Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crash du Boeing Asiana à San Francisco: les internautes mènent l'enquête

Les premières supputations sur les causes du crash du Boeing Asiana à San Francisco apparaissent sur les blogs et sites spécialisés dans l'aviation civile.

Minute tech

Publié le - Mis à jour le 9 Juillet 2013
Crash du Boeing Asiana à San Francisco: les internautes mènent l'enquête

Le Boeing 777 de la compagnie sud-coréenne Asiana Airlines s'est écrasé samedi à l'aéroport de San Francisco après un atterrissage raté. Crédit Reuters

Le crash aérien du Boeing Asiana à San Francisco, aussi rare que spectaculaire, a mobilisé de nombreux internautes autour du monde, qui comme souvent désormais grâce aux médias sociaux, collaborent avec photos, fichiers audios et spécialistes pour créer une enquête en parallèle des investigations officielles. Une véritable médiathèque de cet accident est déjà disponible sur Internet, dont de multiples photos d'autres passagers de l'aéroport, des fichiers audios des échanges de la tour de contrôle ainsi que des vérifications des conditions météorologiques en haute altitude.

Air Journal, un site spécialisé, a résumé les premières hypothèses officielles.

Pour les autorités américaines chargées de l'aviation civile, l’avion était "largement en-dessous de sa vitesse optimale" d’environ 250 km/h et les réacteurs tournaient au ralenti. L’alerte de stall a retenti 4 secondes avant le crash et le pilote a annoncé à la tour de contrôle l’abandon de l’atterrissage 1,5 seconde avant de heurter une digue avec l’arrière du Boeing et s’écraser. La remise de gaz s’est passée normalement selon les enregistreurs de vol, ce qui laisse penser qu’aucune panne technique n’a affecté les réacteurs.

Asiana Airlines a de son côté expliqué hier que le pilote Lee Kang-kook n’avait effectué que 43 heures de vol que 777, qu’il n’avait jamais posé à San Francisco (où il avait cependant atterri en Boeing 747). Ayant accumulé près de 9800 heures de vol dans sa carrière, il était assisté pendant le vol OZ214 par un copilote plus expérimenté sur ce type d’appareil (plus de 3200 heures de vol). Selon le NTSB, "une personne dans le cockpit" a d’ailleurs demandé la remise de gaz sept secondes avant l’impact. Les enquêteurs ont déjà interrogé une première fois les deux hommes.

Les particularités techniques de ce crash ont créé beaucoup d'activités sur les forums et sites de clubs de pilotes amateurs, voire des sites spécialisés sur les crashs aériens mais aussi sur des forums de soutien pour les personnes souffrant d'angoisse de voler.

"L’avion est en phase d’atterrissage mais fait son approche bien trop bas et lentement, heurte un mur de protection situé avant le seuil de piste, provoquant la rupture d’une partie de la queue de l’avion, sa chute sur la piste suivie d’un dérapage jusqu’à son arrêt complet dans la poussière. L’atterrissage s’était fait en manuel, sans le système d’approche et d’atterrissage automatique ILS, le temps était parfait et rien ne semble indiquer que l’avion ait subit un problème technique. L’enquête confirmera donc certainement la première impression des spécialistes : le pilote a atterri manuellement et a mal visé la piste, un peu comme un chauffeur de bus qui raterait un virage… Pour corriger ce genre d’erreurs, il est prévisible qu’un nombre croissant de compagnies imposent la réalisation des approches à l’ILS plutôt qu’en pilotage manuel(...) Le taux de survie est de 56% dans les crashs. Dans ce cas, le taux de survie est de 99,5%".

D'autres observateurs de ce crash sont les professionnels du voyage d'affaires, comme Déplacements professionnels, qui effectue leur propre classement des compagnies les plus fiables. "Créée en 1988, la compagnie Asiana Airlines a une excellente réputation. Elle est le deuxième transporteur aérien de Corée du Sud derrière Korean Air et fait partie du groupe Kumho Asiana, un conglomérat diversifié basé à Séoul. Le crash de San Francisco est le second accident enregistré par Asiana ces deux dernières années et le premier pour un vol commercial de passagers en vingt ans".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vk512 - 08/07/2013 - 10:12 - Signaler un abus Principaux éléments

    Principaux éléments : Atterrissage à vue alors que le pilote n'en est qu'à sa première expérience du genre comme pilote principal, normalement sans problème vu l'expérience générale du gars et les excellentes conditions météo. Mais c'est le co-pilote "formateur" qui a ce moment n'a pas décelé assez tôt la mauvaise approche. Lorsque la remise des gaz est effectuée il est déjà trop tard compte tenu du risque de décrochage d'une telle opération à une aussi faible vitesse, avec en plus le facteur aggravant ici d'une différence de portance entre la surface de la baie (froide) et le tarmac chauffé par le soleil. Lorsque la décision d'avorter l'atterrissage (go-around) est prise, 1,5sec. avant l'impact le 777 est en décrochage par l'arrière au sortir de la baie par une suite d'erreurs qui culmine avec un cabrage important, plus remise des gaz au moment d'un changement de portance. L'arrière amorti l'essentiel du choc (c'est là-qu'étaient assis les blessés les plus graves ainsi que les deux victimes a priori) puis l'avion part en glissade sur le ventre, la violence + l'angle du choc arrachant train puis moteurs. Ralenti par la terre le 777 fait enfin un demi-soleil violent pour l'arrière.

  • Par BIG PAT - 08/07/2013 - 10:22 - Signaler un abus crash à San Francisco

    Le système ILS de l'aeroport de San Francisco est en réparation est ne pouvait fonctionner,par contre le pilote au lieu de faire un atterrissage manuel avec 300 passagers à bord aurait du atterrir en mode pilote automatique,ce pilote n'ayant que 40 heures de vol sur le Boing 777,le copilote qui lui avait l'expérience du 777 aurait du se rendre compte que la vitesse était trop faible.

  • Par wolfgangamadp - 08/07/2013 - 10:38 - Signaler un abus C'est évidemment du à une

    C'est évidemment du à une faute de pilotage. L'avion n'avait pas assez de vitesse, il a décroché. C'est la loi de base : quand on n'avance pas, on tombe. Ce qui est effarant c'est qu'ils n'ont pas tenu compte des alarmes de décrochage et qu'il existe un système automatique dont les compagnies croient pouvoir se dispenser d'acheter... rendons le obligatoire.

  • Par Qwantix - 08/07/2013 - 14:55 - Signaler un abus SFO 28L

    La piste 28L de San Francisco International (SFO) est d'approche relativement difficile pour un gros appareil (vitesse d’atterrissage : 137 nœuds). SFO a des pistes parallèles, SFO utilise un "contra-rotating landing pattern". Un appareil en approche venant de l'ouest/nord-ouest ("downwind leg") pour la piste 28L doit maintenir une altitude minimale de 10000/12000 pieds pour franchir les collines de la Sierra Morena (2417 pieds d'altitude) puis effectuer un virage à gauche ("base leg") et une descente rapide vers la Baie (au dessus de Redwood City) suivie d'un second virage à 90 degrés à gauche pour l'approche finale (entre Dumbarton Bridge et San Mateo Bridge) vers la piste 28L. Manœuvre délicate aux heures de fort trafic (maintien des distances de séparation des appareils en approche) et de forte chaleur (les changement rapide des gradients de température de l’air au dessus de l’océan, de la péninsule et de la Baie affectant la portance) exigeant une descente rapide, deux virages serrés, une forte réduction de vitesse sur une courte distance et de rapides corrections d’assiette, d’alignement et d’altitude en raison des changements de direction et de force des vents.

  • Par sianabog - 08/07/2013 - 15:10 - Signaler un abus Avait-on prévenu les passagers

    Avait-on prévenu les passagers que le pilote était inexpérimenté sur ce type d'appareil ? Evidemment que non Et encore il y a peu de morts et de grands blessés

  • Par vspatrick - 08/07/2013 - 16:10 - Signaler un abus Je vois que nous avons des spécialistes aéronautique ici...

    Au lieu de raconter des conneries, laissons le NTSB faire son enquête.....

  • Par Qwantix - 08/07/2013 - 19:08 - Signaler un abus @vspatrick

    Lisez l'interview de Patrick Arnoux, pilote AF sur le Nouvel Obs et vous verrez que ce ne sont pas des conneries.

  • Par un_lecteur - 08/07/2013 - 20:37 - Signaler un abus quelle catastrophe ?

    En France seulement, six morts le week-end dernier sur la route, alors parler de catastrophe pour un accident faisant deux morts, c'est exagéré.

  • Par Ecamstatus - 08/07/2013 - 21:15 - Signaler un abus Très fort!

    @Big Pat, Et comment fait on un atterrissage automatique avec un ILS en panne?

  • Par Ecamstatus - 08/07/2013 - 21:18 - Signaler un abus Très fort!

    @Big Pat, Et comment fait on un atterrissage automatique avec un ILS en panne?

  • Par Ecamstatus - 08/07/2013 - 21:18 - Signaler un abus Très fort!

    @Big Pat, Et comment fait on un atterrissage automatique avec un ILS en panne?

  • Par Ecamstatus - 08/07/2013 - 21:21 - Signaler un abus Trop fort!

    @ big pat, Comment on fait quand l'ILS est en panne pour faire un atterrissage automatique?

  • Par Ecamstatus - 08/07/2013 - 21:28 - Signaler un abus GPWS

    @ wolgangamadp, Le système automatique que vous évoquez sans le connaître visiblement doit être le GPWS, Ground Proximity Warning Système, et ça fait longtemps qu'il est obligatoire.

  • Par vspatrick - 09/07/2013 - 01:10 - Signaler un abus @quantix

    PA Pilote chez AF...effectivement bien placé pour commenter et donner des leçons ... hummmmmm Votre description de l'approche à SFO est exacte mais pas plus difficile que de nombreuses autres approches dans le monde et n'explique en rien ce qu'il s'est passé. Laissons donc l'enquête se faire et évitons les explications hâtives.

  • Par Ecamstatus - 09/07/2013 - 16:40 - Signaler un abus @ Quantix Votre description

    @ Quantix Votre description de l'approche en 28 à SFO va sans doute impressionner les novices, mais les connaisseurs y verront un tour de piste 1000 pieds standard! Les espacements sont assurés par le contrôle, quant aux deux pistes parallèles, je ne vois pas où est le problème! Les termes anglais ont sans doute pour vocation d'en rajouter dans la frime mais " vent arrière " ou " étape de base" nous iraient tout aussi bien, à moins que vous vous adressiez à un public anglophone.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€