorsque qu' il se fait 400 Euros / Jour à 15 ans .

  • Par Texas - 01/11/2015 - 19:18 - Signaler un abus Autre fait de Société

    dont on ne parle jamais sur la Communauté Noire : cette culture des gangs ou l' argent facile .....comme chez nous ...essayez de convaincre un jeune de banlieue d' aller bosser lorsque qu' il se fait 400 Euros / Jour à 15 ans .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€