Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment l’Éducation nationale organise la mort de l'école

Les débats autour des rythmes scolaires ou l'enseignement des "études de genre" ne font que masquer le véritable problème qui mine l'école française et ses méthodes.

Le Nettoyeur

Publié le

Tous ces débats de pacotille sont des fourmis qui masquent la montagne que tout le monde voit mais dont personne ne veut admettre l'existence : l'école n'enseigne plus et ne transmet plus.

C'est dans le cadre de ces prolégomènes que je voudrais parler de Céline Alvarez. Céline Alvarez est une jeune enseignante. Céline Alvarez est une idéaliste. Céline Alvarez a rejoint l'Education nationale, et a créé une classe avec une méthode pédagogique innovante au sein d'une école de ZEP.

Céline Alvarez a donc été contrainte à la démission de l'Education nationale.

Cest ça qui tue l'école, et c'est donc ça dont personne ne veut parler. Le modèle de l'enfant sur lequel les méthodes d'éducation de l'Education nationale reposent (et également de l'enseignement privé sous contrat, obligé de suivre les méthodes de l'Education nationale) est un modèle parfaitement décrédibilisé par tous les travaux scientifiques sérieux. C'est un modèle cartésien, fondé sur la dualité entre corps et esprit, et qui dissocie corps et esprit dans l'apprentissage. C'est un modèle lockéen, qui voit l'enfant comme un “vase vide” qui n'apporte rien et que l'enseignant remplit. C'est enfin et surtout un modèle issu de l'ère industrielle, qui voit les écoles comme des usines, où une matière première indifférenciée entre et est transformée en des produits standardisés.

Historiquement, le concept de sonnerie à l'école a été inventé, explicitement, en imitation de la sonnerie qui annonce le début et la fin des travaux à l'usine. L'idée que les enfants vont de classe en classe cours après cours est issue du concept de travail à la chaîne, ou l'ouvrier (l'enseignant) reste à son poste et le produit (l'enfant) avance à la chaîne.

Ce modèle est un échec complet et nous en voyons les désastres tout autour de nous. Céline Alvarez a fondé sa classe sur la méthode Montessori, qui fait ses preuves depuis un siècle. Maria Montessori, première femme médecin en Italie, appelait sa méthode “la méthode scientifique” : contrairement à toutes les autres méthodes de l'éducation, elle n'est pas fondée sur un modèle abstrait de l'enfant, mais sur une examination scientifique et expérimentale de ce qui permet à l'enfant d'apprendre et de s'épanouir. Et c'est pour ça que la méthode Montessori, qui a commencé avec les enfants les plus pauvres de Rome, fait ses preuves partout où elle est appliquée. Les enfants Montessori lisent plus tôt et sont meilleurs en maths et, ce qui est peut être plus important, sont heureux tous les matins d'aller à l'école.

Mais l'idée qu'il faut expérimenter avec de nouvelles méthodes remet en cause trop de prémisses. C'est pour ça qu'il faut éliminer le plus discrètement possible les Céline Alvarez, et continuer à faire tourner un système qui a montré son échec depuis des décennies.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JG - 12/09/2014 - 17:11 - Signaler un abus Merci Monsieur

    Vous avez tout compris. L'école n'enseigne et ne transmets plus rien du fait : - De l'absence de volonté politique au niveau de l'Education Nationale : de droite ou de gauche, tous les gouvernements ont peur des syndicalistes et des pédagogols du ministère qui appliquent des méthodes absurdes importées des USA, alors que ceux là même les ont abandonnées depuis longtemps. - De l'idée absurde que "l'enfant est au centre de son savoir" (d'où le sortirait-il par miracle ???) - De l'incapacité de libérer les initiatives des enseignants sur le terrain en les laissant essayer de nouvelles méthodes. - De la volonté de tout contrôler d'en haut. Le plus grave est que ce défaut de transmission de culture et de connaissance est probablement en partie (en grande partie) responsable du désespoir et de la violence des jeunes, notamment des jeunes issus de l'immigration, qu'on a volontairement enfermé dans un ghetto culturel sous prétexte de ne pas les priver de leur culture d'origine, alors que promouvoir une bi-culture aurait été autrement enrichissant.... Saboter l'enseignement sous des prétextes idéologiques est encore pire que de saboter l'économie...

  • Par Karg se - 12/09/2014 - 21:11 - Signaler un abus Dynamique de classe

    Les techniques éducatives innovantes et efficaces mettent en danger la dynamique de classe du fait de leur efficacité. D'où la mise à la porte de Miss Alvarez, justement parce qu'elle a obtenu des résultats remarquable dans une maternelle poubelle du 93.

  • Par vangog - 12/09/2014 - 22:21 - Signaler un abus L'école du savoir est un anachronisme français,

    que ce savoir soit fait d'enseignements traditionnels (dits "de droite") ou de rééducation societale (dite "de gauche"), c'est un point sur lequel je m'accorde avec Gobry. Mais pourquoi ne pas aller plus loin et, après tant d'années d'erreurs et d'anachronisme orchestrés par les gauchistes qui ont colonisés l'école, décider ce qu'elle doit enfin être pour le bien...et, donc, l'avenir des enfants? Et, encore une fois, il suffit de se tourner vers les pays qui ont suivi un chemin inverse à la France gauchiste: Principalement les pays anglo-saxons, mais pas seulement... Ceux-ci ont compris depuis longtemps ce que nous enseignait déjà ce précurseur de la révolution que fut Beaumarchais: "le savoir-faire vaut mieux que le savoir" et l'ont appliqué dans leur façon d'enseigner, basée sur une participation totale et une confrontation accrue des élèves à des situations de vie réelle. ils ont aussi balayé beaucoup de savoir inutiles qui saturent notre mémoire vive et font patiner notre ordinateur cérébral...les résultats sont là, en matière d'emploi, confiance ensoi, joie de vivre. La France gauchiste fait le choix inverse: tant pis pour elle?...

  • Par Anguerrand - 13/09/2014 - 11:59 - Signaler un abus À vangog

    Pour une fois nous sommes totalement d'accord. Je voudrait rajouter qu'ayant dans ma famille 2 instits, ne croyez jamais un enseignant qui fait 22 heures de cours ferait en réalité 60 heures comme affirmé par leurs syndicats. Un enseignant travaille en réalité un jour sur 3 dans l'année; 144 jours auxquels il faut décompter 23 jours d'arrêts " maladie", les jours du maire, les voyages " éducatifs" aux zoos, Puy du Fou, plages,etc. Je suis scandalisé de constater que la demie journée supplémentaire infligée aux frais des communes, même les plus modeste, tout ça pour apprendre la zoumba , le pliage et d'autres conneries. Cette demie journée pourrait être pris en charge par des mêmes enseignants, sans coût supplémentaires, qui ne sont pas débordés. De plus quand on constate que 20/25% des élèves ne lisent ou n'écrivent pas correctement en 6 eme cette demie journée pourrait être utilement utilisée à un rattrapage scolaire.

  • Par vangog - 13/09/2014 - 12:51 - Signaler un abus @Anguerrand Nous sommmes d'accord!

    Et nous pouvons même parler de "génerations sacrifiées", depuis Mitterrand! Les apprentis que j'emploie ont beaucoup de qualités intrinsèques, mais aucune de ces qualités extrinsèques que doivent apporter l'école et l'enseignement en alternance. les domaines où ils pechent sont la communication directe (encore appauvrie par l'abus des réseaux dits sociaux), l'initiative et une approche "adulte" et responsable de l'entreprise. On peut dire que le gauchisme a disseminé sa lèpre dans l'esprit des enfants et que plusieurs dizaines d'années seront nécessaires pour les endésintoxiquer. Sans oublier le fait que cela ne donne pas envie de les employer et que le chômage en consitue, malheureusement, la conséquence directe!

  • Par Pirarucu - 13/09/2014 - 17:13 - Signaler un abus Ecole parentale

    Beaucoup de parents sont déjà passés à l'école parentale. Les enfants lisent et écrivent parfaitement sans avoir à subir des idéalismes philosophiques divers ou des idéologies religieuses. Tout est au choix des parents. Car je rappelle que ce sont NOS enfants, pas les enfants de l'Etat.

  • Par artesan - 13/09/2014 - 17:28 - Signaler un abus Une analyse à affiner

    Le constat de l'échec de l'école en France est, aujourd'hui, de + en + compris et admis. L'Education Nationale est un morceau d'Union Soviétique dans une France où l'idéologie socialiste atteint, mais pour l'heure dans une moindre mesure, l'ensemble du corps économique et social. Je suis enseignant et je partage en grande partie l'analyse de M. Gobry. Je souhaite juste compléter ici sa réflexion pour dire qu'il faut se méfier des méthodes pédagogiques miracle. Le désastre actuel du système éducatif est lié à son centralisme, à son immobilisme, à son incapacité à mesurer ses résultats réels et à s'adapter. Seule une plus grande autonomie des établissements scolaires pourrait permettre d'améliorer les méthodes de travail et les résultats. Si une telle autonomie leur était donnée, nous verrions fleurir une grande diversité de projets et de méthodes pédagogiques adaptées à la grande diversité des publics d'élèves. Mais pour cela nous devons nous libérer de l'idéologie égalitariste et de la mainmise des syndicats et des corporations qui, dans l'organisation actuelle, dirigent et profitent du système. Il s'agit là d'un enjeu essentiel pour notre pays.

  • Par Nicolas V - 04/10/2014 - 11:24 - Signaler un abus Volonte politique

    Illettrés, aculturés, choix politique : destruction. Préparation de masses sans jobs (assistanat ) abrutis par Tv, consommateurs et "votant bien ". Un lumpen prolétariat à la botte (Allemagne /jobs précaires ) tt baigne ! Elle est pas belle, la vie ? Savoir et culture sont source d'émancipation , d'esprit critique, au moins, alors : que nenni.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€