Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les surprenantes leçons de l’analyse de l’impact électoral de la pression migratoire

Si l’accord entre Merkel et Erdogan intervenu l’année dernière a permis de tarir quasiment la totalité des passages de migrants entre les côtes turques et les îles grecques, les flux transitant par la route maritime de Méditerranée centrale sont en forte augmentation.

Géopolitico-scanner

Publié le - Mis à jour le 20 Juillet 2017
Les surprenantes leçons de l’analyse de l’impact électoral de la pression migratoire

Depuis le début de l’année, ce sont pas moins de 85 000 personnes qui ont débarqué dans le sud de l’Italie, le chiffre des arrivées ayant cru de 18% par rapport à la même période en 2016. Notre voisin, qui a accueilli 181 000 migrants l’année dernière, demande instamment de l’aide à ses partenaires européens car ses structures d’accueil sont totalement submergées.

Comme tous les étés depuis 2014 maintenant, le retour des beaux jours facilitant les conditions de navigation en Méditerranée, la question lancinante des migrants revient dans le cœur de l’actualité européenne et nationale avec ses chiffres de noyés (au moins 2200 personnes ont péri en mer depuis le début de l’année selon les ONG et la Commission européenne), ses tensions aux frontières (avec des contrôles drastiques à la frontière franco-italienne à Vintimille et italo-autrichienne au col du Brenner) et ses réunions de crise entre ministres européens.

 En France, le sujet s’est également invité une nouvelle fois au cœur de l’actualité avec l’évacuation le 7 juillet au matin par les forces de l’ordre de plus de 2500 migrants qui stationnaient aux abords du centre humanitaire ouvert en novembre dernier, Porte de la Chapelle à Paris par la Municipalité, cette évacuation étant la 34ème menée à Paris depuis juin 2015.   

 

1- Un raidissement sur l’accueil dans différents pays européens

Dans ce contexte, le récent sondage de l’Ifop réalisé en France, en Allemagne et en Italie , témoigne d’un nouveau raidissement de l’opinion publique en Allemagne et en Italie. 61% des Allemands se disent ainsi favorables à ce que les migrants soient répartis dans les différents pays d’Europe et à ce que l’Allemagne en accueille une partie. Ce chiffre s’inscrit en nette baisse depuis deux ans avec un recul de 18 points sur cette période après une progression significative entre juillet et septembre 2015 (+10 points) consécutivement à l‘émoi suscité par la publication des photos du petit Aylan, cet enfant kurde mort noyé sur une plage et dont la photo avait ému une large partie des européens.

 

L’adhésion à l’accueil et la répartition des migrants en Allemagne et en Italie

 

 

L’effet Aylan ne s’était pas manifesté dans l’opinion publique italienne, hélas exposée depuis plusieurs années à de telles images et au récit de naufrages dramatiques sur ses côtes. Les résultats étaient demeurés stables depuis 2015 mais l’on enregistre pour la première fois cette année également un net décrochage comme le montre le graphique ci-dessus. Ce raidissement de l’opinion publique italienne s’est traduit dans les urnes. Lors des élections municipales partielles qui ont eu lieu début juin, la très grande majorité des maires qui avaient adhéré au programme gouvernemental de répartition des réfugiés sur le territoire ont été sèchement désavoués par leurs électeurs.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lafronde - 19/07/2017 - 18:11 - Signaler un abus Personne n'a demandé à l'Italie d'aider les passeurs !

    La flotte italienne doit ramener les migrants partant des côtes lybiennes vers la Lybie ! Tel est le devoir de loyauté des pouvoirs publics italiens vis à vis de la Nation Italie, et vis à vis des Nations d'Europe. Si les dirigeants italiens, grecs, allemands ou français facilitent l'invasion du Contienent européen par les migrants, ils sont des traîtres à leur pays, à leur civilisation. Ceux des dirigeants européens qui ont fait venir les criminels islamistes doivent être jugés ! Et condamnés pour intelligence avec l'ennemi islamiste ! Les droits du migrants doivent s'exercer d'abord dans son pays d'origine ! C'est un manque de courage des dirigeants européens de considérer les migrations internationales comme une solution durable. La solution c'est le droit des gens au pays de leur ancêtres ! Toutes les civilisations connaissent ce principe. Si certains potentats et tyrans ne veulent pas l'admettre, les moyens de retorsions de l'UE sont vaste : ne serait-ce que restreindre l'accès à son marché intérieur. D'autre part le droit d'asile doit être prioritairement exercé dsn un pays de culture proche. Il y a plus de pays musulmans de l'OCI ! Pourquoi les accueillir en Europe ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Sylvain Manternach

Sylvain Manternach est géographe-cartographe, formé à l’Institut français de géopolitique, et auteur d'une note sur les résultats du second tour des élections départementales co-écrite avec Jérome Fourquet, Directeur du département Opinion et stratégie d'entreprises de l'Ifop. Parmi ses publications, on retrouve notamment : Perpignan, une ville avant le Front (avec Jérôme Fourquet et Nicolas Lebourg, Fondation Jean Jaurè), Karim vote à gauche et son voisin vote FN (collectif sous la direction de Jérôme Fourquet, éditions de l'Aube), L'an prochain à Jérusalem (avec Jérôme Fourquet, éditions de l'Aube). Prochainement, une double note de Sylvain Manternach (avec Jérôme Fourquet) sur la crise migratoire à Calais et la très nette augmentation du vote FN, paraîtra à la Fondapol. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€