Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 19 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le terrorisme, arme idéologique et psychologique ou "propagande par l’action"

Les terroristes, qu’ils soient des professionnels, "loups solitaires" ou des hors la-loi récupérés en prison par des prédicateurs ou fanatisés sur la toile, ne sont que des "armes humaines", des modes opératoires au service d’une idéologie qui les dépasse et qui recoupe des réalités et stratégies multiples.

Geopolitico-scanner

Publié le
Le terrorisme, arme idéologique et psychologique ou "propagande par l’action"

Le terrorisme est la « continuation de la politique par d’autres moyens », pour paraphraser Clausewitz parlant de la guerre. Les terroristes, qu’ils soient des professionnels, des soi-disant « loups solitaires » ou des hors la-loi récupérés en prison par des prédicateurs ou fanatisés sur la toile, ne sont que des « armes humaines », des modes opératoires au service d’une idéologie qui les dépasse et qui recoupe des réalités et stratégies multiples. Cette idéologie qui anime les djihadistes est produite et répandue, au niveau mondial, par des entités bien plus organisées et bien plus vastes, souvent liées à des organisations ou Etats islamiques reconnus par ladite « communauté internationale ».

La guerre non-conventionnelle menée par les djihadistes n’est qu’un mode d’action extrême parmi tant d’autres au service d’une idéologie globale totalitaire également partagée par des entités islamistes bien plus diversifiées. Le djihadisme n’est que la face émergée et la plus caricaturale, frontale, de l’Iceberg islamo-totalitaire néo-impérial. Celui-ci dispose d’une base institutionnelle bien plus large et dont moult ramifications officielles ont pignon sur rue en Occident, où elles poursuivent le combat terroriste-violent des djihadistes par une action de terrorisme intellectuel fondé sur l’instrumentalisation des forces multiculturalistes et anti-racistes. Ces bases ou grands pôles du totalitarisme vert poursuivent en fait les mêmes objectifs stratégiques à long terme que les djihadistes. Tous deux visent en effet, de par leur action de propagande idéologique - certes avec des modes d’actions différents et parfois opposés - à faire triompher un même projet suprémaciste islamiste aux quatre coins du monde. Et l’achèvement de ce projet néo-impérial culminera avec la soumission ou/et la conversion des « mécréants ».

En tant que mode d’action, le terrorisme islamiste - ou « djihadisme » - ne tue pas pour « punir » les « méchants » croisés ou pour détruire les armées de l’ennemi, étant donnés les rapports de forces incomparablement inégaux. Il ne tue pas par haine pure, pour venger la « mort » ou « l’humiliation des musulmans » ou pour écraser des « sionistes » et des « apostats », même s’ils le souhaitent également et l’affirment dans leurs textes de revendication qui ont pour but de rallier à leur cause les naïfs et les fanatiques haineux. Les terroristes massacrent avant tout pour faire parler de leur cause théocratique, pour sidérer, subjuguer et tétaniser les « publics-cibles dans le cadre d’une guerre psychologique et médiatique puis à des fins de propagande idéologique en vue de la conversion.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par evinrude - 12/01/2018 - 10:46 - Signaler un abus Enfin quequ'un qui précise la stratégie de l'argument terroriste

    Enfin quelqu’un qui précise le mécanisme de l’argument invoqué lors des attentats terroriste : il font d’une pierre deux coups en alimentant le culpabilisme occidental et en convaincant les musulmans d’une certaine vision du non-musulman. Il s’agit clairement d’une stratégie perverse, mais les puissances occidentales de tous bords, cachées par un apparat de bien-pensance, n’osent pas les démentir car cela implique à minima de faire preuve de violence, en l’occurrence symbolique. Il préfère laisser le mauvais rôle de dénonciation à des Zemmour, Del Valle, etc.

  • Par evinrude - 12/01/2018 - 10:47 - Signaler un abus synergies dangereuses

    Je dit « culpabilisme » des Occidentaux car il s’agit d’une idéologie à part entière avec ce qu’elle comporte de volonté d’emprise. Il y a une synergie entre le commerce mondialisé (avec centralisation du pouvoir) qui veut des individus dociles (le terme « citoyen » étant en voie d’extinction) où la culpabilisation est un excellent moyen de réduire à l’impuissance et la complaisance envers l’islam dont le fondement idéologique qui exige la soumission et qui puise étonnamment dans une motivation analogue : esprit de tribu (pour les Occidentaux on dit « système »), conquête et puissance de l’argent. Les responsables occidentaux jouent un jeu très risqué en s’appuyant sur la domination islamique pour asseoir leur propre ascendance. Quand on voit ces dirigeants oh combien séduits par la jouissance de prince version orientale que leur offre les puissants des pays arabes (dernière illustration en date : Trudeau), c’est sûr qu’ils ne vont pas combattre l’islam puisqu’ils se savent côté dominateur donc bénéficiaires de la soumission des individus arabes ou non.

  • Par GP13 - 12/01/2018 - 17:45 - Signaler un abus La guerre des civilisations est en cours

    Elle est devenue une réalité, grâce à notre démobilisation, sous le prétexte du vivre ensemble, et grâce à l'abandon des racines qui ont fondé notre civilisation.

  • Par Citoyen-libre - 13/01/2018 - 14:07 - Signaler un abus Enfin du vrai journalisme

    Je ne regrette pas mon abonnement à Atlantico. Enfin de la réalité exposée.

  • Par A M A - 13/01/2018 - 17:37 - Signaler un abus Ce qui finit par paraître

    Ce qui finit par paraître étrange, c'est que le terrorisme attaque les populations "à l'aveugle" et s'abstient de viser des personnalités politiques ou influentes. On dirait qu'il existe un marchandage en sous-main, un chantage que les terroristes imposent à leurs interlocuteurs politiques, auxquels ils se gardent bien de s'attaquer, pour exiger et obtenir une concession dans un domaine ou un autre, et qu'ils marquent leur détermination en s'attaquant là où ces derniers son fragiles, l'opinion publique et la population en général. Ils démontrent ainsi leur pouvoir de nuisance, mais aussi la faiblesse de leurs interlocuteurs qui cèdent à toutes leurs exigences.

  • Par Stargate53 - 18/01/2018 - 08:37 - Signaler un abus Une analyse claire !

    Le danger est identifié et indiscutable et l'anomalie est le traitement de faveur dont bénéficie l'islam par les autorités françaises, un certain nombre de bien pensants autoproclamés et une frange gauchiste de la société française . Mais Laisser le loup prospérer librement dans la bergerie ne peut qu'entrainer la mort de moutons consentants, c'est inévitable ! Les attentats le démontrent clairement ! Nos sociétés occidentales ont du mal à appelé un chat, un chat et un danger, un danger ! Il ne faut donc pas s'étonner du développement du mal intégriste qui nous ronge peu à peu nos territoires et nous promet encore et encore des assassinats sanglants d'innocentes victimes. En effet, le doute du présent et la peur de d'assumer son passé n'ont jamais fait de bons résistants ni combattants mais des résignés et des prêts à accepter l'inacceptable donc se soumettre. il est temps que nos dirigeants arrêtent la complaisance avec tous ces fanatiques et démontrent que le danger est l'islam dans toute ses formes car au côté de qui, vont se ranger, les musulmans modérés en cas de prise de pouvoir des plus intégristes ! Nous le savons tous ! Alors assez de silence hypocrite !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrageest paru en 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

Les vrais énnemis de l'occident de Alexandre del Valle

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€