Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Immortalité numérique ou perte de données ? Voilà ce que deviennent nos existences (et nos possessions digitales) après notre mort

La Toussaint est l'occasion de célébrer ses disparus. A l'heure on nous téléchargeons et diffusons de plus en plus de contenus en ligne ou dans le Cloud, la question se pose de savoir comment gérer ces données après la disparition d'un proche.

La vie après la mort

Publié le
Immortalité numérique ou perte de données ? Voilà ce que deviennent nos existences (et nos possessions digitales) après notre mort

Atlantico : La Toussaint a lieu ce mercredi et comme nous sommes de plus en plus connectés, nous téléchargeons, jouons, partageons des vidéos, des fichiers MP3, des jeux vidéo. C'est l'occasion d'aborder le problème de la gestion de ces ressources sur le "cloud" et les réseaux sociaux. Que deviennent les données numériques emmagasinées une fois que la personne est décédée ? 

Frédéric Mouffle : Lorsqu’une personne décède, ses données stockées (mail, réseaux sociaux, plateforme Cloud…) ne sont pas systématiquement accessibles à ses héritiers. D’ici à quelques années, la majorité des personnes décédées seront dotées d’une identité numérique. Les grandes plateformes ont prévu pour certaines d’offrir à son utilisateur un paramétrage de sa possible « mort numérique ». Chez Facebook, il suffit par exemple de désigner un légataire qui gèrera votre compte après votre décès. Ce qui laisse le choix de fermer le compte ou, au contraire, de s’orienter vers un profil commémoratif. 

D’autres réseaux sociaux tels que LinkedIn ou Twitter n’ont quant à eux aucune politique de gestion ou de « transmission des droits » sur le compte, une fois le certificat de décès communiqué.

Ces deux plateformes procèdent tout simplement à la fermeture du compte du défunt. Google a déjà mis en place une sorte de « testament numérique » afin d’anticiper la suppression de votre compte en cas de décès, avec une possibilité toutefois d’envoyer vos données à des tiers.

Concernant PayPal, c’est un peu plus complexe. En effet, plusieurs documents vous seront demandés. Et notamment les documents d’identité du défunt, le certificat de décès, un testament, etc… Et ceci, afin de pour pouvoir procéder à la clôture du compte et ainsi récupérer les fonds. Amazon et Apple ont une politique plus radicale mais cependant très claire : aucune possibilité ne vous est donnée de léguer votre bibliothèque personnelle (musique, série, film, etc).

Pour éviter ces désagréments, il est évidemment judicieux de communiquer ses identifiants de son vivant à une tierce personne de confiance, afin d’éviter aux proches d’avoir à rajouter une charge supplémentaire pendant le règlement d’une éventuelle succession. Des circonstances souvent douloureuses et qui obligent chacun à cheminer dans les arcanes d’un parcours administratif souvent très lourd à gérer pour les héritiers. Les vacances sont toujours un moment qui augmentent l ‘espace disque et la fréquentation des principaux fournisseurs des Cloud public et payant. 

Quels sont les usages et les codes de comportement qui se développent pour assurer la gestion de ces données numériques sur les réseaux sociaux et les cloud informatiques ? 

La règle de bonne conduite serait de laisser à ses proches les identifiants et ses mots de passe dans une enveloppe fermée. La contrainte du dispositif réside dans le fait que lors d’un changement de mot de passe intempestif, il faut évidemment mettre à jour ses informations et bien les notifier. C’est toute une chaine qu’il faut évidemment repenser.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Mouffle

Directeur général associé du groupe ASK’M / KER-MEUR. Expert en cyber sécurité. Conférencier sur les menaces émergentes, spécialisé dans la sensibilisation auprès des entreprises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€