Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 31 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des applis pour protéger vos données personnelles : "Votre message s'autodétruira dans 5 secondes"

Depuis les révélations sur l'espionnage général de la NSA, l'intéret pour la protection des données personnelles sur Internet grandit et une nouvelle génération d'applications fleurit. Comme dans Mission Impossible, les messages et photos s'autodétruisent.

La minute tech

Publié le
Des applis pour protéger vos données personnelles : "Votre message s'autodétruira dans 5 secondes"

Twitterspirit permet de décider combien de temps un tweet sera attaché à un hashtag avant de disparaître. Crédit Flickr

Le site de Tech Motherboard relève une tendance, nourrie par la prise de conscience brutale, au moins aux Etats-Unis, de la transparence totale des données personnelles et de la vie privée sous la loupe du ou des gouvernements. Les données "éphémères" peuvent désormais s'autodétruire, comme dans la vieille série télé et le film Mission Impossible et son mythique : "Ce message s'autodétruira dans 5 secondes". Les développeurs et les fournisseurs de services web personnalisés tâtonnent encore, mais un mouvement de fond est en marche. 

Le pionnier du genre est l'application de messagerie instantanée pour mobiles Snapchat, qui avait ouvert la voie sans le vouloir : elle promet depuis déjà deux ans de détruire votre photo ou message, en général compromettants, insultants, ou vraiment sexy à peine envoyés.

L'ennemi n'était alors pas la NSA mais les parents ou le patron. Une autre nouvelle expérimentation pour Twitter est Twitterspirit, qui permet de décider combien de temps un tweet sera attaché à un hashtag avant de disparaître dans un trou noir de pixels.

Mais la réflexion entamée depuis longtemps autour de la confidentialité des données et des traces sur Internet, qui ont le grand inconvénient de durer très longtemps est d'abord passée par le cryptage et des logiciels spécialisés. Des pratiques qui nécessitent un certain niveau de familiarité avec les tréfonds d'un ordinateur ou d'un mobile, et du temps. Pour le grand public, des solutions d'auto-destruction semblent être la nouvelle direction adoptée.

Silent Circle, un service de cryptage et  de multi-services de confidentialité américain, qui était plutôt orienté vers la confidentialité des échanges pour l'entreprise et ses employés, propose Silent Text, qui autodétruit les textos. Avec la NSA, sa clientèle s'est beaucoup élargie.

Une start up, Burn Note, propose aussi d'auto-détruire textos et mails. L'utilisateur peut décider combien de temps son message mail ou texto durera avant de s'auto-détruire. Motherboard remarque que même les plus grands, comme le fournisseur AT&T, aux Etats-Unis, veulent proposer ce service et que ce dernier a acheté cet été un brevet de destruction programmée de données. Selon les services, on peut recevoir un mail indiquant qu'un message privé et crypté est arrivé, ou réceptionner directement le message sur le service auquel vous êtes abonnés. La promesse est que le texto ou mail est crypté, qu'il n'est pas conservé sur les serveurs et qu'il a une durée de vie limitée. A priori, le fournisseur de ces services ne possède pas la clé de cryptage et ne peut donc pas répondre aux demandes des autorités si elles voulaient connaitre le contenu des messages cryptés. 

D'autres applications ou services sont sur les rangs. A noter :  Heml.is, nouvelle application de cryptage lancée par l'un des fondateurs du site de téléchargements illégaux Pirate Bay. Les navigateurs OTR proposent de faire disparaitre les messages échangés sur messageries instantanées.

Est-ce efficace? Pour les mails ou message, rien n’empêche un intrus mal intentionné de faire une capture d'écran. Et surtout, rien n'empêche un développeur d'inventer une contre-application pour les applications qui promettent de détruire un message, un mail ou une photo dans quelques secondes. Mais des internautes beaucoup plus sensibilisés et un secteur de la confidentialité en plein essor rendent la bataille moins inégale et perdue d'avance. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€